La fibromyalgie post-traumatique controversée? D'après qui?


ProHealth.com
par Mark J Pellegrino, MD*
le 3 août, 2011

Dr. Pellegrino est un spécialiste en médecine physique et en rhéabilitation qui voit plusieurs personnes avec de la douleur chronique et a géré plus de 20000 patients avec la fibromyalgie dans sa pratique à l'Ohio Pain & Rehab Specialists.*

Basé sur une longue expérience clinique, il classe le traumatisme second après les génétiques dans sa liste des causes probables de la fibromyalgie et le voit comme un facteur contribuant aux attitudes anti-fibromyalgique de plusieurs médecins. (Voir  "Genetics - Fibromyalgia Suspect #1")

Fibromyalgie comme une complication des blessures

"La douleur a commencé après un accident d'auto et elle n'est jamais partie. Avant l'accident j'étais parfaitement en santé et maintenant j'ai mal partout et rien ne m'a aidé." Ceci est une histoire typique que j'entends de mes patients qui ont une douleur chronique après une blessure cervicale traumatique. Certains des traitements peuvent avoir aidé à diminuer la douleur mais elle n'est pas disparue. Plusieurs fois, la douleur a été localisée en premier au cou, aux épaules et dans les régions du haut du dos mais au fil du temps, d'autres régions du corps commencent à faire mal aussi. Éventuellement, la personne peut dire la phrase classique qui pratiquement personnifie la fibromyalgie: "J'ai mal partout."

La fibromyalgie qui a été causée par un traumatisme est appellée une fibromyalgie post-traumatique.(Pour en savoir plus sur la fibromyalgie post-traumatique, voir  "Fibromyalgia as a Complication of Injuries".)

Pourquoi tant de médecins sont peu disposés à croire en la fibromyalgie et en la fibromyalgie post-traumatique?

Certains médecins déclarent leurs croyances que la fibromyalgie n'existe pas et plus certainement, un traumatisme ne peut possiblement pas causer la fibromyalgie, même si la fibromyalgie existait! Jusque là ces mêmes médecins n'ont jamais osé prononcer d'opinions que la migraine maux de tête, la dépression, le syndrome du colon irritable et d'autres conditons n'existent pas.

Nous en savons moins au sujet de ces conditons que nous en savons sujet de la fibromyalgie, alors pourquoi ces médecins ne donnent-ils pas leurs opinions au sujet d'autres conditions moins bien comprises? Pourquoi sont-ils peu enclin à croire en la fibromyalgie?

Préjugés contre la fibromyalgie

Peut-être que certains médecins ont un fort préjugé contre la reconnaissance de la fibromyalgie. Les médecins, comme tout le monde, basent leurs opinions sur leur éducation, leurs expériences et leurs préjugés. Si un médecin n'a jamais appris sur la fibromyalgie durant son école médicale ou son professeur lui a dit que la condition n'existait pas, lui ou elle peut conclure, avec conviction, qu'il n'y a rien de tel qu'une fibromyalgie ou qu'une fibromyalgie post-traumatique. 

Ces médecins vont comprendre à l'absence d'une preuve absolue, une preuve tangible," pour renforcer leur opinion d'expert.

Du moment qu'il y a des médecins déterminés à exprimer leurs opinions, il y aura ceux qui diront que la fibromyalgie n'existe pas ou qu'un traumatisme ne peut pas causer la fibromyalgie. Je n'ai jamais compris comment un médecin qui résolument dénie l'existence d'une condition et par conséquent ne l'a jamais "vu" ou diagnostiqué, se sent qualifié pour dire qu'elle n'existe pas. Je ne demanderais pas à un collègue médical pour une opinion bien informée sur une condition si je savais que la personne n'avait jamais fait de diagnostique.

Je supposerais que "pas d'expérience" avec une condition particulière voudrait dire "pas de compétence" au sujet de la condition.

Un troisième modèle pour la douleur chronique

Certains médecins ont une idée fausse que la douleur chronique ne peut pas exister à moins qu'on ne peut détecter une lésion de tissu soit présente et que la douleur soit rapportée, cela doit être seulement de nature psychologique. Cette croyance est apparentée à dire que la victime est responsable pour la douleur, au lieu du traumatisme cervical. Critiquer les patients pour leurs symptômes n'est pas ce que Hippocrates a semblé avoir à l'esprit quand il a écrit au sujet des soins aux patients il y a environ 2500 ans. 

