Inquiet au sujet de l'anxiété?
Ce qu'un corps a besoin pour prévenir et réparer

Par Life Extension Foundation • ProHealth.com • 24 octobre, 2012

Cette preuve premièrement basée sur des désordres d'anxiété explique les rôles des hormones et des chimies du cerveau, les thérapies avec les médicaments et les substances nutritives et les herbes connues pour aider à équilibrer la chimie du cerveau pour une réponse santé au stress. Elle est reproduite avec la permission de Life Extension Health Concerns and Protocols Library (www.LEF.org). ©1995-2012 Life Extension®. Tous droits réservés. 
__________________________

Worried About Anxiety? What a Body Needs for Prevention and RepairAu sujet de l'anxiété et les thérapies naturelles pour équilibrer la chimie du cerveau.

Comme la nature l'a voulu, l'anxiété sert un but utile. Caractérisée par la peur ou l'inquiétude que quelque chose de mauvais va arriver, une anxiété normale arrive occasionnellement en réponse aux situations qui menacent notre sens de sécurité. Ceci nous aide à éviter de nuire et à se rappeller de ne pas nous mettre dans la même situation potentiellement dangeureuse dans le futur. L'anxiété est une réponse normale au stress qui a été conservée à travers l'évolution humaine et est évidente chez tous les autres animaux.

Cependant, quand l'anxiété arrive inopportunément en réponse aux événements normaux de tous les jours, elle peut devenir une condition débilitante connue comme le désordre de l'anxiété. Les désordres d'anxiété rendent une personne à être constamment "énervée", ou "tendue" dans l'attente d'une menace imminente à leur bien-être physique ou psychologique. Les symptômes des désordres de l'anxiété sont souvent chroniques et peuvent inclure de la difficulté à se concentrer, de l'irritabilité, des muscles tendus, des perturbations du sommeil et un problème à surmonter les inquiétudes.

Le modèle de soin de santé conventionnel typiquement essaie de soulager l'anxiété avec une gamme de médicaments psychoactifs qui manipulent le signal du neurotransmetteur. Par exemple, les médicaments pour l'anxiété peuvent soit augmenter le recyclage des neurotransmetteurs existants ou relier directement les récepteurs du neurotransmetteur et les bloquer ou les activer artificiellement altérant l'humeur.

Cependant, les médicaments psychoactifs ne vont pas jusqu'à contrôler les causes sous-jacentes de l'anxiété - les débalancements hormonaux et métaboliques qui émergent de nos corps essayant de s'adapter au stress chronique.

Reconnaître et répondre aux facteurs sous estimés de risque pour les désordres de l'anxiété, tel que l'homocystéine élevée [une cellule nuisible à l'amino acide] et les déséquilibres de l'hormone sexuelle, est un important aspect de tout régime de traitement.

Malheureusement, les médecins traditionnels souvent manquent d'aborder ces subtilités, une néglicence qui sans doute contribue au ridicule 50% de taux de succès des traitements conventionnels d'anxiété.

L'anxiété est un désordre à multiple facettes, et doit être traitée comme tel afin de d'obtenir un soulagement symptomatique.

• Des études cliniques indiquent que les substances nutritives comme l'omega-3 polyinsaturé, les acides gras, le magnésium et les herbes adaptogéniques comme le rhodiala peuvent s'ajouter aux habitudes de bien manger et des techniques pour gérer le stress pour efficacement optimiser les mécanismes du corps à la réponse au stress et supporter la communication neurologique saine. [Les adaptogéniques aident à augmenter la résistance au stress.]

• De plus, les composés comme les vitamines B et les amino acides peuvent fournir des matériaux crus dont le corps a besoin pour assurer une synthèse propre au neurotransmetteur et les signaler.

Prédominance

Les désordres de l'anxiété affectent environ 40 millions d'adultes américains ou environ 18.1% de la population adulte aux États-Unis de plus de 18 ans (Kessler 2010; Bulloch 2011; Roberson-Nay 2011)

• Presque 15% des adultes vont expérimenter un désordre d'anxiété dans leur vie (Kessler 2010; Bulloch 2011; Roberson-Nay 2011).

• En comparaison, seulement 14.8 millions d'adultes américain ou environ 6.7% de la population adulte aux États-Unis, souffrent de dépression majeure.

