Dr Myhill sur la fibromyalgie et
la maladie mitochondriale

ProHealth.com
par Sarah Myhill, MD*
21 décembre 2011

Dr. Sarah Myhill est un médecin basé en Angleterre avec un intérêt pour la fatigue et la nutrition. Sa recherche originale (“Chronic Fatigue Syndrome and Mitochondrial Dysfunction”) suggère que l'énergie des cellules qui produit la mitochondriale est dysfonctionnelle avec le syndrome de la fatigue chronique - une situation qui peut produire plusieurs symptômes groupés, incluant:
a) une circulation sanguine/des anormalités vasculaires telles qu'une intolérance orthostatique,
b) de la douleur partout et une sensation plus typique de la douleur de la fibromyalgie, et
c) une fatigue, un épuisement et le cerveau embrouillé.
Cette information a été extraite avec la permission du (DrMyhill.co.uk).*

_________________

Fibromyalgie – Causes Possible et implications pour le traitement

Le mot 'fibromyalgie' réfère seulement à un symptôme - il veut dire que la douleur est dans les muscles. Ça arrive très souvent avec le syndrome de la fatigue chronique parce que je soupçonne que les causes sous-jacentes sont semblables.

Comment l'énergie est produite dans les cellules

Toutes les cellules demandent de l'énergie pour pouvoir fonctionner. Il y a deux façons qu'elles peuvent recevoir leur énergie.

La production de l'énergie utilisant l'oxygène. Normalement, l'énergie est fournie aux cellules par la mitochondria (petits organismes à l'intérieur des cellules) qui fournissent l'énergie dans la forme de l'Adénosine Triphosphate (ATP) via une procédure apppelée Oxidative Phosphorylation. Cette procédure qui demande de l'oxygène, est extrêmement efficace et est la façon dans laquelle la vaste majorité de l'énergie est produite la plupart du temps. Vous allez peut être aimer regarder une présentation sur la phosphorylation très intéressante (qui commence avec le NADH et l'Ubiquinol CoQ-10 - qui a été publiée sur le site web de l'Université Purdue, Indiana.

La production de l'énergie utilisant le sucre. La deuxième façon avec laquelle les cellules peuvent avoir de l'énergie est à travers le Glycolysis. D'un point de vue évolutionniste ceci est une façon pas mal plus primitive de fournir de l'énergie. Ça ne demande pas d'oxygène, ça besoin seulement de sucre. C'est extrêmement inefficace et le résultat du glycolysis est la production de grandes quantités d'acide lactique.

Tous les athlètes reconnaissent le moment quand ils changent de l'aérobique, où le métabolisme (qui demande de l'oxygène) via la mitochondria au métabolisme anaérobique (glycolysis) résultant à un accroissement d'acide lactique. C'est l'accroissement d'acide lactique qui cause la douleur, la pesanteur, le sentiment de d'épuisement, des muscles amortis et que les muscles ne fonctionneront plus ou la sensation qu'ils iront moins efficacement.

Je suis aussi intéressée dans cette idée parce que chez les chevaux il y a une condition connue comme azoturia (harnaché), qui n'a pas de parallèle humain évident. Je soupçonne, cependant, que ce parrallèle est la fibromyalgie. Cette condition arrive chez certains chevaux prédisposés quand il y une immense accumulation d'acide lactique dans leurs muscles qui cause d'extrême sévère dommage musculaire, des quantités énormes de douleur et une détresse et des cas sévères aigües de chevaux qui en meurent.

Alors qu'est-ce qui ne va pas avec la fibromyalgie?

Je soupçonne que dans la fibromyalgie il y a un changement inapproprié de production de l'énergie mitochondriale aérobique (via oxidative phosphorylation) au glycolysis (très inefficace à la production de l'énergie anaérobique, qui ne demande pas d'oxygène, mais avec une grande accumulation d'acide lactique).

L'acide lactique en terme court cause de la douleur musculaire immédiatement. Normalement ceci est remédié par la personne en ralentissant ou qui s'arrête étant donné cette douleur, les cellules changent au métabolisme aérobique et l'acide lactique est vite dissipée et débarrassée. Tous les athlètes savent que quand ils arrêtent de courir la sensation horrible de douleur dans leurs jambes sera partie dans quelques secondes ou minutes.

Ceci n'arrive pas avec la fibromyalgie parce que:

• Le malade ne peut pas récupérer assez vite pour permettre à l'acide lactique de se cristalliser (via le cycle Cori, dit, le cycle d'acide lactique; plus sur ceci plus bas).

