MedicineNet.com

Nous vous apportons la connaissance des médecins

Dernier article révisé: le 17 février 2011

Qu'est-ce que le stress?

 

Le stress est simplement un fait de la nature -- des forces du monde intérieur et extérieur affectent l'individu. L'individu répond de façon qui l'affecte aussi bien que son environnement. Étant donné la surabondance de stress dans nos vies modernes, nous pensons normalement que le stress est une expérience négative mais d'un point de vue biologique, le stress peut être une expérience neutre, négative ou positive.

En général, le stress est relié à deux facteurs externes et internes. Les facteurs externes inclus: l'environnement physique, incluant votre travail, vos relations avec les autres, votre maison et toutes les situations, les défis, les difficultés et vos attentes sur une base journalière. Les facteurs internes déterminent l'habileté de votre corps à répondre et à gérer les facteurs de stress externe. Les facteurs internes lesquels influencent  votre habileté à gérer le stress inclus votre statut nutritionnel, votre santé en général et vos niveaux de condition physique, de bonne santé émotionnelle et la quantité de votre sommeil.

Le stress a eu un changement évolutionnaire (le développement et la sélection naturelle des espèces  au fil du temps). Ainsi, les espèces qui se sont mieux adaptées aux causes du stress (stresseurs) ont survécu et se sont développées dans les royautés des plantes et des animaux que nous observons maintenant.

Image de certaines parties du corps qui sont affectées par le stress


L'homme est la créature la plus adaptable sur la planète dû à l'évolution du cerveau humain, spécialement la partie appelée le néo-cortex. Cette adaptabilité est largement due aux changements et aux stresseurs auxquels nous avons fait face et maîtrisés. Par conséquent, nous, contrairement aux autres animaux, nous pouvons vivre dans n'importe quel climat ou écosystème, à différentes altitudes et éviter les dangers des prédateurs. Par surcroît, nous avons appris à vivre dans l'air, sous la mer et même dans l'espace, où aucune créature vivante que nous connaissons n'avait jamais survécu. Alors à ce moment-là, le stress est-il si néfaste?

Une histoire courte sur le stress

La clé pour comprendre les aspects négatifs du stress est la formule du milieu intérieur (l'environnement intérieur du corps), celui qui en a parlé le premier était le physiologiste français Claude Bernard. Dans sa formule, il a décrit les principes de l'équilibre dynamique, la constance, l'état régulier (la situation) de l'environnement interne du corps est essentiel pour survivre. Par conséquent, des changements extérieurs des forces dans l'environnement où on doit réagir aux forces externes qui changent l'équilibre et compensent pour que l'organisme survive. Des exemples de telles forces externes inclus la température, la concentration de l'oxygène dans l'air, la dépense de l'énergie et la présence des prédateurs. En plus, les maladies étaient aussi des stresseurs qui menaçaient la constance du milieu intérieur.

Le neurologiste Walter Cannon a inventé le terme homéostasie pour mieux définir l'équilibre dynamique que Bernard avait décrit. Il a aussi été le premier à reconnaître les stresseurs qui pouvaient être émotionnels aussi bien que physiques. À travers ses expériences, il a prouvé la réponse "se battre ou s'enfuir" que l'homme et d'autres animaux partagent quand ils sont menacés. En plus, Cannon a retracé ces réactions aux libérations des neurotransmetteurs puissants d'une partie de la glande surrénale, le bulbe rachidien. (Les neurotransmetteurs sont les chimies du corps qui transportent les messages des nerfs.) La glande surrénale secrète deux neurotransmetteurs, l'épinéphrine (aussi appelée l'adrénaline) et la norépinéphrine, (noradrénaline), en réponse au stress. La libération de ces neurotransmetteurs conduit aux effets physiologiques vus dans la réponse bats-toi ou fuit, par exemple, un cœur qui bat vite, une augmentation de la vigilance, etc.

Hans Selye, un autre scientifique qui est connu pour avoir étudié le stress, a confirmé les observations de l'étude de Cannon. Il a inclus, comme une partie du système de la réaction du corps au stress, la glande hypophyse, une petite glande à la base du cerveau. Il a décrit que le contrôle par  cette glande de la sécrétion d'hormones (par exemple, le cortisol) qui est une réaction importante physiologique au stress par une autre partie de la glande surrénale connue sous le nom de cortex. En plus, Selye en fait a introduit le mot stress des sciences physiques et d’ingénieries et les a définit comme "des actions de forces communes qui prennent place à travers toutes sections du corps, physiques ou psychologiques."  

