Une recherche pour un gène altérant les déclencheurs du syndrome de la fatigue chronique se déroule à l'Université de Toronto

ProHealth.com • 24 février, 2012

L'Épigénétique est l'étude des changements dans l''expression' d'un gène - et des facteurs qui déclenchent ces changements. L'Université de TorontoPatrick O McGowan, PhD, épigénéticien à l'Université de Toronto étudie activement les épigénétiques du syndrome de la fatigue chronique -- si, quand, comment, jusqu'à quelle étendue et dans quelles circonstances l'expression de certains gènes peuvent déterminer la susceptibilité à ou mener au syndrome de la fatigue chronique/ME.

Spécifiquement, Dr. McGowan examine comment les déclencheurs environnementaux pourraient altérer l'expression d'un gène donc altérer la fonction immunitaire et la réponse au stress de façon à contribuer au syndrome de la fatigue chronique/ME.

• Les changements épigénétiques dans la fonction d'un gène ne changent pas le gène en lui-même -- la séquence sous-jacente du DNA.

• Ils sont plus un cas de possibles acvités being turned on or turned off.

• Les changements épigénétiques peuvent être causés par les déclencheurs environnementaux, lesquels peuvent inclure des facteurs comme des infections, des toxines, du stress, la nutrition et même l'environnement social.

• La question étant, combien d'expression génétique du patient est expliqué par le DNA familial et combien par les effets de l'environnement?

Dr. McGowan va mener son étude des épigénétiques du syndrome de la fatigue chronique/ME avec une subvention du CFIDS Association of America. Comme faisant partie de la subvention, il va avoir accès à SolveCFS Biobank, une collection d'échantillons biologiques de patients avec le syndrome de la fatigue chronique/ME.

Regarder pour des pistes relevées dans le sang et les échantillons de tissu.

Spécifiquement, Dr. McGowan va regarder la relation entre un système appelé l'axe hypothalamique-puititaire-surrénal (HPA) et la fonction immunitaire.

L'axe HPA axis est impliqué dans la régularisation de la réponse au stress, et a des effets sur l'activité immunitaire et l'inflammation à travers la cellule signalant les mécanismes impliquant le glucocorticoide stéroidien.

Le glucocorticoide (cortisol est un glucocorticoide) en fait il a un "grand nombre" d'influences physiologiques, incluant la concentration du glucose dans le sang, la fonction cognitive et les cycles du sommeil. Essentiellement chaque cellule dans le corps a des récepteurs de glucocoricoides.

L'hypothèse du Dr. McGowan est qu'il y a un mécanisme épigénétique avec le syndrome de la fatigue chronique qui perturbe le signalement glococorticoide dans les cellules blanches appelé lymphocytes, lesquelles sont responsables pour les réponses immunitaires.

En étudiant les échantillons de tissu SolveCFS Biobank il espère localiser le mécanisme. Cet entrepôt de tissu et échantillons de sang font partie du Genetic Alliance Registry and BioBank.

Les recherches précédentes du Dr. McGowan ont impliqué par exemple les effets sur l'expression épigénétique de substances nutritives inadéquates reliées au méthanol dans la diète (e.g., folate, méthionine, B12 and B6), restriction nutritionnelle foetale, le comportement maternel, l'épreuve sociale et la peur/l'abus relié au stress.

Le syndrome de la fatigue chronique (ME/CFS), ou “CFIDS” (fatigue chronique et le syndrome de la dysfonction immunitaire) est une complexe et débilitante maladie chronique qui affecte le cerveau et plusieurs systèmes dans le corps. Les symptômes incluent la fatigue incapacitante et les problèmes de concentration et la mémoire à court terme. On pense que des millions de nord américains souffrent de cette maladie.


Source: Basé sur l'University de Toronto, Scarborough communiqué, 23 février, 2012








 

 

Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com