• Cependant, la dépression et l'anxiété sont très liées.

Jusqu'à 90% de tous les cas, les désordres d'anxiété généralement se développent tôt dans la vie - avant l'âge de 35 ans avec le plus grand risque de déclenchement entre les âges de 10 à 25 ans (Kessler 2010; Kessler 2005a; Kessler 2005b).

Aussi, les femmes sont deux fois plus probables que les hommes de souffrir d'un désordre d'anxiété généralisée (Kessler 2010; Kessler 2005a; Kessler 2005b). Cette dernière statistique suggère qu'un débalancement des niveaux de l'hormone femelle durant et après la ménopause, durant la menstruation et après la grossesse peut être lié à l'étiologie de l'anxiété. Nous allons examiner cette connection en plus grand détail plus tard dans ce protocole.

Types de désordres d'anxiété

Désordre d'anxiété généralisée

Le désordre d'anxiété généralisée est caractérisée par l'inquiétude et la tension provoquées dans l'absence d'un facteur environnemental réel. Une personne avec le désordre d'anxiété généralisée est constamment inquiète, anticipant un désastre, et devenant trop concernée au sujet de leur santé, les finances et travaille sans besoin.

Les personnes avec le désordre d'anxiété généralisée sont fréquemment incapable de relaxer et de combattre l'insomnie et une pauvre concentration. D'autres symptômes peuvent inclure l'impatience, la fatigue, l'irritabilité, la tension musculaire, une haute pression sanguine et des perturbations du sommeil. Plusieurs personnes avec un faible désordre d'anxiété généralisée vont maintenir leur carrière et leur fonction sociale. Cependant, les cas sévères peuvent mener à un échec au travail et à un évitement de situations sociales.

Le désordre d'anxiété généralisée affecte près de 6.8 millions d'adultes américains (Weisberg 2009). Les médecins diagnosent le désordre d'anxiété généralisée basée sur le critère suivant - un individu qui s'inquiète excessivement au sujet des problèmes de tous les jours et ayant 3 symptômes ou plus du désordre d'anxiété généralisée, pour la plupart des journées, pour au moins 6 mois consécutifs.(Wyrwich 2011).

Désordre panique 

Le désordre de panique est caractérisé par des attaques soudaines de peur et de sens de mort imminente. Une attaque de panique peut causer un taux élevé de palpitations cardiaques, de la transpiration, un étourdissement, de la fatigue, un manque de souffle, de la nausée, de la douleur à la poitrine et des sentiments d'avoir froid et d'engourdissement. Dans plusieurs cas ces symptômes physiques aggravent l'attaque de panique étant donné que la personne peut se sentir comme si elle était en train de mourir ou si elle était en un terrible danger physique.

Les attaques de panique sont souvent imprévisibles et arrivent soudainement, mais peuvent être déclenchées par l'exposition du stimuli associé avec un traumatisme passé, tel que conduire dans une intersection où la personne était impliquée antérieurement dans un accident majeur. Les attaques de panique typiquement durent environ 10 minutes. Les épisodes apparaissent souvent sans avertissement et avec une fréquence variée. Le désordre de panique est très invalidant, causant les personnes à éviter des endroits ou des situations qui ont causé des attaques avant. Comme résultat, les personnes avec le désordre de panique souvent perdent leur emploi ou déménagent de maison.

Presqu'un tiers des personnes avec le désordre de panique va avoir peur de sortir de leur maison et vont développer une agoraphobie, une peur des endroits ouverts.

Le désordre de panique affecte environ 6 millions d'américains et est aussi deux fois plus commun parmi les femmes que les hommes (Kessler 2010). La définition clinique du désordre de panique est quand une personne expérimente des attaques de panique récurrentes et inattendues, au moins une qui est suivie par une ou plus: une inquiétude persistante au sujet d'attaques futures, une inquiétude au sujet des implications de l'attaque, et/ou un changement significatif dans le comportement relié aux attaques (Roy-Byrne 2005).

Désordre obsessif-compulsif

Le désordre obsessif-compulsif est caractérisé par des pensées (obsessions) stressantes qui peuvent mener à l'anxiété et à l'utilisation des actions rituelles (compulsions) dans une tentative de soulager cette anxiété (Bienvenu 2010; Merlot 2006).