Dans ses expériences, Selye cause le stress chez les rats de différentes façons. Il a trouvé des constantes psychologiques et typiques et des réactions physiques adverses à des situations qui étaient imposées sur des rats. Chez des rats constamment exposés au stress, il a observé une hypertrophie des glandes surrénales, des ulcères gastro-intestinales et une perte du système immunitaire (une atrophie du système). Il a appelé ces réactions au stress une adaptation générale (ajustement) ou un syndrome de stress. Il a découvert que ces processus, lesquels étaient adaptés (sains, appropriés à l'ajustement) et normaux pour l'organisme à éviter le stress, ne pouvaient devenir comme des maladies. C'est à dire, les procédures d'adaptation si elles étaient excessives , pourraient endommager le corps. Cette observation, alors, était  le début d'une interprétation de pourquoi le stress, peut être néfaste et pourquoi le mot stress a mérité sa signification péjorative.

Quels sont les signes et les symptômes d'un stress mal géré?

 

Un excès de stress en lui-même peut manifester une variété de symptômes émotionnels et même physiques, des comportements et des symptômes de stress variant énormément entre différents individus. Les symptômes communs somatiques (physiques) souvent rapportés par ceux qui ont un excès de stress ont un sommeil perturbateur, de la douleur aux muscles, des maux de tête, des désordres gastro-intestinaux et de la fatigue. Les symptômes émotionnels et de comportements secondaires qui accompagnent l'excès de stress: la nervosité, l'anxiété, les habitudes dans les changements alimentaires incluant manger trop, la perte d’enthousiasme ou d'énergie et des changements d'humeur, comme l'irritabilité ou la dépression. Bien sûr, aucun de ces symptômes ou de ces signes ne veulent dire pour certains qu'il y a un stress élevé étant donné qu'il y a un niveau de stress élevé depuis que tout ces symptômes peuvent être causé par d'autres problèmes médicaux ou condition physique  

C'est aussi connu que les personnes vivant un stress ont une plus grande tendance à s'engager dans des comportements malsains, tels qu'une utilisation excessive ou un abus d'alcool et de médicaments, de cigarettes et de faire moins d'exercice et de choisir moins bien leurs aliments que les personnes moins stressées. Ces comportements malsains peuvent de plus en plus accroître la sévérité de leurs symptômes reliés à leur stress, souvent les menant à un "cycle vicieux" de symptômes et à des comportements malsains.

L'expérience du stress est extrêmement individualisée. Qu'est-ce qui constitue un stress profond pour une personne peut ne pas être perçu comme un tel stress par une autre personne. Également, les symptômes et les signes d'un stress mal géré seront différents pour chaque personne.

Qui est le plus vulnérable au stress?

 

Le stress arrive sous plusieurs formes et affecte les personnes de tout âges et toute sorte de monde. Il n'y a pas de normes externes qui peuvent être appliquées pour prédire les niveaux de stress chez les individus -- quelqu'un n'a pas besoin d'avoir un emploi traditionnellement stressant pour vivre un stress au travail, comme un parent n'a pas besoin d'avoir plus d'un enfant pour vivre un stress parental qu'un parent avec plusieurs enfants. Le degré de stress dans nos vies est très dépendant des facteurs individuels telle que la santé physique, la qualité des relations interpersonnelles, le nombre d'engagements et de responsabilités que nous avons, le degré de dépendance que nous avons sur les autres, ce que nous attendons de nous, la quantité de support que nous recevons des autres et le nombre de changements ou d’événements traumatisants qui sont récemment arrivés dans nos vies.

Certaines généralités, cependant, peuvent être faites. Les personnes avec des supports sociaux adéquats rapportent moins de stress et en général ont amélioré leur santé mentale en comparaison des personnes sans support social adéquat. Les personnes qui sont moins bien nourries, qui ne dorment pas bien ou qui ne sont pas bien physiquement aussi ont une capacité réduite de gérer les tensions et les stress de tous les jours et peuvent rapporter de plus hauts niveaux de stress. Certains stresseurs sont particulièrement associés avec certains groupes d'âges. Les enfants, les adolescents, les parents qui travaillent et les personnes âgées sont des exemples de groupes qui font face souvent à des stresseurs reliés aux transitions de la vie.

