Le contrôle de base pour la douleur chronique du syndrome de la fatigue chronique et de la fibromyalgie

ProHealth.com
par David S Bell, MD, FAAP
25 janvier 2012

Cette information a été premièrement publiée en février 2000 dans le Lyndonville Journal - une lettre bi-mensuelle du bureau médical du Dr. Bell qui devance le Lyndonville News (DavidSBell.com). Elle est reproduite ici avec sa permission,* et offre des aperçus qui tiennent au fil du temps.

______________

Le contrôle de la douleur chronique

Des symptômes difficiles mais traitables du syndrome de la fatigue chronique et de la fibromyalgie sont rarement traités adéquatement. Les maux de tête, la sensibilité de la lymphe, la douleur musculaire et la douleur à la jointure causent des incomforts considérables à long terme - quelquefois légers, quelquefois sévères. Il peut y avoir des fluctuations dans la sévérité de la douleur.

Si la douleur persiste d'un des plus important symptômes de la fatigue chronique/fibromyalgie, soyez certain d'en parler spécifiquement à votre médecin.

Principes généraux

Il y a plusieurs principes généraux pour gérer la douleur qui devraient être compris par le patient:

1. Toujours utiliser la plus petite quantité de la médication pour la douleur. Ces médicaments ont des effets secondaires et peuvent causer une intolérance et ne rien faire pour guérir la cause sous-jacente. Ne pas les utiliser s'ils ne sont pas nécessaires.

2. Ne pas traiter un malaise général avec de la médication pour la douleur. Quelquefois, vous allez vous sentir mal mais la douleur n'est pas si pire. Alors, utiliser de la médication pour la douleur n'aidera certainement pas. 

3. Parler clairement de votre douleur avec votre médecin.  Il y a plusieurs symptômes avec le syndrome de la fatigue chronique et de la fibromyalgie et si [comme votre médecin] je ne connais pas la pire douleur de vos symptômes, je ne la soignerai pas. C'est parce que, si cette douleur est une, parmi 20 symptômes, je n'y porterai pas attention.

4. Soyez patient et observez les types de douleur. Si la douleur est douce et tolérable pendant deux mois, ensuite pire pendant une semaine, ne sautez pas aux conclusions tout de suite. Si la douleur diminue après une semaine, vous ne saurez pas si c'est la médication ou seulement les fluctuations de la maladie. Une fois que vous allez comprendre les fluctuations des différents types, il peut être raisonnable d'avoir une forte médication pour la douleur en main pour les mauvaises périodes, ensuite l'arrêter quand c'est possible.

5. Évaluer la réponse à une classe de médications bien avant de changer de classes. Plusieurs personnes n'utilisent pas ibuprofène correctement et ensuite arrête pensant qu'il n'aide pas.

6. Ne prenez pas de médications pour la douleur tôt le matin car la douleur et la raideur du matin normalement diminuent après une heure. Les médications vont prendre ce temps-là pour faire effet et ensuite vous restez avec les médicaments pour les prochaines heures sans en avoir besoin. Vous pouvez avoir une meilleure approche au coucher en prenant un médicament à action prolongée ou en vous étirant ou en vous douchant le matin. 

Médicaments pour la douleur par classe

1. Les médicaments non-stéroidiens anti-inflammatoires (NSAIDs). Cette classe de médicaments est standard, plusieurs d'entre eux sont en vente libre. Si vous n'avez pas de soulagement, assurez-vous que vous les utilisez efficacement et à la bonne dose. Par exemple, ibuprofène peut être efficace pris trois fois par jour pour prévenir la douleur sévère, mais ne semble pas fonctionner si utilisé seulement en temps de crise. Tout peut causer des brûlements d'estomac et même des ulcères.

2. Acétaménophène (Tylenol® et les autres). Cette médication n'a pas d'effet sur l'inflammation mais peut être utile pour les maux de tête et la douleur musculaire et aux jointures. C'est un premier bon essai. Il peut causer des problèmes de foie si utilisé à très hautes doses et ne devrait jamais être pris excessivement. Si la dose régulière n'aide pas non plus ajouter un NSAID ou changer de médication. N'augmenter pas trop la dose.

3. Nouveaux  NSAIDS. Pour des raisons que je ne comprends pas, quelquefois d'autres NSAIDS fonctionnent mieux que l'ibuprofène et peuvent être pris régulièrement et moins fréquemment durant la journée. C'est raisonnable d'essayer d'autres choses dans la même classe, normalement par prescription, avant d'essayer d'autres médications plus fortes.

Celles-ci peuvent inclurent:

Diclofenac (Voltaren®) 50mg trois fois par jour, ou le Voltaren® XL 100mg longue action, une fois par jour.

Sulindac (Clinoril™) 100 à 200mg deux fois par jour. Ne dépassez pas 400mg par jour.

