Est-ce que la recherche sur le cancer pourrait améliorer le traitement de la douleur généralisée de la fibromyalgie et du EM/SFC?

Par Marco • www.ProHealth.com • 24 juin, 2014
 

 

Could Cancer Research Improve the Treatment of Widespread Pain in Fibromyalgia and ME/CFS?

 

 

Réimprimé avec la permission de Marco et  Health Rising.

La neuropathie périphérique dans le cancer et la fibromyalgie

Des billions de dollars sont dépensés annuellement partout dans le monde pour améliorer la prévention, le dépistage et le traitement du cancer. De nouveaux médicaments et des modalités de traitement prolongent les taux de survie, avec des essais récents initiaux même incitant (probablement prématurément) une spéculation de la guérison.

Malgré les avancées impressionnantes, le traitement du cancer reste aggressif avec des effets secondaires débilitants fréquents. Ceux-ci incluent l'infame 'fatigue de la chimio' et le 'brouillard de la chimio', les perturbations autonomes incluant l'hypotension orthostatique, et le dernier et non le moindre de la douleur partout due au traitement causé par la neuropathie périphérique. Plusieurs de ces effets secondaires, bien sûr, sont semblables aux symptômes communément trouvés dans la fibromyalgie et le syndrome de la fatigue chronique.

De la douleur sévère due à la chimiothérapie causée par la neuropathie périphérique ou CIPN (dommage aux nerfs sensoriels périphériques) est souvent le facteur limitant dans l'efficacité et l'adhérence des traitements du cancer, comme il limite la dose et la durée des médicaments qui tuent le cancer, et dans des cas extrêmes les patients peuvent choisir de cesser la thérapie -- même quand ils font face à la mort.

Avec des séries d'études récentes trouvant la preuve d'une petite (et grande) fibre neuropathique dans au moins 50% des patients avec la fibromyalgie, la théorie de la 'sensibilisation centrale' des fibromyalgiques maintenant semble être incomplète. En fait, une recherche récente dans des conditions de douleur neuropathique suggère que la 'sensibilisation centrale' demande une alimentation périphérique nociceptive.

Pendant que les mécanismes exacts par lesquels la chimiothérapie et les traitements reliés causent une neuropathie périphérique et de la douleur neuropathique sont encore sous observation, il y a un petit doute qu'il y a une relation de causalité. Avec les coupables déjà connus, les agents de la chimiothérapie peuvent déjà être testés dans des modèles de douleur neuropathique.

Est-ce qu'il se pourrait que la recherche dans les effets secondaires débilitants du traitement du cancer ait l''effet secondaire' bénéfique d'améliorer le traitement d'autres conditions de 'douleur neuropathique' tel que la fibromyalgie et le EM/SFC?

Quand un traitement pour le cancer contient un mélange douloureux: la recherche dans la chimiothérapie causée par la neuropathie met le focus sur la mitochondria, mais de nouvelles thérapies restent évasives. par David C. Holzman le 6 juin 2014.

 

Cet excellent article, lequel vient juste d'être publié sur l'excellent également bon Pain Research Forum, révise et résume des découvertes récentes sur la chimiothérapie causée par la neuropathie périphérique, les mécanismes impliqués, et les options de traitement actuel et futur.

Au lieu d'essayer de réinventer la roue (et probablement échouer dans le processus) je veux seulement souligner certains des points clés et comment ils peuvent être reliés à la fibromyalgie et au EM/SFC.

Points clés
  • CIPN est un effet secondaire de la chimiothérapie qui affecte entre 20-70% de tous les patients et jusqu'à 100% avec un traitement agressif. Curieusement, pas tous les patients qui reçoivent des régimes de traitement semblable vont développer la neuropathie, et la douleur neuropathique peut ne pas apparaître pour quelques semaines à quelques mois après que le traitement ait commencé - un phénomène connu comme 'se la couler douce' (plus sur ce sujet plus tard). La neuropathie peut ou peut ne pas se résoudre une fois que le traitement est terminé.

  • CIPN affecte grandement les nerfs sensoriels avec les neurones moteurs normalement épargnés. Le dommage aux nerfs dans le système nerveux autonome peut aussi arriver.

  • CIPN normalement résulte dans la douleur des pieds et des mains qui peut être intermittent. Elle peut être comme un coup de couteau, lancinant, brûlant, un picotement, ou une combinaison de celles-ci. Elle peut causer un engourdissement et une sensibilité au froid ou mécanique.