Le stress de l'adolescent

 

Comme un exemple du stress relié à la transition de la vie, les années de l'adolescence souvent apportent une augmentation de stress perçu comme jeunes adultes à apprendre à vivre avec l'augmentation des demandes et des tensions. Les études ont montré que le stress excessif durant les années de l'adolescence peuvent avoir un impact négatif sur la santé physique et mentale plus tard dans la vie. Par exemple, le stress de l'adolescence est un facteur de risque pour le développement de la dépression, une condition sérieuse qui comporte une augmentation du risque de suicide. 

Heureusement, l'efficacité des stratégies pour gérer le stress peut diminuer les effets de la maladie du stress. La présence d'un réseau de support social intact fort parmi les amis, la famille et les croyants ou d'autres groupes affiliés peuvent aider à réduire l'expérience relative au stress durant les années de l'adolescence. La reconnaissance du problème et aider les adolescents à développer des qualifications pour gérer le stress peuvent aussi être des mesures préventives de grandes valeurs. Dans des cas sévères, un médecin ou une autre personne en soin de santé peut recommander des traitements ou une aide psychosociale par exemple qui peut diminuer à long terme les risques du stress de l'adolescence. 

Quelle est la réponse santé au stress?

 

L'aspect clé d'une réponse santé adapté au stress est le temps utile. Les réponses doivent être initiées rapidement, maintenues  pour un certain temps et ensuite arrêté pour s'assurer d'un résultat optimal. Une trop grande réponse au stress ou un échec pour arrêter la réponse au stress peut être des conséquences biologiques négatives au stress pour un individu. Des réponses au stress d'une personne en santé incluent trois choses:

Les résultats combinés de ces trois composantes aux réponses au stress maintiennent la balance interne (l'homéostasie) et optimise la production et l'utilisation de l'énergie. Aussi ils préparent l'organisme pour une réaction vive à travers le système nerveux sympathique. Le système nerveux sympathique opère en augmentant le battement du cœur, la pression sanguine, redirigeant la circulation sanguine au cœur, aux muscles et au cerveau et à l'extérieur de l'appareil gastro-intestinal et relâchant le combustible (glucose et les acides gras) pour aider à combattre ou fuir le danger. 

Comment travaille la réponse au stress? 

Bien que nous ne connaissons pas complètement l'histoire, les scientifiques comprennent beaucoup au sujet de comment la réponse au stress travaille. Les deux systèmes principaux impliqués sont l'axe de l’hypothalamus et de la glande surrénale et du système nerveux sympathique. (Ces systèmes seront décrits plus tard.) Déclenchés (activés) premièrement par une région qui vient du cerveau (la partie la plus basse du cerveau) appelé le locus caeruleus, du système nerveux sympathique secrète l'épinéphrine et la norépinéphrine. Les suivantes sont les cinq plus importants concepts du locus caeruleus à se rappeler au sujet de ses deux systèmes:

    1. Ils sont gouvernés par une réaction à une boucle pour régulariser leur réponse. (Dans une réaction à une boucle, des quantités augmentée d'une substance -- par exemple, une hormone -- empêche le relâchement de plus de cette substance, pendant cette hormone diminuée stimule le relâchement de plus de cette substance.) 

    2. Elles inter-réagissent entre elles.

    3. Elles influencent d'autres systèmes et d'autres fonctions du cerveau. 

    4. Elles affectent la variabilité génétique (héréditaire) des réponses des deux systèmes. (C'est-à-dire, dépendant des gênes, les différentes personnes peuvent répondent différemment aux stress similaires.)

    5. Des réponses prolongées ou accablantes à ces systèmes peuvent être dommageables pour un individu.

Quel est le rôle de l'axe de l'hypophyse surrénale (HPA) dans le stress? 

