Un médecin explore le rapport surprenant de l'humeur versus le système immunitaire

ProHealth.com
par Joseph Mercola, MD*
7 décembre 2011

Basé sur une étude de recherche publiée, le Dr. Joseph Mercola, éducateur en santé et nutrition, suggère que l'inflammation peut être le facteur de risque pour les désordres de l'humeur, la première source étant le dysfonctionnement dans l'intestin. Cette étude scientifique - incluant plusieurs suggestions bien documentées pour aborder l'inflammation et l'humeur - est reproduite avec la permission du site web éducationnel du Dr. Mercola (Mercola.com).

Cette étude a été publiée pour la première fois le 6 octobre 2011. 

______________

Est-ce que l'inflammation dans l'intestin pourrait être liée aux symptômes de la dépression?

"Je suis devenu très conscient de l'importance de gérer la dépression dans les années 80. Malheureusement, à ce moment, les seuls outils que j'avais dans ma boîte à outils étaient des médicaments et l'exercice. Alors je suis devenu un expert dans la première génération d'antidépresseurs et littérallement je les ai prescrits à des milliers de patients.... Ça m'a pris presque 10 ans avant de réaliser que les médicaments ne traitent jamais la cause et seulement servent à pallier aux symptômes [voir appendice sur les symptômes de la dépression]. Ce n'était simplement pas la solution." - Joseph Mercola, MD

Les études récentes ont montré que l'inflammation peut être impliquée dans la pathogénie de la dépression.

En fait, certaines recherches ont démontré que la dépression est fréquemment associée avec des inflammations gastrointestinales et des maladies autoimmunitaires aussi bien qu'avec d'autres maux dans lesquels l'inflammation chronique modérée est un facteur contribuant significatif. C'est possible que la dépression pourrait être une manifestation neuropsychiatrique d'un syndrome chronique inflammatoire. Et la cause première de l'inflammation peut être une dysfonction de "l'intestin irritable." Selon une étude ré-imprimée sur la page web Green Med Info:

"...[A]un nombre croissant d'études cliniques ont montré que traiter les inflammations gastrointestinales avec les probiotiques, la vitamine B, D et les oméga 3 les acides gras, à travers les stimulis atténuant les inflammations au cerveau, peuvent aussi améliorer les symptômes de la dépression et la qualité de vie. Tous ces résultats justifient une hypothèse que traiter les inflammations gastrointestinales peut améliorer l'efficacité de l'utilisation courante des modalités du traitement utilisé de la dépression et des maladies reliées."(1)

L'idée que l'inflammation dans votre intestin pourrait être liée avec vos symptômes de dépression peut sembler farfelu, mais ça fait du sens quand vous comprenez le rapport complexe entre votre cerveau et votre appareil digestif.

Peut-être que le plus simple exemple à utiliser est de prendre le papillon dans votre estomac quand vous êtes nerveux, ainsi vos pensées - e.i. cerveau - les symptômes se manifestent dans votre intestin. Mais une autre route de connexion est via l'inflammation modérée, laquelle est un facteur contribuant à plusieurs maladies qui souvent arrivent avec la dépression et peut, en fait, être une manifestation de vos symptômes de dépression.

Est-ce que la dépression est le résultat de l'inflammation chronique?


Une étude récente (septembre 2011) a montré plusieurs mécanismes par lesquels l'inflammation gastrointestinale peut jouer un rôle critique dans le dévelopement de la dépression. Entre autres:

1. On retrouve la dépression souvent avec des inflammations gastrointestinales et des maladies autoimmunitaires aussi bien qu'avec des maladies cardiovasculaires, des maladies neurodégénératives, les diabètes de type 2 et aussi le cancer, avec lequel l'inflammation chronique modérée est un facteur contribuant significatif. Ainsi les chercheurs ont suggéré que "la dépression peut être une manifestation neuropsychiatrique d'un syndrome inflammatoire chronique."

