La diète pour la fibromyalgie: AU SECOURS! Je ne sais pas quoi manger

Par Sue Ingebretson • ProHealth.com • 27 août, 2013

Sur les pages de groupe de fibromyalgie de divers sites médiatiques, j'ai lu ce commentaire plus que d'autres: 

AU SECOURS! Je ne sais pas quoi manger!

Est-ce que ceci vous ressemble?

Si oui, vous criez en bonne compagnie. La cacophonie sur quoi manger (ou plus fort, quoi ne pas manger) est pratiquement assourdissante.

N'importe quel message, envoie ou article que j'écris qui mentionne la nutrition va probablement avoir de multiples commentaires exprimant la frustration dans ce domaine ... et pour une bonne raison. Pendant que les diètes spécifiques d'un indivitu varient, c'est clair que ce que nous mangeons a un gros effet sur comment nous nous sentons. Et, nous sommes tous différents, avec des besoins de nutrition unique.

Que la maladie chronique nous arrive tranquillement, ou commence soudainement (tel qu'après un accident, une maladie significative ou un évènement traumatisant) c'est commun pour les symptômes de se développer en cascades. Ils peuvent commencer avec des jointures raides et ensuite voyager vers un sentiment confus, fatigué, et souffrant de partout. La plupart d'entre nous, à un moment ou l'autre, avons dit que de la tête aux orteils, rien ne semble en forme.

Une santé avec une mauvaise digestion est une inquiétude généralisée, affectant tout le corps. Elle contribue aux troubles cognitifs, aux conditions de la peau et à la dysfonction du système immunitaire, aussi bien qu'à la douleur musculaire et aux jointures. Et, bien sûr, les symptômes digestifs sont présents aussi tel que la douleur intestinale, le gonflement, les gaz, la diarrhée chronique ou intermittante et/ou la constipation.

Ceux parmi nous avec la fibromyalgie (ou des défis variés auto-immunitaires) sont connus comme des individus super sensibles, vrai? On est super sensible à la lumière, aux sons, au toucher, aux senteurs et aux goûts. Ceci renforce aussi la sensibilité que nous avons reliée aux aliments que nous mangeons.

Nous pouvons être trop sensibles à des aliments qui ne semblent pas être un problème pour les autres. Une liste complète de ces aliments problématiques potentiels peut être trouvé plus bas, mais pour tout de suite, nous allons parler comment aborder cette information.

Au lieu de se concentrer sur quoi ne pas manger -- concentrez-vous sur quoi manger.

Cherchez des aliments qui nourrissent le corps à un niveau fondamental nutritionnel. Consommez équilibré et santé des macro aliments de qualité (protéine, légumes et bon gras) et soyez certain de rester hydraté toute la journée en buvant de l'eau propre et filtrée.

En fournissant des aliments vitaux qui manquent comme on pouvait s'y attendre de la Standard American Diet (S.A.D), le corps est alors plus capable de créer un environnement de guérison lequel résulte en une diminution de l'inflammation en général.

Vous espérerez réviser ce cet article de nutrition de base de ProHealth pour plus de détails.

Faire des substitutions santé est une façon formidable de faire de petits changements qui rapportent de bons résultats. Par exemple, échangez les grains modifiés (le maïs, le riz, les pains, les pâtes, les céréales, etc.) pour des grains entier naturel tel que le quinoa, le millet et l'amaranthe. Ils sont un plus pour tout repas et sont naturellement sans blé et sans gluten. Remplacez le beurre d'arachides préparé par du beurre naturel d'amande ou de cajous. Et/ou, utilisez de l'humus ou sauce pour beurrer au lieu de la mayonnaise préparée. 

Expérimentez et soyez créatif dans la cuisine. Faites-en un but d'essayer des aliments différents et nouveaux, vous donnant la permission d'être patient et flexible. Ça prend du temps pour s'adapter à des nouvelles textures et des goûts différents. Ne vous inquiétez pas si quelque chose n'est pas "comme" prévue instantannément. Ça peut vous surprendre plus tard de développer une folle envie pour des versions d'aliments plus santé que vous avez déjà aimés.

Se sentir habilité au sujet des options de vos aliments mène à faire de meilleurs choix santé au lieu de vous laisser limité ou privé. Le but est de faire de votre mieux pour remplacer les aliments hautement préparés et les aliments vides avec un grand choix qui sont aussi près de la nature que possible. Il n'y a pas de règle difficile et rapide à ce sujet.

Quand vient le temps de bien se nourrir, prendre des étapes vers une meilleure santé est la partie importante - sans tenir "rigueur" de tout ça. 

Les phrases comme "je ne devrais pas" et "je ne peux en avoir" n'aident pas quand on veut faire des changements nutritionnels. Elles impliquent un sens d'incapacité et une soumission à vos inquiétudes de santé. C'est pas mal plus valorisant de faire intentionnellement des choix d'aliments santé basés sur votre propre connaissance et de comprendre quels sont les aliments qui nourrissent le mieux votre corps.