Un bon exemple est une personne obsédée avec la présence d'une bactérie dans l'environnement. Dans ce cas, une personne avec le désordre obsessif-compulsif peut développer une compulsion à rituellement et répétivement se laver les mains ou faire une autre sorte de type d'auto-nettoyage. La personne avec le désordre obsessif-compulsif ne trouve pas performant le rituel usuel mais il lui fournit temporairement le soulagement de l'anxiété. 

Pendant que les personnes en santé peuvent montrer des comportements répétitifs, comme vérifier deux fois pour voir si les portes sont barrées, les personnes avec le désordre obsessif-compulsif exécutent les rituels tellement répétitivement que leur comportement les font souffrir et peut interférer avec la perfomance des tâches de tous les jours.

Approximativement, 2.2 millions d'adultes américains souffrent du désordre obsessif-compulsif. Les désordres d'habitudes alimentaires, d'autes désordres d'anxiété et la dépression accompagnent communément le désordre obsessif-compulsif. Une  recherche récente montre que le désordre obsessif-compulsif affecte les hommes et les femmes également (Kessler 2010).

Phobie

Les phobies sont des peurs inexplicapbles et injustifiables. Les phobies peuvent être une peur de certains objets ou de choses. La phobie sociale, aussi connue comme le désordre d'anxiété sociale, implique l'auto-conscience excessive et l'anxiété au sujet des situations sociales de tous les jours. Les personnes avec une phobie sociale sont chroniquement craintives d'une façon injustifiable. Les personnes avec la phobie sociale ont chroniquement peur de s'embarrasser et d'être jugé par les autres. Elles peuvent appréhender des semaines avant une rencontre cédulée ou une interaction, laquelle peut interférer avec les activités de tous les jours.

Les effets physiques associés avec la phobie sociale peuvent inclure la rougeur, la transpiration, la nausée et la difficulté à parler. Environ 15 millions d'américains sont affectés par les phobies sociales (Kessler RC et al., 2010). D'autres désordres d'anxiété et la dépression peuvent accompagner la phobie sociale.

La définition clinique de la phobie sociale est quand une peur persistante des situations sociales force les personnes à soit les éviter ou les expérimenter avec une grande anxiété (Machado-de-Sousa 2010; Coelho 2010).

Désordre de stress post-traumatique


Expérimenter ou être témoin d'un événement de la vie traumatique ou terrifiant tel qu'un sérieux accident, un crime violent ou un désastre naturel peut précipiter un désordre de stress post-traumatique. Les personnes avec un désordre de stress post-traumatique peuvent soit revivre l'événement avec des cauchemars ou avoir des souvenirs perturbants durant les heures éveillées. Les événements ordinaires peuvent déclencher des souvenirs qui peuvent résulter en une perte de la réalité, menant la personne à croire que l'événement arrive encore.

Le désordre de stress post-traumatique affecte plus de 5 millions d'américains et peut arriver à tout âge (Kessler 2010; Cantor 2009). Les symptômes associés avec le désordre de stress post-traumatique peuvent inclure l'incapacité à dormir, l'hypersensibilité au stimuli externe, des sentiments de détachements ou d'engourdissement et la perte de la mémoire entourant l'expérience traumatique.

Les médecins qui doivent diagnostiquer le désordre de stress post-traumatique considèrent si le patient ré-expérimente l'événement traumatique continuellement par la mémoire, les rêves, les hallucinations, les souvenirs ou les réactions physiques aux déclencheurs internes ou externes. Pour un diagnostique de désordre de stress post-traumatique, les symptômes doivent être présents pour plus d'un mois - mais peuvent arriver des années après l'événement traumatique (Kessler 2010; Cantor 2009).


Facteurs de risque et associations

Une variété de facteurs peuvent augmenter le risque du désordre d'anxiété. Être une femme est un risque car il affecte deux fois plus de femmes que d'hommes. L'âge est un autre facteur, avec le plus grand risque de déclenchement affectant ceux entre 10 et 25 ans. La recherche montre que les enfants qui sont gênés ou plausibles d'être la cible des persécuteurs sont à plus grand risque de développer des désordres d'anxiété plus tard dans la vie. Les désordres d'anxiété aussi tendent à être héréditaires, croyant avoir à la fois une composante génétique et une composante apprise. Un manque de relations sociales, des événements traumatisants et certaines conditions médicales sont aussi associés avec une augmentation du risque des désordres d'anxiété.