 

L'axe HPA est un groupe de réponses au stress du cerveau des glandes de l'hypophyse et de la surrénale. Premièrement, l’hypothalamus (une partie centrale du cerveau) libère un composé appelé le déblocage du facteur de la corticotrophine (CRF), qui a été découvert en 1981. Le CRF alors voyage de la glande hypophyse, où elle déclenche la libération d'une hormone, l'hormone adréno-corticotrophique (ACTH). L'ACTH est libéré dans la circulation sanguine et cause la glande de l'adrénaline au cortex à libérer des hormones de stress, particulièrement le cortisol, laquelle est une hormone corticostéroïde. Le cortisol augmente la disponibilité du supplément d'alimentation du corps (les carbohydrates, le gras, et le glucose), lequel on a besoin pour répondre au stress. Cependant, si le cortisol reste élevé trop longtemps, alors le muscle se brise, il y a une diminution dans la réponse inflammatoire et une répression du système immunitaire se produit. 

Parce qu'elles affaiblissent le système immunitaire, les corticostéroïdes en doses mesurées sont utilisées pour traiter plusieurs maladies qui sont caractérisées par l'inflammation ou un système immunitaire qui travaille trop fort, tel que l'asthme et la maladie de l'intestin inflammatoire. Pour la même raison, elles sont utilisées pour aider à réduire les chances que notre corps va immunologiquement rejeté un organe transplanté. Les costicostéroïds peuvent aussi causer de la rétention de fluide et une haute pression sanguine. Par conséquent, c'est important que la réponse aux corticostéroïds soit soigneusement contrôlée (modulée). Ce contrôle est normalement fait par un mécanisme de réactions dans lequel les niveaux de cortisol augmentés nourrissent l'hypotalamus et l'hypophyse arrête la production de ACTH. En plus, les niveaux de cortisol extrêmement haut peuvent causer des changements mentaux, incluant la dépression et des psychoses, lesquels disparaissent quand les niveaux reviennent à la normale. 

 





Quel est le rôle du locus coeruleus pendant un stress?

 

Le locus coeruleus a plusieurs liens avec d'autres parties du cerveau, particulièrement dans les régions qui apportent et traitent l'information sensorielle (information de la vue, de l'audition, de l'odeur et du toucher). Le locus coeruleus secrète la norépinéphrine et stimule d'autres centres du cerveau à faire de même. C'est comme le stimulateur cardiaque (voulant dire qu'il contrôle le tempo) du cerveau. Ainsi, il augmente (l'émotion, la sensibilisation, la vivacité) et la vigilance (la prudence, l'attention) et ajuste l'action du système nerveux, lequel inclus le SNS. Le système nerveux règle la circulation sanguine, le battement du cœur, la pression sanguine et la respiration. Il peut aussi temporairement fermer les systèmes gastro-intestinaux (GI) et les systèmes sexuels jusqu'à temps que la crise soit terminée. Ces réactions initiales, pour permettre à notre sang de circuler, à notre cœur de pomper et à nos muscles de se stimuler, arrivent très vite et automatiquement. 

Comment les liens dans le cerveau travaillent pendant un stress?

 

L'axe HPA et les systèmes locus coeruleus sont joints à travers l'hypothalamus et une région du cerveau connue comme le système lymbique. Le système limbique est la région qui contrôle les émotions et une région du cerveau qui traite la mémoire. Ces liens sont décisifs. Par exemple, si vous voyez les buissons s'agiter, votre locus coeruleus immédiatement commence les choses (la réponse au stress) vagabonde. Cependant, quand vous voyez que ce n'est pas un lion de montagne mais un Golden Retriever dans vos buissons, votre mémoire de l'apprivoisement du chien va se fermer à la réponse au stress. Semblable, si une personne est nerveuse avant un engagement à parler en public et la première et la deuxième minute vont bien, ce sentiment de bien-être va fermer l'activité du locus coeruleus. Ces ajustements internes sont pourquoi les personnes qui parlent en public commencent souvent avec une farce. C'est souvent pour se calmer (si la farce va bien) le reste ira bien aussi.

Les liens aussi incluent les endogènes (à l'intérieur du corps) le système des opiacées (comme l'opium) et la récompense du système (la dopamine). Ainsi, durant le stress, la douleur est diminuée et un sentiment extrême de joie (d'euphorie) peut résulter. Ces conditions expliquent partiellement que les émotions extrêmes ont à faire avec pourquoi nous aimons tellement les montagnes russes et les films qui font peur.

Voici comment les liens travaillent. Le système limbique exécute une analyse émotionnelle et révise la mémoire de l'information fournit par les sens. Alors, la multitude des liens nous permet de déterminer si le stress courant est:

  • un qui a été maîtrisé dans le passé et adapté avec succès aussi, 

  • pas du tout traiter, ou

  • un danger normal et présent.

