American Pain Foundation

 

Les dix meilleurs trucs: faites le maximum de vos visites médicales

La liste qui suit suppose que vous avez un médecin que vous aimez et respectez, qui fait de son mieux pour vous aider, mais il semble que vos rendez-vous sont vites et que vous sortez de là avec des questions en suspend ou des inquiétudes. Vous voulez les deux la même chose: un retour à une fonction normale et une qualité de vie à travers un bon contrôle de la douleur et complet. Rappelez-vous, ceci est un effort collaboratif et vous jouez un rôle instrumental en rendant les interactions efficaces avec votre médecin.

Voici quelques trucs pour améliorer les communications avec votre médecin:

  1. Identifiez vos grandes inquiétudes, vos questions et vos symptômes. Écrivez-les en ordre d'importance et ne vous attendez pas à passer au travers toute la liste à chaque visite. Même si on ne parle pas de toutes vos inquiétudes à chaque visite, elles vont être un motif additionnel pour d'autres rendez-vous et/ou d'autres options de traitements.
  2. Gérez vos attentes; la plupart de vos douleurs ne seront pas résolues dans une simple visite. Soyez patient. Utilisez une échelle de douleur; écrivez votre définition de chaque niveau de douleur sur l'échelle de douleur selon vos symptômes, la sévérité, les sensations, les émotions, l'habileté fonctionnelle.
  3. Gardez un suivi des rendez-vous.  Votre médecin peut suggérer d'y retourner si vous ne vous sentez pas mieux ou de discuter comment fonctionnels sont ou ne sont pas les nouveaux traitements. Soyez certain d'avoir ces visites pour passer au travers de votre liste d'inquiétudes et de rapporter les nouveaux symptômes et les effets secondaires.
  4. Cédulez votre rendez-vous à la fin de l'avant-midi ou de la journée. Si vous avez le dernier rendez-vous, votre médecin ne se sentira pas si pressé avec votre visite. Vous allez peut être à avoir à attendre un peu, mais il ou elle pourra peut être vous donner plus de temps pour remplacer le retard. Bien sûr, soyez certain que votre rendez-vous est autour de l'heure de la journée quand votre niveau d'énergie est haut.
  5. Apportez une liste de toute la médication - prescriptions, en vente libre, et des herbes - que vous prenez. Incluez l'information au sujet des médications que vous avez utilisez dans le passé, ce qui n'a pas fonctionné, les effets secondaires et les allergies. Ceci va diminuer le temps passé du médecin à chercher.
  6. Prenez une minute pour rappeler à votre médecin les choses importantes dans votre histoire médicale ou dans votre vie.  Si votre histoire médicale est compliquée, apportez vos rapports médicaux avec vous pour sauver du temps; il/elle peut ne pas se rappeler tous les aspects de votre condition. Les stresseurs de la vie et l'anxiété peuvent empirer les symptômes de la douleur, alors soyez assurer de dire à votre médecin si vous vous sentez déprimé ou anormalement anxieux.
  7. Les médecins, les infirmières et les assistants médecins sont des personnes aussi. Soyez respectueux et attentif, et prenez le temps de reconnaître que votre douleur peut être très frustrante pour votre médecin. Comme vous savez, trouver le bon traitement peut vouloir dire de multiple efforts sans succès.. Donnez-lui/elle une chance; n'allez pas là avec une attente qu'il/elle ne sera pas aidant.
  8. La gestion des opiacées est devenue plus difficile et peut sembler risquée pour certains médecins.  Malgré votre succès avec votre responsabilité de la prise d'opiacées et la connaissance que vous n'avez pas de problème avec l'abus et la dépendance, les médecins sont sous pression d'être en garde contre contribuer à la prescription de l'abus dans notre société. Vous pouvez jouer un rôle clé:
    • Ne demandez pas de renouvellements tôt ou n'augmentez pas votre dose de médication sans en discuter avec votre médecin en premier; 
    • Comprenez que le meilleur résultat est de faire approuver votre demande d'opiacées. Gardez une liste de ce que vous êtes capable de faire parce que vous êtes sur les opiacées; ceci sera rassurant pour votre médecin;
    • Sachez comment les opiacées affectent votre niveau et l'intensité de votre douleur;
    • Protégez vos prescriptions. Perdues ou volées les médications d'opiacées sont un danger pour un possible abus ou un détournement.
      • Protégez votre approvisionnement comme vous garderiez d'autres objets de valeur; gardez vos médications pour la douleur dans le cabinet de toilette est la pire place - la plupart des médications perdent de leur efficacité à la chaleur, dans les régions humides et c'est probablement la première place que les voleurs vont regarder. Gardez-les loin des adolescents ou des invités ( des amis et des membres de la famille qui sont aussi connus pour avoir volé des prescriptions de médicaments).
      • Ne transportez pas tout votre approvisionnement du mois en-dehors de la maison.
      • N'ouvrez pas à la vue le pot au-dessus de l'évier ou de la toilette.
      • Gardez-les hors de la portée des enfants et des animaux.

    • Soyez soucieux que si on vous demande de signer un accord pour les opiacées, de passer un examen de routine pour la drogue ou compter des pilules durant votre visite, que cette procédure est utilisé pour sécuriser le médecin et sa pratique; ceci n'est pas un manque de confiance réfléchi. 

    Si vous ne comprenez pas ce que votre médecin vous a dit, répétez ce que vous pensez que vous avez entendu. Clarifiez en demandant, "Je pense que je vous ai entendu dire que... Est-ce que c'est ça que vous avez voulu dire?"
  9. Prenez des notes durant la visite ou considérez demandez un ami ou un membre de la famille de vous accompagner. Il y a beaucoup d'informations à retenir au sujet des soins de votre douleur et vous pouvez être distrait. Emmenez quelqu'un peut être aidant pour prendre des notes ou demandez des questions.

Ceci est seulement quelques trucs pour améliorer la communication avec votre médecin et enrichir vos soins de douleur.

Contributeurs:

Bill McCarberg, MD, et Maggie Buckley, APF Board Member

Cet article a été originalement publié dans le  APF Pain Community News Hiver 2008, Volume 8, Issue 1.






Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com