Fibromyalgie et le cerveau: de nouveaux indices révèlent comment la douleur et les thérapies sont traitées

ProHealth.com • 12 novembre, 2012

– Source: American College of Rheumatology (ACR) news release, 10 novembre, 2012

[Note: Le communiqué de presse suivant et le résumé sont présentés par Richard E. Harris, PhD, le 13 novembre, 2012 à la réunion annuelle ACR.]

Fibromyalgia and the Brain: New Clues Reveal How Pain and Therapies are ProcessedSelon la recherche présentée cette semaine à la réunion annuelle de l'American College of Rheumatology  à Washington, D.C., la douleur expérimentée par les personnes avec la fibromyalgie peut être causée par un problème avec la façon que le stimuli de la douleur est traité dans le cerveau.

Le signal de la douleur anormale traité peut être aussi relié à un manque de réceptivité aux opiacées, une classe commune de soulagement de la douleur.

La fibromyalgie est un problème de santé commun qui cause de la douleur partout et de la sensibilité. Un estimé de 5 millions d'américains sont affectés par cette maladie, avec une co-existence des symptômes incluant la la fatigue chronique, des problèmes cognitifs et un mauvais sommeil. La fibromyalgie est souvent diccile à diagnostiquer et la conditon est plus commune chez les femmes, même si elle peut arriver chez les hommes.

“Même si nous avons su pendant un certain temps que le cerveau est la clé du joueur dans la pathologie de la fibromyalgie, nous n'avons cependant pas encore compris comment la régularisation de la douleur a été interrompue avec cette condition," dit Richard E. Harris, PhD, assistant professeur à l'Université du Michigan, Ann Arbor, Mich., et chercheur dirigeant de l'étude.

Des études précédentes indiquent que les patients avec la fibromyalgie ont augmenté leur sensibilité à la température, au toucher et à la pression. De plus, certains des travaux précédents du Dr. Harris ont démontré que les personnes avec la fibromyalgie produisent une quantité augmenté de peptides endogènes d'opiacées (aussi connues comme endorphines qui naturellement soulagent la douleur) qui agit sur le cerveau des récepteurs µ-opiacée à  pour diminuer la douleur. Un autre travail par ce même groupe a montré que le cerveau fibromyalgique affiche une réponse améliorée au stimuli douloureux, suggérant un problème avec le processus de la douleur. Cette étude en cours cherche à déterminer si ces deux facteurs, ont altéré la fonction des récepteurs µ-opiacée et ont amélioré la réponse du cerveau à la douleur, en fait arrive simultanément dans le même groupe de personnes avec la fibromyalgie - et à l'intérieur des mêmes régions du cerveau.

Pour répondre à cette question, les chercheurs de l'University du Michigan ont mesuré le changement de la circulation sanguine dans le cerveau de 18 patients avec la fibromyalgie après des stimulis douloureux, utilisant une imagerie de raisonnance magnétique. Ils ont aussi mesuré le récepteur µ-opiacée liant la disponibilité avec les examens addititionnels. Ces données ont été collectées avant et après l'acupuncture et l'acupunture faussé (laquelle est essentiellement une acupuncture placébo) traitement désigné pour diminuer la douleur. Cette association entre la réponse au cerveau à la douleur et le lien des récepteurs µ-opiacées a été alors examinée.

L'étude a révélé une association négative forte entre la réponse au cerveau à la douleur et à la disponibilité liant les récepteurs µ-opiacées: la partie inférieure de la disponibilité de liaison aux récepteurs plus la réponse du cerveau à la douleur. Une corrélation positive a également été observée dans la région de prévention de la douleur classique, le cortex préfrontal dorsolatéral droit. Fait important ces associations étaient également liés aux sensations de douleur rapportés par les patients.

Pour la première fois, cette étude montre que le lien d'un récepteur µ-opiacée est associé étroitement avec la réponse du cerveau de la douleur de la fibromyalgie. Les données mènent les chercheurs à spéculer que certains individus avec la fibromyalgie peuvent avoir un contrôle faible  ou une diminution avec l'activité du récepteur opiacé qui peut exagérer la sensibilité à la douleur. De plus, ces mêmes individus sont probables de ne pas bénéficier des médicaments opiacées comme ils peuvent avoir moins de fonctionnement avec les récepteurs.

“Ces données peuvent aussi expliquer pourquoi certains états de douleurs chroniques montrent des similarités avec le paradoxal opiacée causé par la sensibilité à la douleur," dit Dr. Harris.

Présentation numéro: 2450

La réponse de la douleur au cerveau provoquée est associée avec la diminution d'un récepteur µ-Opiacée lié avec la fibromyalgie
Par Richard E. Harris, et al.