L'anxiété peut arriver indépendamment ou en conjonction avec d'autres conditions psychiatriques ou médicales telles que la dépression, le syndrome de la fatige chronique, une maladie cardiaque ou un trouble respiratoire. L'anxiété chronique est associée avec un plus grand risque de maladie et de mort cérébrovasculaire tel que l'hypertension, l'ischémie cardiaque et l'arrhytmie. Aussi, l'anxiété chronique prédispose les personnes à un éventail de désordres neurologiques (Culpepper 2009; Goodwin 2009; Gureje 2008). Les personnes avec des désordres d'anxiété sont moins capable de gérer avec les coups occasionnels de la vie. Le divorce, un désastre financier ou d'autres stresseurs sévères peuvent augmenter leur risque de comportement suicidaire(Ringbäck Weitoft 2005).


Homocystéine et le cycle de méthylation

L'homocystéine est un intermédiaire dans le cycle métabolique connu comme la méthylation. Les réactions de la méthylation, dépendant largement des co-facteurs de la vitamine B (particulièrement, B6, B12, et l'acide folique), sont critiques pour la bonne synthèse des neurotransmetteurs qui jouent un rôle important dans la régulation de l'humeur.

Comme les niveaux de la vitamiine B diminuent, le cycle de la méthylation devient affaibli - menant à une augmentation simultanée des niveaux de d'homocystéine (parce qu'ils ne sont plus recyclés efficacement) et une perturbation de la synthèse dans le neurotransmetteur. La relation serrée entre la synthèse du neurotransmetteur et la formation d'homocystéine a mené certains chercheurs à soupçonner qu'il y a un lien entre l'homocystéine et l'humeur. En effet, les études suggèrent que les niveaux d'homocystéine sont un marqueur efficace du statut de la vitamine B et que les changements dans les niveaux de l'homocystéine sont en corrélation avec les changements d'humeur.

Chose intéressante, les niveaux d'homocystéline ont prédit la durée du PTSD (Levine 2008), suggérant qu'en diminuant les niveaux d'homocystéine par un supplément de vitamines B pourrait diminuer les symptômes du désordre de l'humeur en libérant les ressources métaboliques impliquées dans la neurotransmission.

D'autres études ont clairement lié les anormalités génétiques telles que la mutation de l'activation de l'enzyme de l'acide folique, MTHFR, aux hauts niveaux d'homocystéine (et ont augmenté les symptômes du désordre de l'humeur). Ceci renforce la notion que le métabolisme d'homocystéine est une importante cible dans les débalancements psychiatriques (Coppen 2005). Un supplément avec une diminution de l'homocystéine en vitamines B a été montré pour soulager l'anxiété chez 44 femmes avec une anxiété prémenstruelle (De Souza 2000).

Un autre composé impliqué dans le cycle de la méthylation est le S-adenosylmethionine (SAM-e). Les fonctions de SAM-e pour donner des groupes de méthyle dans le cycle de la méthylation ainsi facilite la formation des neurotransmetteurs tel que la dopamine et la sérotonine. Dans des essais cliniques, le supplément SAM-e a été montré être efficace comme les antidépresseurs tricycliques en traitant des désordres dépressifs (Papakostas 2009).

Étant donné le rôle santé de la méthylation en maintenant les équilibres biochimiques dans le système nerveux central, une cible du niveau sanguin de moins de 7 - 8 µmol/L d'homocystéine aide à assurer le bon métabolisme du neurotransmetteur et peut équilibrer l'humeur durant les moments de stress, la dépression et l'anxiété. [Note: Les manques dans le cycle de la méthylation sont un mécanisme proposé dans le développement du syndrome de la fatigue chronique et de la fibromyalgie, et des essais d'approche nutritionnelle pour augmenter la glutathion et les niveaux SAM ont eu des résultats prometteurs, incluant un sens amélioré du bien-être.


