La volonté et l'énergie: rester dans vos limites avec le syndrome de la fatigue chronique et la fibromyalgie

ProHealth.com
by Bruce Campbell, PhD
8 février 2012

Le Dr. Bruce Campbell dirige le site internet éducationnel CFIDS and Fibromyalgia Self-Help (www.cfidsselfhelp.org) et celui en ligne self-help group discussion courses qui échangent des idées sur des façons pratiques de vivre avec les changements dans la vie suite à une maladie chronique. Ici il partage des idées qui ont aidé des patients à éviter de perdre toute leur énergie quand le contrôle de soi diminue.
 
_____________________

La volonté avec le syndrome de la fatigue chronique et la fibromyalgie

Nous pensons souvent à la volonté comme étant une qualité morale mais une recherche récente suggère que c'est plus comme un muscle, lequel peut être renforcé par l'usage. Cette nouvelle façon de voir venant d'une psychologie expérimentale a des implications pratiques pour les personnes avec le syndrome de la fatigue chronique et la fibromyalgie.

La volonté et l'énergie

Une recherche récente* a montré que la quantité de la volonté disponible d'une personne à tout moment est limité et reliée de près à l'énergie physique, mesuré par la quantité de glucose dans la circulation sanguine.

La volonté donne aux personnes la force de persévérer mais le contrôle de soi diminue quand l'énergie est utilisée. La volonté est insuffisante:

• à travers une activité physique et mentale,

• à travers un conflit de stress et mental,

• et à travers l'énergie qu'utilise le corps pour combattre la maladie.

Une fois que l'énergie est épuisée, une personne trouve ça difficile de penser, est facilement irritée et ressent ses émotions plus intensivement. (Ça vous semble familier?)

La volonté est restorée par le repos et la nourriture et la recherche suggère même que les limites de la volonté peuvent être augmentée avec le temps par les pratiques décrites ci-bas.

Certaines renforcent la volonté 'le muscle', pendant que d'autres sont orientées pour conserver l'énergie.

Entraînements physiques de la volonté

Une approche que les chercheurs ont pris pour renforcer la volonté a été de vérifier les différents exercices disciplinés. Ceux-ci comprennent travailler la posture (avoir des personnes pour vous rappeler de s'asseoir et de se tenir bebout droit), commencer un programme d'exercice, améliorer les connaissances par l'étude et améliorer les finances en budgetant. 

Les résultats ont été doublement surprenant.

Premièrement, toutes les expériences ont été aussi efficaces; peu importe l'exercice que les personnes ont fait, leur résistance a augmenté, suggérant que l'activité disciplinée était généralement utile. 

• Et, deuxièmement, les gains ont rapporté dans multiples domaines de la vie des personnes. Les sujets de la recherche ont gagné des bénéfices dans les domaines de leur vie qui n'avaient rien à faire avec les exercices spécifiques qu'ils avaient performés. 

La vérité c'est que: se concentrer sur une forme spécifique de l'activité va mener à une augmentation du contrôle de soi.

Pour les personnes avec le syndrome de la fatigue chronique et de la fibromyalgie, ceci veut dire des choses comme s'habiller à tous les jours, avoir des buts à chaque semaine ou faire des casses-tête ou d'autres exercices pour renforcir l'esprit. 

Règles et habitudes

Les chercheurs ont trouvé que le contrôle de soi est plus efficace quand il est utilisé pour établir une bonne habitude. Ça prend de la volonté pour créer de bonnes habitudes mais une fois qu'elles sont créées, la vie continue tellement plus en douceur.

Ceci a été montré dans une étude de deux approches utilisées par des professeurs: ceux qui ont écrit des papiers à la recherche d'une fonction. Ceux qui ont écrit les papiers de la recherche rapidement près de la limite ont eu moins de succès à avoir une fonction que les professeurs qui ont travaillé à un rythme régulier durant une longue période. La leçon: utiliser un contrôle de soi pour former une habitude journalière et vous produirez plus avec moins d'effort à long terme. 

La recherche a aussi montré la valeur des règlements déclarés dans un format "si/alors".

Dans cette stratégie, l'idée est de créer des plans hautement spécifiques pour certaines situations. Les plans prendront la forme: si X arrive, je ferai Y. Le pouvoir de cette approche est qu'il transfère le contrôle à une procédure automatique et ainsi diminue dans votre investissement de votre précieuse énergie.

Certains exemples de règles "si/alors" pour des personnes dans notre programme incluent:

• Si je suis sur l'ordinateur pendant 20 minutes, alors c'est le temps de prendre une pause.

• S'il est 11 heures, alors c'est le temps pour mon repos du matin.

• S'il est 21 heures, alors c'est le temps de commencer à me préparer pour me coucher.

