Les 10 meilleurs façons pour expliquer votre douleur aux autres

ProHealth.com
par American Pain Foundation*
le 4 mai 2011

La douleur ne parait pas pour la majorité des personnes mais ces personnes qui ont de la douleur, parfois en ont beaucoup et elles perdent de précieux moments.

Étant donné que les autres personnes ne peuvent pas voir votre douleur, elles ont probablement de la misère à la comprendre. Sans cette compréhension, c'est difficile de montrer de la compassion. Dans les pires cas, on peut simplement ignorer vos "plaintes" de douleur ou même douter que vous avez du mal.
Si ceci vous semble familier, vous n'êtes pas seul. Décrire la douleur aux autres - qu'ils soient des membres de la famille, des amis, des collègues ou même quelqu'un en soins de santé - c'est parmi les plus gros (et les plus frustants) défis rapportés par les personnes vivant avec de la douleur.

Alors comment pouvez-vous mieux expliquer le contrôle de la douleur sur vous? Même si les échelles de douleur sont utiles, essayez de parler au sujet de votre douleur en termes de fonction. Ce que vous pouvez ou ne pouvez faire étant donné votre douleur? Rappellez-vous que la douleur ne fait pas seulement vous limiter physiquement. Elle peut aussi interférer avec vos émotions, vos relations et avec votre santé en général.

Voici quelques trucs qui peuvent vous aider:

1. Utilisez des mots spécifiques, descriptifs. Choisissez vos mots avec soin pour définir prudemment comment vous ressentez votre douleur. Est-ce que votre douleur est sourde, lancinante ou agaçante? Est-ce que vous ressentez comme un couteau, comme si c'était un coup de poignard ou est-ce que la région affectée est chaude comme si le feu était pris? Comparez-la à d'autres types de blessures ou de douleurs que vos amis et votre famille ont déjà eu (C'est pire qu'un os cassé, qu'un mal de dents, qu'un accouchement, etc.).

2. Parlez des déclencheurs. Qu'est qui empire votre douleur? Peut être que la douleur est plus forte quand vous bougez votre corps d'une certaine façon (par exemple, quand vous vous tournez pour attachez votre ceinture dans l'auto, quand vous vous penchez pour attacher vos lacets de souliers ou quand vous vous étirez pour prendre quelque chose sur une tablette? Est-ce qu'il y a certains moments dans la journée ou des situations qui font augmenter vos douleurs?

3. Nommez des activités que vous évitez mainteant (au travail, à la maison ou des jeux). La douleur peut rendre presque impossible de faire certaines choses. Par exemple, peut être que vous ne pouvez plus jouer à la balle avec votre chien, vous asseoir pour écouter un film avec un ami, jardiner ou jouer à un sport ou d'un instrument. Aussi, à cause que la douleur est imprévisible, plusieurs personnes ont tendance à éviter tout passe-temps ou tâches qui pourraient leur causer plus de douleurs.
Gardez une liste afin que vous puissiez en parler à votre médecin à chaque visite.


4. Prendre une marche. Combien d'exercice êtes-vous capable de faire? Comment est votre autonomie? Comment long pouvez-vous marcher avant que soyez obligé de vous asseoir et de vous reposer? Si vous n'êtes pas certain, achetez-vous un pédomètre - un appareil qui donne le compte rendu du nombre de pas que vous faites dans une journée - afin que vous sachiez la distance pour votre médecin et votre famille. 

Note [ProHealth: voir Dr. Bruce Campbell’s article sur “Pedometers: A Tool for Pacing” et pour une idée du produit voir  Omron HJ-112 Digital Pocket Pedometer.]

5. Sachez combien de temps vous pouvez tenir debout. Combien de temps pouvez-vous vous tenir debout? Par exemple, quand vous préparez un repas ou que vous attendez en ligne à la pharmacie ou à l'épicerie. Combien de temps pouvez-vous attendre avant que vous ayez à soulager le sentiment d'incomfort ou de vous asseoir?

6. Surveillez ce que vous soulevez. Pouvez-vous porter des sacs d'épiceries de la même façon que vous le faisiez ou est-ce que votre douleur vous dérange? Qu'est-ce qui arrive quand vous prenez votre enfant ou votre bébé ou celui d'un autre?

7. Est-ce que vous luttez pour avoir de bonnes relations?  Que ce soit à cause du cancer, du diabète, de l'arthrite ou d'une vieille blessure ou une foule d'autres conditions, la douleur fait mal. Non seulement pour la personne avec de la douleur, mais les membres de la famille aussi ont mal. Avoir de la douleur et certains traitements pour la douleur peut vous faire perdre de l'intérêt à avoir des relations sexuelles avec votre partenaire aussi. Même si c'est un sujet délicat, parlez avec lui ou elle au sujet des façons de rester en bonnes relations. 

8. Être à la mode ou non? Êtes-vous capable de voyager confortablement ou est-ce que voyager est devenu une épreuve majeure pour vous? Comment aviez-vous l'habitude de voyager? Est-ce que votre douleur vous a empêché d'aller à un mariage ou à des funérailles dans la famille? Allez-vous en vacances, visitez des amis ou voyagez-vous pour affaire? Faites-vous des petites sorties aux magasins?

9. Expliquez votre cycle de sommeil versus la douleur. Est-ce que votre douleur interrompt votre sommeil? Le problème est que ne pas avoir assez de sommeil peut empirer votre douleur. Parlez à votre médecin du nombre de fois que vous vous êtes réveillés la nuit, comment c'est difficile de vous endormir et de rester endormi? 

10. Qu'est-ce qu'une bonne journée? Dites aux personnes ce qu'est une bonne et une mauvaise journée concernant votre douleur. Soyez honnête sur comment elle affecte votre vie de tous les jours et votre santé même votre habileté à faire des plans. Pour certaines personnes, une bonne journée peut être simplement venir à bout de sortir de la maison. D'autres personnes peuvent avoir d'autres buts (faire leur journée de travail, passer la nuit sans se réveiller, finir une simple tâche à la maison comme laver la vaisselle ou plier le linge). 

____
* Cet article est reproduit avec la permission de l'article du printemps 2011 du  Pain Community News, e-newsletter gratuite de l'American Pain Foundation (www.painfoundation.org).

 




Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com