Mardi, 9 juillet, 2013

Sommeil et bien-être émotionnel

Par Michael Breus, PhD, ABSM

man sitting on bed

 

La relation entre la perturbation du sommeil et la santé émotionnelle. La relation entre le sommeil perturbé et la santé émotionnelle est complexe, comme chacun peut influencer l'autre pour le meilleur ou le pire. Le stress et l'inquiétude, aussi bien que les maladies mentales telles que la dépression et l'anxiété peuvent interférer avec le sommeil. Et une abondance de recherche indique que les personnes qui expérimentent un sommeil perturbé, incluant l'apnée du sommeil et l'insomnie, ont un risque élevé pour la dépression et d'autres désordres psychiatriques. L'insomnie est un facteur de risque important pour la dépression, et a aussi été lié à un risque sévèrement augmenté de suicide parmi les personnes qui souffrent de dépression. Malgré tout ce que nous savons au sujet de cette relation compliquée, les scientifiques sont encore à travailler pour comprendre les mécaniques sous-jacentes et la source qui cause les désordres du sommeil et les désordres de l'humeur quand les deux sont présents.

Une nouvelle étude fournit certaines nouvelles informations importantes au sujet de comment le sommeil perturbé, insuffisant peut contribuer au début des difficultés émotionnelles aussi bien qu'au développement de la dépression et d'autres problèmes psychiatriques. Les chercheurs à l'University of Pittsburgh School of Medicine ont examiné les réponses émotionnelles dans les cerveaux des personnes avec l'insomnie et ont trouvé une activité dysfonctionnelle dans la région du cerveau qui sert à régulariser le processus des émotions. Ce qu'ils ont trouvé peut fournir une explication pour le mécanisme par lequel le sommeil perturbé influence la dépression et d'autres conditions psychiatriques.

Les recherches comprenaient 44 adultes dans leur étude. De ceux-ci, 14 avaient une insomnie chronique, et aucun autre désordre primaire psychiatrique. Le reste des 30 participants étaient des personnes qui n'avaient aucune insomnie et qui dormaient bien. Tous les sujets de l'étude ont participé au même exercice, une tâche impliquant une régularisation volontaire émotionnelle. Premièrement, on a montré aux participants des séries d'images passives, sans essayer de contrôler ou d'influencer leurs réponses émotionnelles. Quand on leur a montré les images une deuxième fois, on a demandé aux participants de diminuer leur réponse émotionnelle utilisant une technique de régularisation volontaire émotionnelle appelée réévalution cognitive. La réévalution cognitive implique une tentative pour changer votre réponse émotionnelle à un stimulus. Dans ce cas, on a demandé aux participants d'intentionnellement diminuer leurs réponses émotionnelles négatives aux images montrées. L'analyse des chercheurs a montré:

Une recherche précédente a montré que la réévaluation cognitive diminue l'activité de l'amygdala. Ces résultats, lesquels montrent l'opposé, suggèrent que l'insomnie peut détériorer l'habileté du cerveau de procéder avec succès aux émotions négatives, une découverte qui pourrait aider à expliquer les mécaniques de comment le sommeil contribue à la dépression et à d'autres désordres psychiatriques.

Une autre recherche récente a montré la preuve des changements neuronaux et des difficultés de la régularisation émotionnelle entre les personnes avec un sommeil perturbé, insuffisant:

Les découvertes de la plus récente recherche ajoutent au corps grandissant de la connaissance scientifique indiquant que les problèmes de sommeil causent un dysfonctionnement dans le cerveau qui peut contribuer aux difficultés émotionnelles et aux conditions psychiatriques. Ceci est une région importante et existante de la recherche, où les scientifiques continuent d'explorer les origines des deux, les désordres du sommeil et les désordres psychiatriques.

Tous ceux d'entre nous qui ont expérimenté un sommeil insuffisant, perturbé savons personnellement comment être privé de sommeil peut affecter négativement notre équilibre émotionnel. Quand nous sommes fatigués, nous sommes plus sujet à être irritables, impatients et d'humeur changeante. Une recherche comme celle-ci nous amène à comprendre les mécaniques qui peuvent être à la base d'un large éventail de perturbation émotionnelle et de dysfonctionnement.

 

 

Beaux rêves,

Michael J. Breus, PhD

The Sleep Doctor®

www.thesleepdoctor.com

Posté par: Michael Breus, PhD, ABSM à 9:11 pm






 

 

Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com