Naprosyn et plusieurs autres.

Arthrotec® est une marque qui combine diclofenac avec le médicament misoprostal pour protéger l'estomac (50mg/200mg jusqu'à quatre fois par jour). Ne le prenez pas si vous êtes enceinte ou même si vous pensez que vous êtes enceinte.

4. Tricycliques. Ces médicaments sont la vieille forme des antidépresseurs et améliorent le soulagement de la douleur, mais doivent être pris régulièrement pour être efficaces. Ils devraient être utilisés pour prévenir la douleur et ne devraient jamais être pris quand la douleur est extrême. Ceci est une sorte de médication qui doit être prise régulièrement, les bons jours comme les mauvais. Les patients avec les syndrome de la fatigue chronique en profitent le plus et commence à faible dose quand ils devront l'utiliser.

[Note: SSRIs sont une autre sorte d'antidépresseur, lesquels peuvent être prescrits aussi pour la douleur chronique même sans dépression.]

5. Tramadol (Ultram™ – 50 à 100mg trois fois par jour). J'aime cette médication partiellement parce que le nom sonne comme Kurt Vonnegut l'a désigné. Il devrait être utilisé avec prudence en liaison avec le Prozac™ et les tricycliques. C'est un cousin des NSAIDS et a un certain effet sur les systèmes de la sérotonine et la norépinéphrine aussi bien qu'il est aussi un très faible opiacée. Pendant qu'il est improbable de causer de la dépendance, certaines personnes disent que ça n'a pas de valeur. Mais c'est bon à essayer.

6. Baclofen®. Ceci est un médecament intéressant; pas cher, et quand il fonctionne -- il est bien. Malheureusement, il ne fonctionne pas très souvent. Il est meilleur quand la douleur musculaire est une crampe ou un spasme, c'est pourquoi il est utilisé en sclérose en plaques. Il est relié aux benzodiazépines tel que le clonazepam ou l'alprazolam et devrait être utilisé avec précaution. Une certaine sédation est probable et la dose ne devrait pas excéder 10mg, trois fois par jour. 

7. Médications contre l'épilepsie. Celles-ci doivent être utilisées avec précaution, étant donné que les effets secondaires peuvent être significatififs, mais quand ils fonctionnent, ils soulagent. Ce n'est pas de la médication que l'on prend à l'occasion.

a. Neurontin (Gabapentin™ 900 à 1800mg par jour). Cette médication a été développée pour les désordres d'épilepsie et peut causer du vertige ou augmenter la fatigue. Le soulagement du mécanisme de la douleur est incertain. Des effets secondaires significatifs sont possibles et ils devraient être révisés attentivement avant d'être utilisé. 

b. Carbamazepine (Tegretol® 100mg deux fois par jour à un maximum de 1200mg par jour. Tegretol® XR 100mg deux fois par jour.) Ce médicament pour la crise d'épilepsie peut causer de l'excitation, des problèmes de la moelle des os et des réactions allergiques et ne devrait pas être utilisé avec erythromycin, Prozac et d'autres médicaments.  C'est un cousin des tricycliques et quelquefois donne un bon soulagement de la douleur.

8. Narcotiques (opiacées). Pendant que ces droques ont toujours la possibilité de l'accoutumance, on dit que l'accoutumance arrive rarement quand utilisé pour traiter la douleur sévère. L'utilisation intermittente est meilleure si possible. Les médecins utilisent normalement les narcotiques à contrecoeur étant donné le risque d'accoutumance; vous n'avez pas besoin de plus de problèmes que vous en avez déjà.  Propoxyphene (Darvon™) est mon médicament le moins favori car il a un haut potentiel d'accoutumance et offre un piètre soulagement.

Une note en conclusion

Quand les personnes entendent les effets secondaires des médicaments, ils ont souvent peur et ne sont pas prêts à essayer les médicaments. Si vous voyez les effets secondaires de l'acétaménophène (Tylenol®) vous ne le prendriez probablement jamais parce qu'ils incluent la mort, parce qu'ils sont contaminés au cyanure.

Quand 280 millions de personnes utilisent un médicament, des effets secondaires vont arriver. Garder à l'esprit que si vous voyez des effets secondaires et des dangers à prendre une douche (i.e., glisser dans le bain, etc.) les personnes ne prendraient plus de bain. Ceci, cependant, aussi a ses effets secondaires (perte d'amis, médecins, etc.).

Utiliser votre tête. Toute médication qui fait quelque chose va avoir des effets secondaires. Certains des médicaments les plus sûr ne sont pas sûr parce qu'ils ne font rien. Considérez les médications comme si vous considériez conduire une auto. Ils sont tous les deux dangeureux, mais sont aidant si bien utilisé.