  • Pendant que les différents médicaments chimiothérapeutiques peuvent résulter en CIPN à travers une variété de mécanismes ou de chemins, la pathologie résultante est un cocktail régulier de patients avec le EM/SFC et la fibromyalgie laquelle implique des cytokines pro-inflammatoires, un stress oxidatif, un dommage/dysfonction de la mitochondriale, le ganglion de la racine dorsale, la sensibilisation centrale, l'activation immunitaire, et possiblement l'activation microgliale.

Par exemple:
  • Avec un modèle de rat le CIPN causé par l'agent de la chimiothérapie paclitaxil, un électron microscopique révélé qu'une proportion de la mitochondria en périphérique du tissu nerveux est apparu pour avoir 'explosé'. Quand les rats ont été laissés pour se remettre, leur douleur a disparu -- comme l'a fait la mitochondria anormale. Le Paclitaxel (Taxol) causé pour la production de l'énergie mitochondriale a baissé drastiquement dans les neurones, résultant spontanément. (non stimulé, percuttant de 20-30% des fibres sensorielles, et plus de doses faibles de ce ou des médicaments semblables ont empiré la douleur)

  • La dysfonction mitochondriale, le dommage de la fibre nerveuse mène à la formation de superoxide et d'autres espèces d'oxygènes réactives (ROS) qui détériorent plus la fonction mitochondriale et mène à plus de dommages au tissu.

  • D'autres médicaments peuvent agir plus directement en entrant dans la cellule du corps et interférant avec le DNA dans un noyau de nerfs sensoriels dans le ganglion sensoriel ou via l'activation de la cellule endothélilale et dans l'infiltration de la cellule immunitaire dans les nerfs.

  • Un chercheur a présenté un modèle de CIPN où la cascade inflammatoire peut commencer avec le système immunitaire inné. La production du dommage mitochondrial ROS peut être activé par la détection du système immunitaire inné des médicaments de chimiothérapie par les récepteurs comme péage (TLR) qui normalement détecte les toxines d'une bactérie ou des virus (DAMPS), ou d'autres 'alarmins’ – le même chemin suspecté résultant de la microglia activé dans le cerveau.

  • Ce modèle peut aider à expliquer le casse-tête de pourquoi certains patients restent sans douleur et aussi le retard (descente) dans le début de la douleur une fois que la chimiothérapie commence. Le déclenchement du système immunitaire inné peut commencer localement en réponse au dommage de la racine du ganglion dorsal, mais la réponse inflammatoire dessine en plus les macrophages immunitaires dans un 'cycle vicieux' croissant jusqu'à ce que le dommage atteigne un point critique où 'les sensations sont altérées et la douleur générée'. Il est suggéré que, chez certains patients, ce cycle vicieux peut 'diminuer' avant que le point critique soit atteint.

  • Les données suggèrent que le blocage TLR signalant les bloques de production du ROS et du développement de la neuropathie.

Traitements potentiels et les personnes à risque

Dans la pipeline”

Une corne d'abondance de médicaments dans le développement pour prévenir ou inverser la neuropaghie, et pour contrôler la douleur, inclut des antioxidants, des neuroprotecteurs, des interventions diététaires incluant l'huile de poissons et des suppléments d'acide amino, des anticonvulsants, des cannabinoides, des opiacées et d'autres analgésiques, un antibiotique, de la cryothérapie, de l'acupuncture et plus.

Inutile de dire, que la douleur neuropathique a été difficile à découvrir et malgré les hypothèses nombreuses, les modèles d'animaux, et les résultats prometteurs in vitro, quelques traitements potentiels ont fait l'évaluation quand soumis aux essais cliniques chez les humains. Maintenant le seul médicament approuvé pour traiter la douleur du CIPN est l'antidépresseur duloxetine (Cymbalta) lequel est modérément efficace comparé au placébo.

Mais le degré du soulagement de la douleur n'est pas prédominnant"

 


Le but ultime d'être capable de prévenir ou même de renverser la neuropathie est même plus stimulant.

Un problème difficile à guérir?

Ça semble plutôt dépressif, pendant que le CIPN demeure un facteur limité dans le traitement des résultats du cancer, c'est un pari sécuritaire que la recherche sur la douleur va continuer pour bénéficier du poids considérable du financement de la recherche sur le cancer. Ceci peut seulement être une bonne chose pour les conditions chroniquement sous financées 'Cinderella' tel que la fibromyalgie et le EM/SFC où de la douleur neuropathique potentiellement partout est un symptôme commun et débilitant.

