Les décès avec les opiacées sont plus élevés chez les jeunes patients

Publié: 9 juillet, 2014

Par Kristina Fiore, rédactrice de, MedPage Today  

Les décès impliquant les opiacées ont prouvé être un problème particulier chez les jeunes dans une province canadienne, ont rapporté les chercheurs.

En 2010, un décès sur environ huit morts en Ontario parmi les personnes âgées entre 25 et 34 ans était relié aux opiacées, ont rapporté en-ligne sur Addiction Tara Gomes, MHSc, du St. Michael's Hospital à Toronto, et ses collègues.

Ils ont écrit que les décès reflétaient un "nombre extraodinaire" d'années de vie perdues dues à un décès prématuré. 

"La proportion des décès [dans ce groupe d'âge] a augmenté dramatiquement," à dit à MedPage Today, David Juurlink, MD, PhD, de l'Université de Toronto, un co-auteur du papier. "C'est un nombre faramineux."

Parallèllement les taux de décès reliés aux opiacées aux États-Unis, lequel continue de monter, atteignant 16,917 en 2011, l'année la plus récente pour laquelle les données ont été disponibles. Étant donné le décalage des données rapportées, certains experts dont la tendance peut avoir ramené à la baisse, si non commencé à décliner, durant les 2 dernières années étant donné une quantité significative de l'attention publique au problème.

Gomes, Juurlink, et collèques ont regardé les dossiers du coroner de 5,935 patients qui sont décédés des causes reliées aux opiacées en Ontario entre janvier 1991 et décembre 2010.

Le taux en général de la mortalité reliée aux opiacées a augmenté de 242% durant le temps, sautant de 12.2 à 41.6 morts par 1,000,000 de la population, avec la figure la plus récente équivalent un décès sur 170 dans la province potentiellement étant reliés à une surdose d'opiacées.

Même si la dose excessive d'opiacées reliée à la mort a augmenté dans tous les groupes d'âges, c'était particulièrement élevé parmi ceux âgées de 25 à 34 ans, ils ont rapporté, en tenant compte du fait pour 12% de tous les décès dans ce groupe d'âge.

Les années annuelles perdues dues au décès prématuré relié aux opiacées a augmenté triplement sur cette période, de 7,006 à 21,927. Les chiffres de 2010 figurent les plus élevés des années de vie perdues dues aux désordres de l'utilisation de l'alcool (18,564) et la pneumonie (18,987), ont-ils rapporté.

Ils ont écrit, ce "chiffre extraordinaire" réflète en partie le nombre disproportionné de ces décès parmi les jeunes personnes et "illustre la santé publique et le fardeau de la société sur la dose excessive des opiacées."

Ils ont dit que les découvertes "soulignent le besoin urgent pour un changement dans la perception concernant la sécurité de ces médicaments."

L'étude a été soutenue par une subvention de l'Ontario Ministry of Health and Long-Term Care et l'Institute for Clinical Evaluative Sciences.

Gomes et Juurlink n'ont rapporté aucune divulgations pertinentes financières.

 

 

 








Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com