2. La recherche suggère que la première cause de l'inflammation peut dépendre de "l'inflammation gastrointestinale." Votre intestin est littéralement votre deuxième cerveau - créé de tissu identique comme votre cerveau durant la gestation - et contient des quantités plus grandes de neurotransmetteurs sérotonines, lesquels sont associés avec le contrôle de l'humeur.

C'est important de comprendre que les bactéries de l'intestin sont inactives et font parties intégrante de votre corps et comme telles sont lourdement dépendantes de votre diète et vulnérable de votre style de vie. Si vous consommez beaucoup d'aliments traités et de boissons sucrés, par exemple, les bactéries de l'intestin sont probablement sévèrement misent en péril parce que les aliments traités en général vont détruire la flore microscopique et les sucres de toutes sortes qui nourrissent les mauvaises bactéries et les levures, aussi bien que favoriser l'inflammation systémique.

3. Un nombre croissant d'études cliniques ont montré que traiter l'inflammation gastrointestinale avec les probiotiques, la vitamine B, la vitamine D et les omega-3 gras peut aussi améliorer les symptômes de la dépression et la qualité de vie en atténuant le stimulis pro-inflammatoires de votre cerveau.

Ceci réduit à l'essentiel montre que l'inflammation chronique dans votre corps dérange le fonctionnement normal de plusieurs systèmes de votre corps, et peut faire des ravages à votre cerveau. Mais il apparaît que l'inflammation peut être plus que seulement un autre facteur de risque pour la dépression; elle peut être en fait LE facteur de risque qui est à la base de tous les autres.

Bien que ceci réfère à la dépression post-partum, la réponse inflammatoire est la même dans son impact dans toutes les formes de dépression. Publié dans le International Breastfeeding Journal ["A New Paradigm for Depression in New Mothers: The Central Role of Inflammation..."], les chercheurs ont déclaré:

"Le vieux paradigme a décrit l'inflammation comme étant simplement un de plusieurs facteurs de risques pour la dépression. Le nouveau paradigme est basé sur une recherche plus récente qui a montré que les stresseurs physiques et psychologiques augmentent l'inflammation. Ces études récentes constituent un important changement dans le paradigme de la dépression: l'inflammation n'est pas simplement un facteur de risque; c'est le facteur de risque sous-jacent de tous les autres."

"De plus, l'inflammation explique pourquoi les facteurs de risque psychologiques de comportement et physiques augmentent le risque de la dépression. Ceci est vrai pour la dépression en général et pour la dépression post-partum en particulier."

"Les femmes puerpérales [durant la grossesse et suivant l'accouchement] sont spécialement vulnérable à ces effets parce que leurs niveaux de cytokines pro-inflammatoires augmentent considérablement durant le dernier trimestre de la grossesse - un moment où elles sont à haut risque pour la dépression. De plus, les expériences d'une nouvelle maternité, tel qu'un sommeil perturbé, la douleur post-partum et le trauma psychologique passé et courant, agit comme stresseurs qui causent à faire augmenter les niveaux de cytokine pro-inflammatoire."

C'est pourquoi le sucre est aussi un facteur majeur dans la dépression

Il y a un bon livre sur ce sujet, The Sugar Blues. La discussion centrale Duffy faite dans le livre est que le sucre est une drogue extrêmement dépendante qui fait du tort à la santé et que simplement faire ce changement dans la diète - éliminer autant que possible le sucre - peut avoir un impact salutaire profond sur votre santé mentale. 

Il préconise même d'éliminer le sucre de la diète des personnes ayant des maladies mentales, disant que ça pourrait être un traitement efficace pour certaines personnes.

C'est devenu de plus en plus clair qu'un chemin par lequel le sucre est tellement nuisible à notre santé mentale parce que la consommation du sucre déclenche une cascade de réactions chimiques dans votre corps qui favorise l'inflammation chronique.