Éviter la tentation à travers un pré-engagement

Une façon que les personnes dépassent leur limite est en se laissant tenter par quelque chose qui semble séduisant à un moment donné. 

Une stratégie pour gérer une tentation est de réduire les chances avant que la tentation se fasse sentir. 

L'exemple classique c'est ce que Odysseus et ses hommes ont fait aux chansons mortelles des sirènes. Odysseus se faisait fouetter par ses hommes au pilône et leur disaient de ne pas le détacher peu importe ses fortes supplications. Ses hommes ont bouché leurs oreilles avec de la cire afin de ne pas entendre les chansons des sirènes.

Dans un exemple plus quotidien, les personnes dans notre programme ont mis des limites sur la durée des téléphones ou de rencontre avec les autres. Elles communiquent cette limite avant ou au début d'un téléphone ou d'un rendez-vous, ensuite impose la limite quand le temps est passé. [Voir "Gérer les problèmes de téléphone avec une maladie]

Certaines personnes qui sont tentées de vérifier le courriel à chaque fois qu'elles sont près de leur ordinateur et ensuite finissent par passer une heure en-ligne, utilisent la stratégie du pré-comportement de fermer l'ordinateur sauf durant certaines heures de la journée. D'autres règlent de fermer leur ordinateur après un certain moment d'utilisation ou limitent les sites qu'elles peuvent visiter.

(Un outil pour limiter l'accès à des pages internets distrayantes, voir www.rescuetime.com.)

Arrêter et choisir

Une autre façon d'éviter de succomber à la tentation est d'arrêter avant d'agir et de réaliser que vous avez un choix.

Une personne dans notre programme apporte une carte dans sa bourse pour se rappeler des conséquences d'une trop grande activité:

• Sur un coté, c'est écrit "Quel est le compromis?", voulant dire que. serait le prix à payer pour passer à l'action.

• Sur l'autre coté on lit "Dit NON." (Une alternative à la seconde partie est de demander:  "Est-ce que je suis prêt à payer le prix?")

Une autre personne visualise comment elle se sentirait si elle sortait son enveloppe d'énergie. Elle dit, "Imaginer la fatigue et le cerveau embrouillé que fournit un contre-poids au plaisir immédiat que j'anticipe de faire quelque chose qui me transporte au-delà de mes limites."

Une troisième personne a dit qu'elle se rappelle ses alternatives, telles que "Je peux finir cette tâche et m'enfoncer ou écouter mon corps et arrêter."

Support

La recherche supporte l'idée des AA depuis longtemps championne et de plusieurs autres programmes: Vous avez plus de chance d'avoir du succès si vous vous entourez de personnes qui sont dévouées à vous aider.

Dans une étude d'alcoolémie, les chercheurs ont trouvé que le support aidait à prédire si les personnes resteraient sobres et comment elles seraient sérieuses avec leurs rechutes. Les personnes qui avaient le plus de support ont fini par s'abstenir plus fréquemment et de boire moins en général.

Les personnes dans notre programme ont utilisé trois stratégies dans leur effort pour trouver du support.

• La première a été d'éduquée celles près d'eux au sujet du syndrome de la fatigue chronique et de la fibromyalgie. Plusieurs rapportent que leurs efforts ont pris du temps. Quelquefois une période d'un an ou plus pour que leurs efforts portent fruits, alors patience et persistance étaient importantes.

• Une deuxième stratégie est de laisser certaines relations. Un exemple particulièrement mémorable a été fournit par une amie de collège que j'ai rencontré à une réunion. Elle m'a dit qu'elle avait la fibromyalgie mais s'était améliorée substantiellement l'année précédente. Je lui ai demandé pourquoi, elle m'a répondu "J'ai divorcé de mon mari." Sa solution n'a pas été sa première réponse à un mauvais mariage, mais en finir avec une relation peut être la meilleure solution dans certaines situations.

• La dernière, plusieurs personnes avec le syndrome de la fatigue chronique et la fibromyalgie construisent de nouvelles sources de support, lesquelles peuvent inclurent d'autres personnes avec le syndrome de la fatigue chronique et la fibromyalgie, et aussi un support professionnel. Le pouvoir du formateur est suggéré par les commentaires que nous entendons souvent dans nos classes, incluant "C'est si bon de se sentir compris," "Je ne me sens plus seul maintenant" et "C'est si bien de connaître que les autres expérimentent les mêmes choses que moi."

* Le sommaire de la recherche dans cet article est tiré du livre de Ray Baumeister et John Tierney's La force de la volonté: Redécouvrir la plus grande force de l'homme (New York: Penguin Books, 2011) .

____

Note: Cet article a été reproduit avec la permission de www.cfidsselfhelp.org - qui offre un grand inventaire sur tous les aspects de comment vivre avec une maladie chronique.

 

 










Traduit par Louise Rochette Louise
 
Email: LouiseRochette@gmail.com