Au début, quand j'ai commencé ma phase d'aliments vers la guérison, j'ai mis le lait au début de ma liste non-non depuis que je savais qu'il me donnait des problèmes intestinaux. Une fois que j'ai classé officiellement l'item "comme défendu", j'ai commencé à remarquer l'envie folle de la crème glacée, du fromage cottage et des quesadillas. Quand j'ai cédé à l'envie, j'ai souffert terriblement (il n'y avait pas d'ambiguité au sujet des effets secondaires physiques). Quand j'ai tenu ferme à ma croyance que "je ne pouvais pas" en avoir, les produits laitiers étaient tout ce à quoi je pensais. C'est seulement après avoir fait plus de recherches et appris comment l'intolérance au lactose affectait ma santé que j'ai fait le choix éduqué de ne plus en prendre.

J'ai appris que j'ai plus de succès quand je décide d'enlever quelque chose de mon plan nutritif au lieu de me sentir obligé de le faire.

Mon expérience avec les produits laitiers est seulement un exemple, mais j'ai vu ce même scénario avec mes clients. Ceux qui sont très régimentés avec eux-mêmes au sujet de ce qu'ils "peuvent" et "ne peuvent pas" avoir souvent expérimentent des envies significatives.

Rappelez-vous que rien nous fait envie plus que ce qui n'est pas permis.

Au lien de penser en termes de limites, concentrer vous simplement sur essayez de faire le mieux que vous pouvez.

Le tableau suivant montre une liste de base d'aliments qui peuvent vous être problématiques. S'ils déclenchent une réponse d'intolérance ou une sensibilité, c'est important de noter leur impact potentiel négatif sur votre santé en général.

Après avoir manger les aliments suivants, essayez de retracer tous les symptômes suivants qui se produisent. Portez attention à comment vous vous sentez immédiatement après un repas aussi bien qu'aux symptômes qui arriveront même plusieurs heures après. Suivez une variété de symptômes tel que de la douleur partout, de la fatigue, la fonction cognitive, la démangeaison, le nez/yeux qui coulent, la raideur des jointures et la dysfonction digestive. Aussi suivez tout désordre que vous pouvez remarquer concernant votre habileté (ou inhabileté) à vous endormir et à rester endormi.

Essayez – du mieux que vous pouvez - d'évaluer les aliments un à la fois.

Pour plus d'information sur comment faire ça, vous pouvez simplement écrire dans Google “diète d'élimination” et voir les multiples façons et méthodes de faire cet exercice. Vous allez voir aussi une grande variété d'aliments qui sont considérés problématiques. J'ai listé certains aliments fondamentaux ici, mais vous allez peut être préférer modifier cette liste selon vos besoins.

Ou, Vous pouvez choisir de suivre un plan de diète d'élimination dans des livres comme celui du Dr. Mark Hyman’s UltraSimple Diet, ou J.J. Virgin’s book, The Virgin Diet.

Ingrédients potentiellement problématiques 

Immédiatement  2 – 4 heures   Sommeil

 Blé/Gluten*

 

     

 Produits laitiers

 

     

 Maïs (et les grains semblables)

     

 Noix (arachides et variété de noix)

     

 Soya

 

     

 Oeufs

 

     

 Crustacés

 

     

 Caféine

 

     

 Édulcolorants artificiels
(inclus l'aspartame
contenant aussi des édulcolorants comme le Splenda)

     

 MSG

 

     

 Couleurs/Teintures articicielles

     

Préservatifs artificiels

     

 Légumes doux amères (tomates, patates blanches, aubergines, poivrons)

     


*Une note au sujet du blé/gluten: C'est probablement le plus parlé des problèmes d'aliments reliés à la fibromyalgie et aux conditons auto-immunitaires. Les rapports avec seulement l'inflammation et le trouble cognitif le mette comme suspect #1 pour déclencher les symptômes. Il y a de multiples façons de "manger sans gluten" et pendant qu'on sélectionne les aliments à l'épicerie dans les allées sans gluten cela peut sembler une solution rapide, mais vous pouvez ne pas trouver le soulagement que vous désirez de vos symptômes. C'est malheureux, mais plusieurs paquets d'aliments sans gluten substituent simplement une variété d'autres ingrédients artificiels pour le gluten.

Comme toujours, lisez les étiquettes et sélectionnez la plus grande qualité d'aliments avec le moins d'ingrédients possibles. Même mieux? Sélectionnez les aliments qui ont toujours été sans gluten . Bien sûr, toujours faire les meilleurs choix que vous pouvez pendant que vous travaillez à l'intérieur de votre budget personnel. (Voir  “
How to Eat Healthy on a Limited Budget”)

_______________
 

Sue Ingebretson (www.RebuildingWellness.com) est une auteure, conférencière, certifiée pratiquante en soins de santé holistique et directrice du développement du programme pour la fibromyalgie et le Chronic Pain Center au California State University, Fullerton. Elle est aussi une Patient Advocate/Fibromyalgia Expert pour le site internet Alliance Health et rédactrice pour la communauté du site internet ProHealth.

Son livre vendu #1 sur la maladie chronique sur   Amazon, FibroWHYalgia, détaille son propre parcours de la maladie chronique à son bien-être chronique. Elle est aussi la créatrice de FibroFrog™- un outil thérapeutique de soulagement qui fournit des bénéfices puissants de guérison avec du plaisir et de la fantaisie.










Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com