De plus, l'excès de sucre et de fructose va fausser le ratio de la bonne et de la mauvaise bactérie dans votre intestin, qui joue aussi un rôle complet dans votre santé mentale. Le sucre fait ça en servant comme engrais / de combustible pour la bactérie pathogène, la levure et le fongus qui négativement freinent les effets salutaires de la bactérie dans votre intestin. 

Par exemple, une recherche récente a montré que le probiotique Lactobacillus rhamnosus a été trouvé avoir un effet marqué des niveaux GABA dans certaines régions du cerveau et une baisse de l'hormone du stress provoqué corticostérone,  résultant du comportement de la diminution de l'anxiété - et du comportement relié à la dépression [voir " Probiotiques : équilibre dans le cerveau de la flore intestinale et du système digestif intestinal"]. Mais si vous consommez beaucoup d'aliments traités et de boissons sucrés (qui sont typiquement élevées en fructose), vos bactéries dans l'intestin vont probablemement être sévèrement compromises et ainsi votre santé mentale. Alors la réponse alimentaire pour traiter la dépression est de limiter sérieusement les sucres, spécialement les fructoses, ainsi que les céréales.

C'est important de noter que le sucre peut aussi mener à une libération excessive d'insuline qui peut mener à l'hypoglycémie, qui, en retour, incite votre cerveau à secréter des niveaux de glutamate qui peuvent causer de l'agitation, de la dépression, de la colère, de l'anxiété, des crises de panique et une augmentation du risque de suicide.

Alors diminuer radicalement votre consommation de sucre, spécialement le fructose, à moins de 25 grammes par jour va être une des plus puissantes interventions pour gérer la dépression - en plus de combattre l'inflammation chronique et de soutenir une bactérie en santé dans l'intestin.

[Ed Note: Dr. Kenny De Meirleir, un chercheur belge qui travaille en collaboration avec le nouveau Mt. Sinai ME/CFS Research Center, a rapporté qu'un grand pourcentage de ses patients avec le syndrome de la fatigue chronique ont subi des examens pour vérifier l'intégrité de la paroi extracellulaire et des problèmes d'absoption de fructose, qui contribuent à l'activation immunitaire. Il les a traité initialement avec des antibiotiques pour diminuer les niveaux nocifs de pathogènes, ensuite les probiotiques pour restaurer la santé de la fonction de la flore intestinale.]

Consommez plus de 25 grammes de fructose par jour va clairement pousser votre biochimie du cerveau et votre santé en général, dans la mauvaise direction. [Une moyenne de consommation par jour aux États-Unis est d'environ 3 fois la dose et 1/3 de livre de sucre au total.]

Soulager l'inflammation gastrointestinale peut soulager vos symptômes dépressifs

Nous avons discuté de l'importance de limiter le sucre et le fructose, lequel est la première façon de traiter l'inflammation gastrointestinale ci-dessus. Vous allez aussi vouloir être certain que votre intestin est régulièrement "regénérer" avec une bonne bactérie ou des probiotiques, lesquelles sont la fondation de l'appareil gastrointestinal en santé.

Mes recommandations pour optimiser les bactéries de l'intestin sont comme suit:

Aliments fermentés. Ceux-ci sont encore la meilleure façon pour optimiser la santé digestive, du moment que vous mangez les choses faites traditionnellement, les versions non pasteurisées. Les choix santé incluent les aliments suivants: lassi (un breuvage yogourt indien, traditionnellement apprécié avant le souper), fermenté cru (non parteurisé) lait organique tel que le kefir à plusieurs fermentations au vinaigre de choux, de navets, d'aubergines, de cocombres, d'onions, de courges, de carottes et de nattos (fermenté dans de la sauce soja). Voir  "Le mauvais soya, le bon soya: les avantages du soya fermenté."

Si vous mangez régulièrement des aliments fermentés tels que ceux-ci, encore, qui n'ont pas été pasteurisé (la pasteurisation tue le naturel qui se produit dans les probiotiques), votre bactérie en santé dans votre intestin va se développer.