Le Dr. Muhammad B. Yunus, un chercheur sur la fibromyalgie à l'Université du Collège de l'Illinois de Médecine, a proposé qu'un communiqué médical adopte un troisième modèle pour expliquer la douleur chronique qui est différente du modèle double traditionnel de la pathologie structure/anatomique versus l'explication psychologique. Il propose un troisième modèle comme dysfonctionnel/central neuroendocrien sensible, une façon d'expliquer correctement une condition comme la fibromyalgie.(1)   

La fibromyalgie n'a pas de changements structuraux dans les jointures comme l'arthrite dégénérative. Elle n'a pas non plus de changements microscopiques ou de changements habituels de laboratoire de maladie d'une anatomie pathologique. Cependant plusieurs anormalités sont trouvées dans la fibromyalgie avec des examens spécifiques biochimiques et hormonaux, des études EEG ou l'imagerie fonctionnelle cérébrale.

Ces anormalités dynamiques et dysfonctionnelles ne correspondent pas comme il faut avec le modèle anatomique ou le modèle psychologique mais définissent seulement le "nouveau" modèle. (Voir l'article du Dr. Pellegrino, "Fibromyalgia - Ultimately a Disease of Amplified Pain.") J'espère que les médecins auront l'esprit ouvert pour accepter cette nouvelle manière de penser au sujet de la fibromyalgie.

Préjugés traumatismes

Il existe des préjugés parmi plusieurs médecins que les traumatismes insinuent responsabilité, ce qui veut dire intenter une action. Le simple fait d'être impliquer dans un "traumatisme" dans un diagnostique médical fait peur à plusieurs médecins. Seulement le mot "traumatisme" dans un diagnostique tel qu'un traumatisme cervical peut être trop difficile pour certains médecins à accepter, alors le diagostique est évité. 

Malheureusement, ces perceptions médico-légales peuvent influencer la pratique actuelle de médecine. Plusieurs médecins choisissent de ne pas s'impliquer dans le traitement des patients avec des blessures reliées au travail ou des blessures avec des accidents de véhicules. Ils peuvent se sentir menacés ou inconfortables à traiter quelqu'un qui a un avocat parce qu'il a des problèmes de traumatisme. Je ne pense pas que nous ne devrions jamais laisser nos perceptions du système légal influencer comment nous pratiquons notre médecine.

Notre pays a des lois pour gouverner les problèmes de responsabilité reliés au traumatisme, alors quelquefois les patients se retrouvent impliqués dans des litiges. Les patients ont des droits légaux et leurs avocats, non leurs médecins, peuvent les aviser de leurs droits. Nous les médecins devrions pratiquer la médecine sur les patients qui recherchent notre aide, sans se soucier du reste qu'ils aient eu une blessure ou non. 

Le diagnostique médical de la fibromyalgie post-traumatique est indépendant de toute activité médico-légale que le patient peut être impliqué.

De façon intéressante, un article publié dans le New England Journal of Medicine(2) a essayé d'insinuer que le litige a interféré avec la récupération. En réalité, seulement un petit pourcentage de patients avec la fibromyalgie post-traumatique sont impliqués dans le litige. Les études ont montré que le patient dans la fibromyalgie post-traumatique persiste peu importe qu'il y ait un règlement financier accordé. - Dr. Romano,(3) Dr. Waylonis(4) (et "Selon la littérature, c'est probable que le nombre de cas qui fait semblant d'être malade ou a un gain secondaire est minime." - Sukenik(5))

Les études de la recherche exécutée dans l'environnement qui sont "hostiles" au patient avec une blessure avec un traumatisme cervical, par exemple dans les pays avec des systèmes d'assurances sans-fautes, sans bénéfice d'assurance ou de traitements médicaux non approuvés, doivent être interprété avec prudence comme des préjugés négatifs pouvant causer des résultats trompeurs.

Les personnes avec des blessures avec un traumatisme cervical et des problèmes continus qui vivent dans un environnement "hostile" peuvent choisir de ne pas avoir de traitement, peuvent ne pas être médicalement reconnues si elles recherchent de l'aide ou peuvent être privées de compensation par la compagnie d'assurance.