Toute cette activité interne doit arriver en millisecondes et elle arrive.





Que savons-nous au sujet d'utiliser (d'activer) et de trop utiliser nos systèmes internes qui répondent au stress?

 

La recherche sur l'animal et l'homme nous a montré beaucoup au sujet des systèmes internes au stress. Quand les laboratoires d'animaux sont exposés à un stress prolongé (normalement une privation de nourriture, une douce stimulation électrique du pied ou une manipulation), ils développent un syndrome de stress. Ce syndrome consiste à une haute pression sanguine (de l'hypertension), une perte d'appétit, une perte de poids, une fonte de la musculature, des ulcères gastro-intestinaux, une perte de la fonction reproductive, la répression du système immunitaire et la dépression. Les chercheurs ont aussi remarqué que le stress à long terme ( le stress chronique) sensibilise le système du stress (le rend plus réceptif au stress). Le système alors réponds plus aux nouveaux stresseurs. Ils ont aussi remarqué que l'administration de certains médicaments, tels que l'amphétamine ou la cocaïne pouvaient aussi sensibiliser la réponse au stress. De plus, un stress constant augmente l'augmentation des médicaments en laboratoire animaux. Comme ça, un cercle vicieux est créé. Plus de stress il y a, plus les souris cherchent des médicaments et plus la sensibilité au stress est augmenté!

Une séparation tôt de la mère a aussi été vu comme un autre stresseur puissant chez les animaux. Une telle séparation a été lié à l'augmentation des niveaux des hormones de stress qui cause le syndrome de stress, lequel inclus la dépression. Les études chez les humains sont en cours pour évaluer comment le stress maternel même tôt dans la grossesse peut affecter le développement du fœtus.

Pourquoi le stress maternel pourrait affecter le fœtus? La réponse est la communication de la circulation sanguine de la mère et du fœtus. Par la circulation sanguine de la mère, le fœtus reçoit les deux le bon (par exemple, les aliments et l'oxygène) et le mauvais. Les mauvaises composantes de la circulation peuvent inclure l'alcool, la nicotine, les drogues illicites, les médicaments prescrits et les chimies du stress tel que la cortisol et la norépinéphrine.

Ces études sur l'animal et l'humain semblent indiquer que le stress mène à la dépression. En d'autres mots, le stress chronique dans l'utérus de la mère ou la privation d'affection tôt (la séparation de la mère) peut même prédisposer une personne à développer un syndrome psychiatrique d'une dépression clinique plus tard dans la vie. En plus, d'autres expériences montrent que l'administration d'hormones de stress peuvent en fait diminuer les liens du cerveau et même le nombre des cellules dans des régions fondamentales, tel que le système limbique. Cette perte des liens du cerveau et des cellules mènent à plus de réponses mal adaptées (des ajustements inadéquats) au stress.

En plus, certains stress particuliers ont l'air d'être plus nuisibles que d'autres types. C'est-à-dire, certains types de stress peuvent mener à des maladies. Par exemple, les stress qui sont imprévisibles et incontrôlables semblent être les plus grands coupables. D'un autre côté, les stress que nous pouvons gérer et maîtriser ne sont pas nécessairement mauvais. En fait, nous pouvons apprendre de ces stress, prédire leur récurrence et développer des plans d'actions pour réduire ou les éviter dans le futur. De cette façon, certains stress peuvent en fait déclencher la croissance d'une nouvelle personnalité et causer biologiquement des changements adaptés. Bien sûr, beaucoup de psychothérapie est empiriquement (guidé par l'expérience pratique au lieu de la théorie) basée sur ce concept.

Quels sont les effets du stress sur les conditions médicales et psychologiques?

 

Il y a maintenant une preuve qui montre des réponses au stress anormal comme causant des maladies et des conditions variées. Celles-ci inclus des désordres d'anxiété, de la dépression et un abus de substance. Le stress peut affecter virtuellement tout le système organique, étant associé avec les conditions aussi diverses que les rougeurs de la peau, la haute pression sanguine, la maladie cardiovasculaire, certaines maladies gastro-intestinales, certains cancers et même la procédure de vieillir elle-même.  Le stress semble aussi augmenter la fréquence et la sévérité des migraines, les épisodes de l'asthme et d'autres infections que leurs pairs moins stressé. Le stress psychologique (tel que les événements du 9-11) peuvent causer les deux temporairement et les symptômes chroniques d'une maladie sérieuse psychiatrique appelé un désordre de stress post-traumatique (PTSD).