- David S Bell, MD, FAAP

* Reproduit avec la permission du papier des archives du Lyndonville Journal, © Bell, Pollard, Robinson, 2000. Tous Droits Réservés. Voir la page web du Dr. Bell’s pour signer pour son e-successor, le Lyndonville News (www.DavidSBell.com).

* * * *

Notes sur le Lyrica, Cymbalta, Savella & SSRIs prescrit pour la douleur de la fibromyalgie


Par Dr. Mark J Pellegrino, MD

Cette information est extraite du questionnaire passée de ProHealth  Q&A session with Dr. Pellegrino sur la fibromyalgie et comment la gérer.

Lyrica® (pregabalin) and Cymbalta® (duloxetine)

Les deux: le Lyrica (pregabalin) et le Cymbalta (duloxetine) ont été approuvés par le FDA pour la fibromyalgie. Les deux aident la plupart des personnes avec la douleur de la fibromyalgie; les études ont montré que la majorité des patients ont une amélioration d'au moins 30% de leur douleur.

Ils ont différents mécanismes d'actions. Le Lyrica travaille sur les canaux de calcium, lesquels sont des parties spécialisées du nerf qui conduit les signaux de la douleur. Le Lyrica bloque le signal de la douleur à travers la sensibilité des canaux de calcium. Le Cymbalta travaille sur le chemin du nerf qui inhibe la douleur. Il fonctionne en augmentant la concentration des deux la sérotonine et la norépinéphrine, deux neurotransmetteurs dans la colonne vertébrale qui activent les nerfs qui bloquent la douleur.

Alors que le Lyrica travaille à diminuer l'intensité de la douleur et le Cymbalta travaille à augmenter l'inhibition de la douleur. Le lyrica peut causer de la sédation, de l'inflammation et un gain de poids et on le commence normalement à une petite dose, le soir et on essaie de l'augmenter pour obtenir un soulagement de la douleur.

Ne vous découragez pas si vous n'obtenez pas d'amélioration avec une petite dose; la raison principale pour commencer avec une petite dose et d'aller doucement est d'être certain que vous tolérez le médicament. Quelquefois vous avez besoin d'une plus haute dose, peut être 300mg/par jour ou plus avant d'obtenir un soulagement.

Cymbalta travaille mieux quand il est pris le matin et normalement on le commence avec une dose de 30mg pour la première semaine et ensuite on l'augmente à 60mg la deuxième semaine. Il peut causer de la nausée, la bouche sèche, augmenter la transpiration et diminuer l'appétit, mais il est normalement très bien toléré. Mon opinion, Cymbalta a un meilleur mécanisme d'action et est mieux toléré. 

Ce n'est pas impossible de prendre les deux médications, alors voyez votre médecin et voyez si vous êtes un candidat pour prendre un ou deux de ces médicaments.

Savella® (milnacipran)

Un troisième médicament approuvé par le FDA, Savella, pour la fibromyalgie, est semblable au Cymbalta et il fonctionne à concentrer et augmenter l'effet de la sérotonine et de la norépinéphrine dans le cerveau, comment, on ne le sait pas. On ne peut pas le prendre avec le Cymbalta il y aurait un risque du syndrome de sérotonine (excès de sérotonine, une réaction sérieuse du médicament). Normalement il aide plus l'humeur et la fatigue que la douleur.

SSRIs prescrit hors contexte pour la douleur

SSRI est pour l'inhibiteur sélectif d'augmentation de la sérétonine et réfère à la classe de médicaments appelé antidépresseurs. Ils travaillent en contrôlant le bloqueur de la sérotonine (une hormone trouvé basse chez les fibromyalgiques et chez les personnes en dépression), ainsi rendant plus de sérotonine disponible laquelle peut améliorer l'humeur.

Une utilisation hors contexte de SSRI pour le traitement de la douleur chronique est ressentie par l'augmentation de la sérotonine qui aide le corps à diminuer la douleur. C'est pourquoi plusieurs personnes peuvent s'apercevoir de certaines améliorations de la douleur de la fibromyalgie quand elles prennent un SSRI. Les effets secondaires potentiels peuvent inclurent: la prise de poids, une dysfonction sexuelle et vous faire sentir trop "engourdi".


___

Note: Cette information n'a pas été évaluée par le  FDA. Elle représente la recherche personnelle et les opinions de l'auteur, elle est pour information générale et n'est pas faite pour prévenir, diagnostiquer, traiter ou guérir toute condition ou maladie. SFC/FM sont des maladies très complexes et un avis dans une lettre n'est pas approprié pour un individu spécifique. Ainsi, si vous êtes intéressé ou que vous voulez continuer à poursuivre les idées présentées ici, s.v.p. discutez-les avec votre médecin personnel.

 

 

 










Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com