Le "bateau du traumatisme cervical" navigue sur les mers regardant pour un port amical pour amarrer, mais aucun n'existe. Cependant les capitaines du port (les compagnies d'assurance, les gouvernements) déclarent que la côte est dégagée et qu'aucun traumatisme cervical existe!

C'est malheureux que l'industrie de l'assurance et d'autres groupes d'intérêt spéciaux semblent impatients de perpétuer un mythe que la plupart des personnes font semblant d'avoir mal et que le traumatisme cervical n'est pas assez sérieux pour causer une douleur chronique. La condition médicale post-traumatique de la fibromyalgie a besoin d'être géré par les médecins et non par les gouvernements ou les compagnies d'assurance. Le médecin apprécie le patient humain actuel qui a de réels problèmes médicaux. La vraie personne qui fait semblant d'être malade est rare et seulement un petit pourcentage de ceux avec la fibromyalgie ont des bénéfices d'invalidité ou des règlements financiers.

La grande majorité des personnes avec la fibromyalgie sont honnêtes et fiables. Elles recherchent de l'aide pour leur douleur chronique et veulent améliorer leur qualité de vie. Quelques personnes peuvent en fin de compte être forcé à chercher des options pour trouver de l'aide financière, comme appliquer pour des bénéfices d'invalidité étant donné la sévérité de leur condition, laquelle les empêche de travailler.

Plusieurs personnes avec la fibromyalgie post-traumatique n'ont pas eu aucun traitement malgré la douleur chronique et la diminution fonctionnelle. Elles ne recherchent pas des "gains secondaires" ou un certain type de récompense pour leur douleur telle des thérapies, de l'argent ou une excuse pour ne pas travailler. Si vous demandez à ces personnes, elles vont vous dire il n'y a pas de "récompense" pour avoir une condition qui cause de la douleur sévère pour le reste de leur vie.

Le point de vue du consensus

Quelquefois les perceptions bien enracinées entre les scientifiques et les médecins entravent la capacité à avoir l'esprit ouvert et voir les idées d'une différente perspective. Ce point de vue du  "consensus" peut être erroné parce que la science n'est pas déterminée par le consensus. Galileo a été jugé erroné par ses pairs pour son opinion que la terre tournait autour du soleil. L'opinion du consensus contre Galileo a eu comme résultat son emprisonnement. Aujourd'hui, on sait qu'il avait raison.

En 1983, deux médecins, Dr. Barry Marshall et Dr. Robin Warren disaient que la bactérie causait des ulcères d'estomac et que les ulcères devraient être traitées avec des antibiotiques. Ils ont été ridiculisés par leurs pairs gastroentérologistes parce que le consensus dans ce temps-là était que les ulcères étaient causées par le stress et une mauvaise diète et que le traitement devait être neutralisé par des médicaments acides. Aujourd'hui, une bactérie appellé Helicobacter pylori est reconnue comme une cause majeure des ulcères d'estomac et est traitée avec des antibiotiques.

Le consensus n'est pas une science et non plus une croyance que quelque chose existe à moins qu'une preuve absolue soit disponible.

Les médecins qui traitent la fibromyalgie post-traumatique pourraient utiliser la même preuve rigoureuse absolue standard pour maintenir leurs conclusions comme ceux qui ne croient pas en la fibromyalgie post-traumatique. Tout comme un médecin peut dire qu'il n'y a aucune preuve absolue qui dit qu'un traumatisme cervical cause la fibromyalgie, un autre médecin peut dire qu'il n'y a pas de preuve absolue qu'un traumatisme cervical NE CAUSE PAS de fibromyalgie.

Nous sommes autorisés à accepter la notion qu'un traumatisme d'une blessure cervicale cause des blessures sévères et certains patients blessés ont la fibromyalgie parce qu'aucune autre explication appuie les observations, les expériences et les études scientifiques que nous avons accumulé à date. Nous n'abandonnons pas les standards scientifiques, plutôt nous acceptons l'évidence que nous avons comme l'explication la plus raisonnable.