 

Conclusions au sujet des effets du stress

 

Incontrôlable, imprévisible, le stress constant a des conséquences considérables sur notre santé physique et mentale. Le stress peut commencer dans l'utérus et réapparaître tout au long de la vie. Une des conséquences pathologique du stress (anormale) est un acquis d'impuissance et de désespoir de dépression clinique mais en plus, plusieurs maladies comme les états d'anxiété clinique, la haute pression sanguine, la maladie de cœur et les désordres de dépendance, pour en nommer quelques-uns, semblent aussi être influencé par le stress chronique ou accablant.

La nature, cependant, nous a fournit de merveilleux mécanismes pour faire face aux stresseurs à travers l'axe du HPS et le locus coeruleus/système sympathique nerveux. De plus, la recherche nous a montré les mécanismes biologiques qui expliquent ce que nous savons tous intuitivement qui est vrai -- lequel est, que trop de stress, particulièrement quand nous ne pouvons le prédire ou contrôler sa réapparition, est dommageable pour notre santé. 





Comment pouvons-nous gérer le stress?

 

Si nous pensons au sujet des causes du stress, la nature de la réponse au stress et les effets négatifs de certains types de stress (prolongés, inattendus ou un stress inimaginable), plusieurs stratégies de santé deviennent évidente. Un pas important pour gérer le stress est l'exercice. Étant donné que la réponse au stress nous prépare à se battre ou s'envoler, nos corps sont prêts pour l'action. Malheureusement, cependant, nous traitons normalement nos stress pendant que nous sommes assis à notre bureau, debout à notre distributeur d'eau ou derrière la roue pris dans la circulation. L'exercice sur une base régulière aide à repousser la production des hormones de stress et à associer les neurochimies. Ainsi, l'exercice peut aider à éviter le dommage à notre santé qui prolonge le stress. En fait, les études ont trouvé que l'exercice est un antidépresseur puissant, antianxiolitique et qui aide à dormir pour plusieurs personnes. 

Pendant des centaines d'années dans les traditions religieuses de l'est, les bénéfices de la méditation et les techniques d'autres relaxations ont été bien connues. Maintenant, la médecine et la psychologie de l'ouest ont redécouvert sa sagesse particulière, l'ont traduit dans des méthodes simples non spirituelles et scientifiques et ont vérifié son efficacité. Ainsi, une ou deux sessions de 20-30 minutes de méditation par jour peuvent avoir des effets bénéfiques sur la santé. En effet, des méditants avancés peuvent même contrôler significativement aussi bien leur pression sanguine et leurs battements de cœur.

L'élimination de l'utilisation de la drogue et ne plus utiliser d'alcool même avec modération sont importantes pour le succès de la gérance du stress. Nous savons que les personnes, quand elles sont stressées, cherchent ces panacÚs, mais nous savons aussi que plusieurs de ces substances sensibilisantes (rendent même plus encore nerveux) la réponse au stress. Comme résultat, les petits problèmes produisent de grosses surtensions de chimies de stress. Qui plus est, ces tentatives avec ces drogues et alcools pour masquer le stress souvent empêchent la personne de faire face au problème directement. Par conséquent, elles ne sont pas capable de développer des façons efficaces de faire face ou d'éliminer le stress.

En fait, même les médicaments prescrits pour l'anxiété, tel que le diazepam (Valium), le lorazepam (Ativan), ou l'alprazolam (Xanax), peuvent ne pas être efficaces de la même façon. Ainsi, ces médications devraient seulement être utilisé prudemment sous stricte surveillance d'un médecin. Si, cependant, le stress produit un problème déclaré psychiatrique, comme un désordre post-traumatique de stress (PTSD), une clinique de dépression ou des désordres d'anxiété, alors les médications psychotropes, particulièrement les inhibiteurs sélectifs de la récupération de la sérotonine (SSRI), sont extrêmement utiles. Des exemples de SSRI inclus le sertraline (Zoloft), paroxetine (Paxil) ou (Prozac).