• Et le malade est complètement axé sur le pôle par la brûlure de l'acide lactique continue avec l'impossibilité de bouger,

• Et possiblement le dommage secondaire de l'acide lactique lequel, par exemple, est bon pour briser la matrice collagène laquelle tient les cellules ensembles. Ceci pour dire, que l'acide lactique peut causer des déchirures microscopiques du muscle, lesquelles pourraient présenter comme régions locales des douleurs et déclencheraient une procédure de guérison et de réparation par le système immunitaire.

Il y aurait aussi une libération excessive des radicaux libres alors que le système immunitaire réparerait. Ceci pourrait bien causer plus de dommage musculaire et également chez les personnes avec un système pauvre en antioxidant - ceci est une maladie qui amplifie le développement. Certains malades trouvent que la vitamine B-12 les aide, possiblement parce qu'elle agit comme éboueur de radicaux libres.

1. La raison la plus évidente pour ceci est le manque de mitochondriale, laquelle je crois est une cause majeure du syndrome de la fatigue chronique.

Si la mitochondriale ne peut pas fournir de l'énergie suffisante aux cellules, les cellules vont changer en glycolysis avec une augmentation d'acide lactique. Dans le coeur, ce changement en métabolisme anaérobique dû au manque de la mitochondriale va se présenter avec une angine (douleur à la poitrine). Il y a plusieurs causes de manque de la mitochondriale (voir communiqué - causes de la fatigue chronique, manquement et fausse détection de la mitochondriale) tel que:

• Manque de nourritures pour la mitochondriale pour fonctionner (D-ribose, magnésium, vitamin B3 (niacin), co-enzyme Q10 et acetyl L-carnitine). [Note: Une étude devant démarrer au début de 2012 à l'Université de Colombie va étudier l'habileté de certaines neutraceutiques pour aider à gérer les niveaux de lactate et d'autres aspects du dysfonctionnement de la mitochondriale dans le syndrome de la fatigue chronique.

• Le stress toxique (lequel va bloquer la phosphorylation oxidative, ou bloquer la fonction de la protéine de translocation),

• Le statut du mauvais antioxidant (alors les mitochondriales sont endommagées par l'activité biochimique),

• Le mauvais contrôle hormonal (les mauvais niveaux des hormones de la thyroïde ou de l'adrénaline) et ainsi de suite.

2. Le manque d'oxygène aux muscles peut être une autre raison pour le changement du glycolysis.

Un papier fascinant dans le Lancet par John Yudkin explique comment la diète élevée en cabohydrate pourrait causer une haute pression sanguine.  [En tant que professeur à long terme de nutrition et de diététiques à l'Université de Londre, il était un défenseur des diètes de type Atkins à faibles carbohydrates]. Dr. Yudkin a démontré que les haut niveaux de sucre dans le sang étaient très dommageables pour les muscles et le corps compense pour ça en fermant l'approvisionnement de sang aux muscles quand les niveaux de sucre dans le sang sont trop hauts.

Pendant que ceci protège les muscles du dommage par le sucre, il limite l'approvisionnement en oxygène à ce muscle. On peut voir comment si on demandait à ce muscle de travailler tout à coup assez dur, ça changerait rapidement en glycosis avec la production d'acide lactique.

Par conséquent, je soupçonne les diètes riches en carbohydrates ou riches en sucre d'être un facteur de risque pour la fibromyalgie. Chez les chevaux avec de l'azotoria, une diète riche en carbohydrate est connue pour être un facteur de risque. 

3. Exercice - trop ou pas assez!

Les muscles sont des organes extrêmement dynamiques. Le sang leur est évidemment fourni par le coeur. Cependant, pour que le sang sorte des muscles ça demande au muscle lui-même de se contracter. 

Grâce à de sérieuses valves à l'intérieur des veines, quand les muscles se contractent ils font sortir le sang; ensuite comme ils relaxent, les muscles se remplissent de nouveau du sang du coeur; et ensuite comme ils se contractent, le sang est pompé encore en-dehors des muscles.

En effet, durant l'exercice, c'est cette contraction musculaire et la relaxation qui est largement responsable pour la circulation du sang à travers le muscle. Ceci pour dire, les muscles aiment être travaillés - c'est essentiel pour un bon approvisionnement de sang et c'est essentiel de faire sortir et excréter les toxines (comme l'acide lactique), qui inévitablement se développent dans les muscles quand ils sont utilisés.

Le problème pour les personnes avec les syndromes de la fatigue chronique est qu'elles n'ont pas d'énergie suffisante pour faire travailler leurs muscles et par conséquent provoquent un supplément évident de sang à leurs muscles et ceci seul cause des problèmes musculaires.