Appui/but: Des études précédentes indiquent que les patients avec la fibromyalgie ont augmenté les réponses au cerveau au stimuli douloureux (i.e. hyperalgésie/allodynie), ainsi qu'une production augmentée des opiacées endogènes et un récepteur diminué µ-opiacée lié. Cependant, ce n'est pas connu si ces facteurs apparaissent dans le même individu ou si ces facteurs agissent indépendemment. Nous avons effectué une étude longitudinale utilisant l'imagerie fonctionnelle magnétique et une tomographie à émission positron chez les patients avec de la douleur chronique diagnostiqués avec la fibromyalgie pour aborder cette question. Si ces facteurs fonctionnent chez le même individu, nous avons attendu une corrélation inverse entre les changements de l'imagerie magnétique provoqués par l'activité de la douleur et le lien probable entre MOR et (BP).

Méthodes:
Les sessions de l'imagerie magnétique et la tomographie à émission positron ont été effectuées sur 18 patients avec la fibromyalgie naïve opiacée (âgée de 45.4+/- 13.0). Chaque participant a eu un traitement de 4 semaines non pharmacologique. Avant et après le traitement, chaque patient a eu une imagerie magnétique avec des niveaux variés de pression de la douleur appliquée au pouce aussi bien que 90-minutes [11C]carfentanil tomographie à émission positron sous des conditions de repos. Après la quantification des données de la tomograhie à émission positron avec des parcelles Logan, l'imagerie magnétique et le pré-traitement des données de la tomographie à émission positron ont été effectués avec l'application statistique paramétrique (SPM5). L'imagerie magnétique et la tomographie à émission positron étaient normalisées au même gabarit. Les images différentes avant et après le traitement ont été calculées pour les deux, l'imagerie contraste et la tomographie à émission positron. Un cerveau complet avec une analyse de corrélation voxel-par-voxel entre l'imagerie magnétique et la différence des images de la tomographie à émission positron ont été effectuées utilisant l'outil biologique de cartographie paramétrique. Les groupes d'activation étaient définis basé sur le coefficient de corrélation, avec |R|>=0.6 non corrigé. La douleur clinique était évaluée avec le formulaire de questionnaire court de McGill sur la douleur.(SFMPQ).

Résultats:
Les corrélations négatives entre le changement du niveau de l'oxygénation du sang dépendant de la raisonnance magnétique et le MOR BP ont été observées dans des régions multiples impliquées dans le processus de la douleur et la modulation: insula droite postérieure  R=-0.82,P=0.0004; insula gauche moyenne R=-0.82, P=0.0003; cortex frontal gauche orbital R=-0.75, P=0.0004; amygdale droite R=-0.68, P=0.002; tronc cérébral R=-0.71, P=0.0009.

Des corrélations positives ont été observées avec le DLPFC droit R=0.66, P=0.003; cingulate postérieur R=0.62, P=0.006; putamen droit R=0.72, P=0.0008. Les changements des résultats dans les deux imageries fonctionnelles étaient négativement associés avec les changements dans la douleur clinique: BOLD à droite DLPFC et la douleur clinique SFMPQ; R=-0.52, P=0.03; MOR BP à l'insula moyenne gauche et  SFMPQ présente la douleur R=-0.51, P=0.03.

Conclusion: Nous trouvons de fortes associations longitudinales entre les activations de la douleur suggestive de l'hyperalgésie et de la disponibilité du récepteur µ-opiacée (liant probable, BP) dans les mêmes régions du cerveau, chez les patients individuels avec la fibromyalgie. Des associations positives ont été aussi observées entre les réponses BOLD et le récepteur BP µ-opiacée (dans des directions opposées) avec le respect à la douleur clinique.

Ces données suggèrent que le système µ-opiacée est d'une certaine manière impliqué dans la pathogène de la fibromyalgie, et peut même expliquer pourquoi ces patients ne répondent pas généralement aux analgésiques narcotiques, et peuvent même empirer quand ces médicaments sont utilisés thérapeutiquement.

Le financement pour cette étude a été fourni par l'institut National de la santé et le département de la défense.

Le collège américain de rhumatologie est une société professionnelle médicale internationale qui représente plus de 9 000 rhumatologues et d'autres professionnels de la santé en rhumathologie autour du monde. Sa mission est d'avancer en rhumatologie. La ACR/ARHP réunion annuelle est la première réunion en rhumathologie.

Source: Communiqué de presse de l'American College of Rheumatology (ACR), 10 novembre, 2012. Par Richard E. Harris (University of Michigan, Ann Arbor, Mich.), Heng Wang, (University of Michigan, Ann Arbor, Mich.), Daniel J. Clauw (University of Michigan, Ann Arbor, Mich.), Jon-Kar Zubieta (University of Michigan, Ann Arbor, Mich.).








 

 

Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com