American Pain Foundation

Jeudi le 16 février, 2012

Fibromyalgie et l'obésité: Assez déjà

Obesity & Pain L'excès de poids du corps peut attirer plusieurs problèmes de santé et la recherche a lié l'obésité avec plusieurs conditions de douleur chronique incluant le syndrome de la fibromyalgie. Un nouveau rapport pousse la notion que l'obésité chez les personnes avec le syndrome de la fibromyalgie peut être associée avec une plus grande incapacité et une plus pauvre qualité de vie. Cependant, la relation causale entre l'obésité et le syndrome de la fibromyalgie est incertaine et il y a une possibilité que toute cette question peut être aveugle et n'apporte rien d'utile. 

Dans la dernière itération de la recherche établissant des liens entre la fibromyalgie et l'obésité, une équipe de Mayo Clinic, Rochester, Minnesota, a évalué le statut de l'index de la masse du corps et son association avec la sévérité du symptôme et la qualité de la vie [Kim et al. 2012]. Dans cette étude, 888 patients qui ont été vus au Fibromyalgia Treatment Clinic ont complété le questionnaire: Fibromyalgia Impact (FIQ) et le sondage court: Short Form 36 (SF-36) sur la santé.

L'écriture dans l'édition Arthritis Care & Research, de février 2012, les chercheurs ont rapporté que la distribution du BMI du non obèse (BMI <25.0), le surpoids (BMI 25.0–29.9), le modérément obèse (BMI 30.0–34.9), et l'obèse sévère (BMI ≥35.0). Chez les patients avec le syndrome de la fibromyalgie, les résultats ont été en gros de 28%, 27%, 22%, et 23%, respectivement. Ceci veut dire que 45% des patients avec le syndrome de la fibromyalgie pourraient être caractérisés comme oblèse.

L'âge était significativement différent dans les 4 groupes, avec ceux ayant un plus grand BMI étant plus vieux (P = 0.004). Cependant, après s'être ajusté avec l'âge, les patients avec des scores du plus grand BMI avaient encore plus de symptômes reliés au syndrome de la fibromyalgie avec un total pire (P < 0.001), ainsi les scores significativement pires dans le FIQ au bas de l'échelle de la fonction publique: le travail manqué, l'habileté au travail, la douleur, la raideur et la dépression. En plus, les patients plus pesants avaient aussi un plus pauvre score de SF-36 dans le fonctionnement physique, l'index de la douleur, la perception de la santé en général et d'autres facteurs. Les analyses après faits de 4 groupes ont montré que les différences entre les groupes ont demeuré premièrement dans la sévérité du groupe obèse comparé avec les autres groupes.

Les chercheurs concluent que l'obésité, spécialement de forme sévère, s'attire le plus grand niveau des symptômes du syndrome de la fibromyalgie et une moins bonne qualité de vie. Ils suggèrent que leurs "résultats sous évaluent l'importance d'incorporer des stratégies pour gérer le poids dans les programmes de traitement pour les patients avec la fibromyalgie." 

COMMENTAIRE: Malheureusement, cette recherche est actuellement pas tout à fait nouvelle, elle offre peu d'aperçus et la recommandation de la perte de poids a peu de support évident.

Pour une chose, l'évidence suggère déjà que l'obésité et la douleur souvent vont ensemble. Par exemple, une précédente mise-à-jour sur le sujet de la douleur a montré que l'obésité apparaît jouer un rôle critique dans l'arthrite: dans une étude, environ 30% des adultes obèses ont été diagnostiqués avec l'arthrite comparé avec 20% des personnes catégorisées comme étant obèse et seulement 17% avec les adultes normaux ou avec un poids plus bas que la normale. Récemment, Nous avons aussi rapporté une grande étude de plus d'un million d'américains qui a confirmé la présence d'un plus grand taux de douleur entre les personnes plus pesantes. 

De plus, de précédentes mise-à-jours ont observé que le syndrome de la fibromyalgie -- caractérisé par de la douleur partout et une variété de désordres fonctionnels -- affligent un estimé de 10 millions de personnes dans les États-Unis et jusqu'à 6% de la population mondiale; plus fréquemment les femmes. Plusieurs études de recherches ont rapporté que l'obésité et les femmes obèses -- particulièrement celles qui ne font pas d'exercice -- semblent être à plus grand risque d'avoir le syndrome de la fibromyalgie.