Ceci est combiné au syndrome de fatigue chronique sévère où le rendement cardiaque est pauvre à cause du manque de la mitochondriale dans le muscle du coeur. Par exemple, s'il y a trop d'augmentations de toxines dans le muscle, la réponse réflexe de ce muscle est d'aller en spasme. Si ce muscle va en spasme et reste en spasme (i.e., une crampe), alors la circulation est davantage diminuée et il y a un développement soudain et vite de métabolites toxiques, lesquels causent plus de douleur et de spasmes.

Ceci est exactement ce qui arrive chez les chevaux avec l'azoturia (donc c'est un autre nom 'attachant'). Il y a tellement de spasmes musculaires et de douleur que le cheval est littéralement incapable de bouger et il y a une énorme quantité de dommage au tissus qui se fait.

Évidemment les humains ne se poussent pas à l'extrême comme les chevaux le font et alors nous ne voyons pas cette même image clinique aigüe mais je soupçonne que la biochimie sous-jacente est la même.

4. Le cycle de cori (aka le cycle de l'acide lactique)

• En transformant le glucose en acide lactique, 2 molécules d'ATP sont produites.

• Pour se débarrasser de l'acide lactique, il doit être retransformé en glucose, mais ceci demande 6 molécules d'ATP.

• Quand l'énergie en forme d'ATP est faible en approvisionnement, l'acide lactique s'accroche plus longtemps et est plus dommageable.

Implications pour le traitement

1. Traitement du manque de la mitochondriale comme par communiqué.

Mon expérience jusqu'à maintenant est que:

• Ceci fonctionne sérieusement bien, quoique ça prend des mois pour répondre, non des semaines.

• Mais l'amélioration est prolongée de mois en mois.

• Ce qui est dans le chemin est l'allergie - ce qui veut dire, tolérer les suppléments.

2. Manger une diète faible en carbohydrate et en sucre.

La plupart des calories devraient venir des protéines, le gras et les carbohydrates complexes qui demandent de la fermentation dans l'intestin par les probiotiques - ces carbohydrates fermentes dans la courte chaine des acides gras, lesquels sont le combustible désirable pour la mitochondriale. 

3. Le problème musculaire.

Il y a un bon équilibre à établir ici. Quand le muscle est dans un spasme aigu et en douleur, la pire chose que vous pouvez faire est de l'exercer parce qu'il va simplement tout rempirer. Cependant, le muscle demande la circulation du sang pour pouvoir se réparer et guérir et ceci peut être encouragé par:

• Relaxants musculaires (tel que le diazepam),

• Améliorer le statut minéral (déséquilibre du magnésium, du calcium, du sodium et du potassium peuvent causer une tendance aux crampes et aux spasmes musculaires),

• Chaleur (pour améliorer l'approvisionnement sanguin),

• Et idéalement le massage ou les tables de sonorité. L'idée ici est que le muscle est rythmiquement écrasé avec douceur, lequel par conséquent améliore la circulation du muscle mais sans faire travailler le musle. 

• Antidouleurs peuvent être aidant parce que le corps répond à la douleur du spasme du muscle.

Cependant, si le muscle se sent complètement bien et n'est pas douloureux du tout, alors il ne devrait pas se faire travailler sur une base journalière. Évidemment, le plus d'exercice que quelqu'un peut tolérer, c'est mieux mais aussitôt que ça change en douleur, vous devez arrêter ou vous empirer simplement la situation.

Une utilisation journalière douce des muscles, cependant, améliore la circulation et aide le muscle à se débarrasser des métabolites toxiques lesquels déclenchent les problèmes ci-haut. Ceci peut être pourquoi le yoga ou les exercices Pilates sont souvent aidant avec la fibromyalgie.

Cependant, n'utilisez pas d'antidouleurs pour vous permettre de faire de l'exercice - ceci peut rendre les choses pires!

4. Améliorer les statut antioxidant.

Aussitôt que le muscle commence à faire mal et libère des métabolites toxiques, il y a un muscle secondaire d'endommagé par les radicaux libres. Avoir un bon statut d'antioxidant aide à protéger contre ce dommage secondaire. Les antioxidants prévisibles à mesurer, lesquels je vérifie sur une base régulière sont: Co-enzyme Q10, glutathione peroxidase, et superoxide dismutase. [Voir "Une primeur sur les Antioxidants et les radicaux libres."]

Il y a un antioxidant qui a été en essai chez les chevaux avec de bons résultats qu'on appelle  astaxanthin, et la dose pour les humains serait de 4mg par jour. [Voir “Astaxanthin –nutrition peu connue mais efficace”]

5. Carence en iodine.

Ceci peut être présent avec la fibromyalgie. [See “Iodine – Quel est la bonne dose quotidienne?”]

 

 





Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com