Si la recherche dans un tel complex et une maladie hétérogène comme le cancer a progressé au stage où 'la guérison' peut être ouvertement discutée, alors la douleur chronique peut ne pas être un tel problème intraitable après tout. Les chercheurs pour la douleur sont maintenant à découvrir de nouveaux chemins non ciblés par les médicaments de la douleur traditionnelle.

Ceux-ci incluent le peroxynitrate (des espèces de nitrogènes réactifs qui causent des dommages semblables au ROS), des protéines de chocs de chaleur (bloquant lien de HSP90 peut aussi bloquer la chimiothérapie causée par le dommage au nerf), la minocycline (atténue la microglia activée), et les agonistes récepteurs de l'adénosine (récepteurs impliqués dans l'intracellulaire signalant qu'elles peuvent être neuroprotectifs).

Dépistage tôt

Un autre potentiel dérivé peut être des améliorations dans le dépistage tôt de la neuropathie périphérique. La recherche a montré que la présence de subclinique préexistant (sans symptôme) la neuropathie chez les patients avec le cancer prédit l'événement et la sévérité de la neuropathie périphérique durant la chimiothérapie. Ça fait du sens alors d'être capable d'identifier ces patients en avance pour faire le traitement sur mesure pour mieux minimiser la douleur neuropathique. Le test courant pour la neuropathie implique un examen prudent d'une petite biopsie de la peau, mais une nouvelle technique utilisant l'imagerie microscopique des fibres du nerf dans l'oeil pourrait fournir un test objectif qui est plus vite et non envahissant.

Étant donné la présence des symptômes communs tel que la douleur partout et la dysfonction autonome, d'abord, je serais intéressé de connaître si la neuropathie périphérique ou autonome joue un rôle avec le EM/SFC, et un test vite et non envahissant rendrait celà plus intéressant pour une proposition de recherche.

Pour plus de détails, l'article original (10 pages) vaut bien la peine d'être lu.

La connection EM/SFC et fibromyalgie -- contribuée par Cort Johnson

La découverte que la dysfonction mitochondriale a résulté d'un démarrage spontané dans les neurones sensorielles -- lesquelles étaient associées avec une douleur augmentée -- étaient nouveaux et ont surpris les chercheurs, mais la dysfonction mitochondriale a été supposée être associée avec la fatigue et la douleur avec le EM/SFC et la fibromyalgie.

La dysfonction mitochondriale a été trouvé dans les leukocytes et les muscles des patients avec le EM/SFC et la fibromyalgie respectivement. Une revue récente de la dysfonction mitochondriale dans ces désordres a suggéré une dysfonction semblable dans le système nerveux central qui pourrait mener à une "hypersensibilité généralisée et de la douleur chronique partout" -- le même problème trouvé chez plusieurs patients avec un post-cancer.

La suggestion des auteurs que le stress oxydatif pourrait éliminer la mitochondria chez les patients avec de la douleur d'un post-cancer était intéressante étant donné les découvertes répétées du stress oxidatif augmenté chez les deux la fibromyalgie et le EM/SFC. L'exercice a été montré pour produire une plus grande quantité que la normale de stress oxidatif lequel pourrait possiblement affecter la mitochondria. (Des hauts niveaux de stress oxidatif amélioré avec l'exercice chez la fibromyalgie, cependant.)

Coenzyme Q10 (un facteur vital dans la production de ATP) et la production de l'ATP étaient significativement diminués dans le PBMC des patients avec le EM/SFC et la fibromyalgie pendant que la pérodixidation lipide chez les patients avec le EM/SFC était significativement augmenté. La diminution du COQ10 peut, en fait, peut être être une découverte commune dans les désordres psychiatriques neuropsychiatriques associés avec la fatigue et l'humeur changé.

Cependant il arrive, que ce soit à travers les agents de la chimiothérapie ou l'infection ou à travers certains autres processus le dernier travail sur la douleur post-cancer suggère que des chemins semblables pourraient causer de la douleur, de la fatigue, et des problèmes cognitifs dans les trois désordres. Si ceci est vrai alors le travail sur la douleur du post-cancer devrait être une bénédiction pour nous tous.

 

 

 








Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com