Alors, nous l'avons. Quand ça regarde la douleur... l'obésité est mauvaise... et la fibromyalgie est mauvaise. Mais est-ce que l'obésité et la fibromyalgie sont interconnectés?

Si oui, est-ce que perdre l'excès de poids améliore le syndrome de la fibromyalgie et stimule la qualité de vie des malades? Ou, est-ce que tout ça est une cause à effet erronée si commune dans la recherche de la douleur, appelé cum hoc, ergo propter hoc, ou “Après cela, mais pas à cause de cela". Ça présume que les conditions qui arrivent ensemble sembles dépendre l'une de l'autre, lequel souvent est entièrement erroné.

C'est bien connu que la corrélation n'est pas la même que la cause, cependant beaucoup de la recherche implique que les fortes associations de l'obésité et du syndrome de la fibromyalgie reflètent une certaine relation de cause à effet. Cette sorte de pensée fausse est comme l'observation que plusieurs personnes semblent être prêtes à porter des parapluies les journées qu'il pleut; ainsi, les parapluies doivent être une importante cause de la pluie. Pendant que ceci peut sembler absurde, un peu de ce même raisonnement  apparaît dans la littérature de la recherche de la douleur.

Par exemple, comme nous discutons d'une mise-à-jour de plus d'un an, une équipe de chercheurs de Norway a conclu d'une grande étude longitudinale de femmes que de faire de l'embonpoint ou d'être obèse augmente significativement les chances de développer la fibromyalgie. Les femmes plus pesantes ont été classées avoir un risque plus grand de 70% de développer la maladie comparées aux femmes de poids normaux. Cependant, ni cette étude ni d'autres recherches à date ont essayé de déterminer quelle maladie, l'obésité ou le syndrome de la fibromyalgie, s'est développée en premier. Par conséquent, ils ne pouvaient pas déterminer la cause et l'effet, même si certains chercheurs et rapports de média ont sous-entendu que d'être gros mène au syndrome de la fibromyalgie et/ou le rend pire. 

Il semble également plausible que le syndrome de la fibromyalgie est plus un facteur de risque pour l'excès de poids que le contraire. La nature de la maladaie -- avec ces inconforts physiques, ces stress émotionnels et ces perturbations du sommeil -- avec certaines médications utilisées pour son traitement peuvent prédisposer une personne à un gain de poids, que ce soit dû à l'évitement de l'exercice, une mauvaise nutrition ou d'autres influences. Et le BMI est une mesure inadéquate pour  pour évaluer la cause à effet pour commencer, étant donné que ça ne compte pas pour plusieurs variables, qui pourraient être importantes, telle que la location du gras dans le corps, la masse musculaire, la structure des os et un grand nombres de neurobiologie individuelle, ethnique, génétique et des facteurs métaboliques.

Alors, qu'est-ce que la recherche à jour nous dit? Pas grand chose -- et ça pourrait être le temps d'arrêter d'investir plus d'effort et d'espace dans les journaux médicaux, pour simplement démontrer une association en l'obésité et le syndrome de la fibromyalgie.

Savoir que l'obésité et le syndrome de la fibromyalgie arrivent ensemble et qu'ils ont une étendue considérable est intéressant mais n'est pas un diagnostique, un prognostique ou une valeur thérapeutique. Il n'y a pas présentement aucune logique scientifique bien établie pour le pourquoi que l'obésité pourrait causer le syndrome de la fibromyalgie, ou vice versa. Et, pendant qu'il pourrait y avoir une cause probable pour croire qu'un programme de perte de poids pourrait aider à soulager les symptômes du syndrome de la fibromyalgie, il n'y a pas d'évidence convainquante à date pour supporter cette notion.

Bien sûr, ceci n'est pas pour renier que la diminution de poids serait bénéfique pour la santé en général de toute personne obèse mais le rôle de l'obésité spécifiquement avec le syndrome de la fibromyalgie -- physiologiquement et psychologiquement -- ont besoin de plus d'élaboration pour déterminer si les stratégies de traitement  pour gérer avec l'aspect du syndrome de la fibromyalgie sont nécessaires, appropriés et bénéfiques.

REFERENCE: Kim C-H, Luedtke CA, Vincent A, et al. Association of body mass index avec la sévérité et la qualité de la vie chez les patients avec la fibromyalige. Arthritis Care & Research. 2012(Feb);64(2):222–228.






Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com