Je suis déclarée fibro depuis un an, malade depuis plus, mais je ne voulais pas voir la réalité et je continuais malgré la fatigue, les douleurs et les soucis.....Aujourd'hui, je sais que j'ai laissé ma peau dans mon boulot......J'étais directrice, je suis devenue institutrice pour me ménager mais c'était trop tard  .....Aujourd'hui je suis dans l'incapacité de travailler et de toute façon ma nouvelle directrice ne veut pas d'une malade qui va aller et venir et perturber les enfants et plus encore les parents  paraît-il.........C'est le boulot qui m'a entraînée où je suis, toujours à  donner sans compter, faire des heures, accueillir des stagiaires, animer des formations, j'étais alors directrice d'une école, sans aucune décharge....Il fallait remonter cette école, nous l'avons fait grâce à une super équipe de parents.

J'ai tout donné ......J'ai démissionné..... usée.  mais aussi écoeurée qu'une seule personne arrive à  détruire ce que nous avions construit en se conduisant mal........J'ai tout recommencé. Quand on arrive dans une école on vous donne les plus mauvaises places, cours doubles, enfants en difficultés. J'ai continué à donner, à taire mes douleurs, une ancienne directrice, on ne l'aide pas trop, on la  teste. J'ai tenu un an malgré les douleurs physiques et morales. J'ai surmonté une dépression réactionnelle mais les douleurs et le diagnostique m'ont fait replonger...Ce n'était pas possible, pas moi .. je ne pouvais ni être malade, ni dépressive.....Je suis plutôt une battante, la dépression a été présente dans ma vie avec son spectre de mort.....j'ai toujours cherché à comprendre.

J'ai accepté le suivi médico-psychologique malgré ce que cela pouvait vouloir dire......mais que de chemin parcouru.....,j'assume mieux, je commence à accepter mes limites. J'avais perdu 45 kg, je les ai repris, j'avais un boulot passion, je ne l'ai plus....je pensais avoir plein  d'amis, je découvre aussi que c'était beaucoup de gens intéressés, tout ça je l'accepte mieux. Je ne regrette rien..j'ai toujours voulu être plutôt que paraître et je dois continuer sur une autre route..........Ce qui est dur aujourd'hui , c'est de ne pas savoir contre quoi on se bat vraiment, de souffrir nuit et jour parfois, mais aussi  d'avoir peur de la convocation de sécu et de son verdict (rien depuis un an d'arrêt, ça va arriver , c'est obligatoire).....mais aussi, encore parfois d'affronter le regard des autres quand je dis ce qu'est cette maladie fantôme mais pourtant si réelle, ce que j'ai comme traitement où que je suis suivie psychologiquement ....car il faut parler pour que les choses bougent pas pour moi, c'est trop tard, mais pour tous les autres...; qui souffrent, qui sont seuls, parfois sans ressource ....J'ai plus de chance que certain et je le sais......

Oui la fibro est dure, très dure mais ce qui me fait tenir, c'est l'amour de mon mari, de mes trois grands garçons (et d'une probable belle fille ), de ma jumelle et de tous ceux qui m'aiment, qui savent  que je ne triche pas , qui savent que j'ai repris mes études, à l'âge de 34 ans, sans bac avec trois petits enfants pour devenir institutrice (niveau deux +2ans,  à l'époque) puis directrice, maître formateur parce que j'y croyais à ce boulot et en tous ces mômes.....Je dois faire le deuil de mon boulot/passion  m'ont dit les psy et autres toubibs mais pas de ma VIE... et personne ne doit sacrifier sa vie à cette maladie ou le moins possible.......

Je sais que c'est dur parfois, que c'est parfois plus dur aujourd'hui qu'hier, et que je ne suis peut-être pas au bout alors  j'essaye de saisir  la vie comme elle vient,  un peu au ralenti, la vie et tout ce qui peut me faire avancer et espérer ...., ma dernière insomnie m'a permis de lire le livre magnifique  de Eric Emmanuel Smith: (Oscar et la dame en Rose) et aujourd'hui la lecture de tous les textes signataires de la pétition en français me rend plus battante  ... je fais des choses que je payerai en douleurs mais je préfère profiter.. Je sais que je ne suis pas seule, que des milliers de personnes vivent avec la fibro parfois depuis très longtemps, parfois plus douloureusement que moi et je leur dis merci pour leur témoignage merci de témoigner, merci de me permettre de connaître votre histoire pour que des enfants de 7ans ne connaissent pas cette douleur......pour que des personnes sans ressources soient aidées, pour  la vraie VIE, tout simplement.

Je me permets d'ajouter..... Prier si c'est dans votre  coeur, prier celui qui vous donne  un amour éternel et une vie éternelle quel que soit son nom, moi, c'est Jésus Christ .....je m'abandonne parfois et cela m'aide aussi.... Je pleure aussi parfois.... comme tout le monde mais cela va tellement mieux après.... Tous ces  témoignages doivent faire avancer les gouvernements et je suis ravie de me joindre à  vous tous.......

Martine de France