Supplément de probiotique. Même si je ne suis pas un partisan en faveur de prendre plusieurs suppléments (car je pense que la majorité des substances nutritives ont besoin de venir des aliments), les probiotiques sont définitivement une exception. J'ai essayé plusieurs différentes marques durant les derniers 15 ans et il y en a plusieurs bonnes marques. Si vous ne mangez pas des aliments fermentés, prendre un supplément de bonne qualité de probiotique fait certainement beaucoup de sens considérant combien ils sont importants pour optimiser votre santé mentale.

Les probiotiques ont un effet direct sur votre chimie du cerveau, réglant l'humeur - et réglant les signaux du comportement à votre cerveau via le nerf vagus, lequel est déjà une autre raison pourquoi votre santé intestinale peut avoir une telle profonde influence sur votre santé mentale et vice versa.

Deux autres facteurs importants pour traiter l'inflammation gastrointestinale et aussi aident à soulager la dépression sont:

Omega-3 de gras animal. Ceux-ci ne régularise pas seulement les processus et les réponses inflammatoires, mais aussi  le résultat de l'influence positive dans le désordre dépressif. Alors si vous êtes maintenant à vous battre avec la dépression, prenez une bonne qualité d'oméga-3 de gras animal en supplément comme l'huile de krill à tous les jours, ceci est un choix simple et intelligent.(2)

Vitamin D. La plupart des personnes ne savent pas que le manque de vitamin D est associé avec l'inflammation et la dépression. Une étude précédente a montré que les personnes avec un bas niveaux de vitamine D étaient 11 fois plus à risque d'être déprimé que ceux avec des niveaux normaux, alors vous allez vouloir être sûr que vos niveaux sont corrects. Comme dernier recours, vous pouvez prendre un bon supplément de vitamine D3, mais soyez certain que vos niveaux sont surveillés si vous décidez de suivre cette route.

Il y a plusieurs évidences qui montrent l'implication gastrointestinale dans une variété de maladies neurologiques. Avec ceci à l'esprit, ça devrait aussi être très clair que nourir votre flore intestinale avec de bonnes bactéries est extrêmement important, du berceau jusqu'à la vieillesse.

Parce que d'un sens réel vous avez deux cerveaux, un à l'intérieur de votre crâne et l'autre dans votre intestin et chacun a besoin de sa nourriture vitale.

* * * *

Appendix: Qu'est-ce que la dépression? Le critère du diagnostique pour le désordre d'une dépression majeure**

A. Le patient a un humeur dépressif (e.g., un sentiment triste ou vide) ou une perte d'intérêt ou de plaisir la plupart du temps pour 2 semaine ou plus, avec 4 ou plus des symptômes suivants:

Sommeil: Insomnie ou hypersomnie [dort beaucoup] presque tous les jours
Intérêt: Intérêt ou plaisir diminué grandement dans presque toutes activités la plupart du temps
Culpabilité: Sentiment excessif ou inapproprié de culpabilité ou d'inutilité la plupart du temps
Énergie: Perte d'énergie ou fatigue la plupart du temps
Concentration: Diminution de l'habileté à penser ou à se concentrer; indécision la plupart du temps
Appétit: Augmentation ou diminution de l'appétit
Psychomoteur: Agitation/arriération psychomoteur observé
Suicide: Pensées récurrentes de mort/Idée suicidaire

B. Les symptômes ne rencontrent pas les critères pour l'épisode mixte (l'épisode de la dépression majeure et l'épisode maniaque)

C. Les symptômes causent une détresse clinique significative ou un fonctionnement social, professionnel diminué ou d'autres régions importantes de fonctionnement. 

D. Les symptômes ne sont pas dus aux effets directs physiologiques de substances (e.g. d'un abus de drogue, de médication) ou d'une condition générale médicale.

E. Les symptômes ne sont pas mieux expliqués par des pertes de deuils.

* * * *




 

Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com