En fin de compte nous essayons d'aider les patients d'aller mieux parce qu'à la fin de chaque jour, quand les salles d'audience sont silencieuses et quand tous les scientifiques, les experts médicaux et les authorités sont partis au lit, les patients ont encore de la douleur et ont besoin de notre aide.

J'ai appris des patients qu'ils sont plus inquiets au sujet de ce qui va leur arriver et ce qu'ils peuvent faire pour aider leur condition. Les patients se fichent des essais des médecins incrédules pour créer des "polémiques" en ce qui concerne le traumatisme cervical relié à la fibromyalgie.

Les patients connaissent déjà que leur traumatisme était la cause de leur fibromyalgie. Ils veulent que leurs médecins les aident à avoir la meilleure récupération possible et recouvrer le plus d'habileté possible, pas leur dire que leur condition est controversée."

* * * *

CONTROVERSES DE LA FIBROMYALGIE: POINT-CONTREPOINT
by Mark J Pellegrino, MD

Point: Aucune pathologie dans la fibromyalgie
Contrepoint: Nous savons beaucoup sur la pathophysiologie et nous avons des signes d'anormalités des points sensibles 

Point: La thérapie ne guérit pas la fibromyalgie
Contrepoint: Les traitements peuvent guérir/aider la fibromyalgie même s'il n'y a pas de guérison

Point: Les traitements sont coûteux
Contrepoint: Quel est le prix pour améliorer la qualité de la vie?

Point: Il n'y a pas de preuve qu'un traumatisme cause la fibromyalgie
Contrepoint: Beaucoup de preuves qu'un traumatisme cause la fibromyalgie. Aucune preuve qu'un traumatisme NE CAUSE PAS la fibromyalgie

Point: Le système légal trop impliqué dans la fibromyalgie
Contrepoint: Ce pays a des lois concernant le traumatisme et la responsabilité Point: Étiqueter les personnes avec la fibromyalgie est devenu hors de contrôle 
Contrepoint: La fibromyalgie est un diagnostique médical légitime, valide

Point: C'est un syndrome, pas une maladie
Contrepoint: C'est une maladie de perception de la douleur 

Point: Nous devrions limiter les traitements de la fibromyalgie 
Contrepoint: Nous devrions enseigner des programmes à la maison et de responsabilité personnelle

Point: Quelques personnes utilisent la plupart des soins
Contrepoint:
Certaines demandent certains traitements pour avoir un meilleur résultat

Point: La fibromyalgie est sur diagnostiquée 
Contrepoint: La fibromyalgie est sous traitée 

Point: Il ne devrait pas y avoir d'invalidité accordé pour la fibromyalgie
Contrepoint: Chaque personne a une situation unique et les décisions concernant son invalidité devraient être individualisées.

Point: La maladie amplifiée par le soin médical
Contrepoint: La maladie est aidée par des approches de douleur chronique
____

Resources:

1. Muhammad B Yunus a été le premier à publier une étude décrivant les caractéristiques cliniques de la fibromyalgie, il y a près de 20 ans. En 2000 il a publié l'article  "Central Sensitivity Syndromes: Un concept unifié pour la fibromyalgie et d'autres maladies " JIRA 2000;8:27-33. En juin 2007 et en janvier 2008, il a publié les rapports dans le journal Seminars in Arthritis and Rheumatism suggérant que la fibromyalgie et les désordres se chevauchant soient catégorisés  comme  "Central Sensitivity Syndromes" (CSS), basé sur  "associations mutuelles" et preuve pour sensibilisation centrale (hypersensibilisation du système nerveux central) parmi plusieurs désordres.

2. "Effect of eliminating compensation for pain and suffering on the outcome of insurance claims for whiplash injury."

3. "Clinical Experiences with Post-Traumatic Fibromyalgia Syndrome."

4. "Post-Traumatic Fibromyalgia: A Long-term Follow-up."

5. "Physical Trauma and Fibromyalgia - Is There a True Association?"*

Note: Cet article est extrait du livre du Dr. Pellegrino’s book, Fibromyalgia, Up Close & Personal © Anadem Publishing, Inc. and Mark Pellegrino, MD, 2005. Vous pouvez en acheter une copie en contactant le bureau du  Dr. Pellegrino à l'Ohio Pain & Rehab Specialists Center (Tél.:: 330-498-9865, Numéro Gratuit:  800-529-7500).





Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com