Nous savons que le stress chronique ou inimterrompu est très dommageable. C'est important, donc, de se ménager et de se relaxer. Prenez un repos à l'heure du dîner et ne parlez pas du travail. Prenez une marche au lieu de prendre un café. Utilisez les fins de semaine pour vous relaxer et ne programmer pas trop d'activités pour que le lundi matin semble un soulagement. Comprenez vos signaux de stress. Prenez des vacances régulièrement ou des fins de semaine longues ou des journées de soins mentaux à intervalles que vous avez appris qui sont profitables pour vous.

Essayez de prévoir au travail et dans votre vie à la maison autant que possible une structure et une routine dans votre vie, ne peut pas prévenir un imprévu d'arriver, cependant, elles peuvent fournir des bases importantes auxquelles on peut répondre à l'imprévisible. Pensez d'avance et essayez d'anticiper les possibilités variées, les bonnes et les mauvaises qui peuvent devenir des réalités au travail et à la maison. Envisagez des plans de scénarios et des réponses. Vous allez peut être trouver que "l'imprévu" n'arrive pas toujours réellement de nulle part. Avec cette sorte de préparation, vous pouvez changer le stress en une force positive pour travailler à votre croissance et changer.

Pour ceux qui peuvent avoir besoin d'aide pour gérer le stress, l'orientation d'une forme individuelle ou une thérapie de groupe est offerte par plusieurs médecins en soins de santé mentale. La thérapie individuelle ou en groupe a prouvé une réduction des symptômes du stress et améliore en général la santé et le mental.

Qu'est-ce qu'il y a dans le futur pour le stress?

 

Le stress fait partie de la vie et sera toujours là. Les clés pour traiter avec le stress sont le contrôle approprié des stresseurs et la gestion de nos réponses physiques (physiologiques) et mentales (psychologiques). À cet égard, le traitement du stress traumatique (DSIC) implique de discuter de l’événement traumatique aussi vite que possible après l’événement. Même si on pense aider à amoindrir les réactions extrêmes pathologiques au stress souvent prévenir le PTSD dans ses formes les pires pour certains individus, une autre recherche a remis en question son efficacité. Avec un peu de chance, avec les circonstances dans laquelle le CISD peut être utile clairement décrit et cette approche pour gérer le stress peut être traduite dans des stratégies aidantes pour gérer plus de types communs de stress.

Un coup d’œil sur le stress

Auteur et éditeur précédent participant:
Auteur médical: Peter J. Panzarino Jr., MD, FAPA
Éditeur médical: Leslie J. Schoenfield, MD, PhD

REFERENCES:

Bromet, E.J., M.A. Dew, D.K. Parkinson, et al. "Effects of occupational stress on the physical and psychological health of women in a microelectronics plant." Social Sciences Medicine 34.15 June 1992: 1377-1383.

Chiesa, A., and A. Serretti. "Mindfulness-based stress reduction for stress management in healthy people: a review and meta-analysis." Journal of Alternative Complementary Medicine 15.5 May 2009: 593-600.

Fliege, H., M. Rose, P. Arck, et al. "The perceived stress questionnaire (PSQ) reconsidered: validation and reference values from different clinical and healthy adult samples." Psychosomatic Medicine 67 (2005): 78-88.

Gore, T. Allen and Joel Z. Lucas. "Posttraumatic Stress Disorder." eMedicine. Dec. 15, 2009. <http://emedicine.medscape.com/article/288154-overview>.

Kagee, A. "Concerns about the effectiveness of critical incident stress debriefing in ameliorating stress reactions." Critical Care 6.1 (2002): 88.

McNally, R.J. "Psychological debriefing does not prevent posttraumatic stress disorder." Psychiatric Times 21.4 Apr. 2004.

"Stress." American Psychological Association. <http://www.apa.org/topics/stress/index.aspx>.

United States. National Institute of Mental Health. "Posttraumatic Stress Disorder." Feb. 11, 2011. <http://www.nimh.nih.gov/health/topics/post-traumatic-stress-disorder-ptsd/index.shtml>.

Van Bockstaele, E.J., et al. "Topographic Architecture of Stress-Related Pathways Targeting the Noradrenergic Locus Coeruleus." Physiol Behav 73.3 June 2001: 273-283.

 

 

 

 




Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com