Le diagnostique et le traitement des désordres de l'anxiété

Parce que l'anxiété et la dépression peuvent avoir des symptômes semblables ou même qui se chevauchent, le diagnostique et le traitement du désordre de l'anxiété peut être difficile. Une personne peut se promener entre l'anxiété et la dépression. Cependant, comme plusieurs des mêmes mécanismes neuronals sont impliqués dans les deux, quelquefois le traitement n'est pas efficace pour un, et peut être efficace pour l'autre.

Pendant que plusieurs examens de dépistage sont disponibles pour aider à déterminer la cause, le type et la sévérité de l'anxiété, le diagnostique des désordres de l'anxiété demeure quelque peu subjectif et basé sur l'observation (Risbrough 2010). Une fois qu'un médecin diagnostique un désordre d'anxiété, le traitement va souvent intégrer plusieurs approches, incluant mais non limité à la diète et aux changements de style de vie, la relaxation et la thérapie du massage, la psychothérapie, le comportement ou la thérapie cognitive comportementale et une intervention médicamenteuse.

La thérapie cognitive comportementale nécessite de modifier les façons de penser qui influencent l'anxiété et la peur. Elle aide les individus à reconnaître les déformations cognitives, exagérées et les pensées irrationnelles qui produisent des réactions tel que l'anxiété et la panique. Des outils spéciaux alors aident la personne à détecter la pensée déformée et à replacer pensées déformées avec de plus précises. La thérapie cognitive comportementale est un traitement de première ligne (Hunot 2007; Tolin 2010) et est efficace pour traiter tous les désordres d'anxiété (Hunot 2007; Tolin 2010).

La thérapie de comportement utilise plusieurs techniques comme des exercices de respiration du diaphragme et la thérapie exposition. La respiration du diaphragme montre aux personnes comment contrôler les signes physiques de l'anxiété en prenant des respirations lentes, profondes pour aider à contrôler l'hyperventilation. [Voir par exemple "Disordered Breathing in ME/CFS & Fibromyalgia" par le consultant sur la fatigue australien Blake Graham, et "The Healing Power of Deep Relaxation," par William Collinge, PhD, un expert sur le syndrome de la fatigue chronique et de la fibromyalgie.] La thérapie exposition repose sur de petites, expositions progressives aux déclencheurs de peur, aidant les personnes à créer la confiance et le contrôle de l'anxiété.

La thérapie médicamenteuse est souvent utilisée en combinaison avec la psychothérapie pour gérer les anormalités biochimiques et physiologiques qui produisent l'anxiété, incluant les altérations dans les niveaux de la sérotonine, de la norapinéphrine et du cortisol (l'hormone de stress).

La thérapie médicamenteuse peut présenter de nombreux problèmes, incluant peu efficace, des effets secondaires importants, des symptômes de manque, le développement de l'augmentation de la tolérance à la médication et agir seulement sur une petite composante du mécanisme neurologique impliqué dans l'anxiété.

Le traitement pharmaceutique des désordres de l'anxiété impliquent manipuler ou mimer l'action des neurotransmetteurs dans le cerveau (typiquement le GABA et la sérotonine; mais quelquefois la dopamine et la norépinéphrine). Cependant, ces médicaments normalement n'agissent pas la sur-activation de l'axe hypothalamus-hypophyse-surrénal qui souvent est à la base des désordres de l'humeur.

Utiliser des médicaments pour essayer d'améliorer la chimie du cerveau peut offrir un soulagement, au moins à court terme. Cependant, les médicaments ne restorent pas les niveaux normaux des neurotransmetteurs, ni non plus ne favorisent pas la fonction normale du cerveau. À la place, ils manipulent la chimie du cerveau pour obtenir leurs effets désirés. Au fil du temps, le cerveau peut s'habituer aux médications, résultant en leur perte d'efficacité et demandant soit de plus fortes doses ou des médicaments différents. Les arrêter peut fréquemment mener aux symptômes de manque qui sont pires que le problème original.

Ce qui suit sont des sortes de médicaments fréquemment prescrits pour traiter les désordres d'anxiété:

Les benzodiazépines agissent en partie en modulant et en prolongeant la vie de l'acide gamma-aminobutyrique (GABA), un inhibiteur (calmant) le neurotransmetteur du cerveau (Durant 2010). Les benzodiazépines peuvent soulager les symptômes de l'anxiété rapidement. Cependant, ils peuvent créer une accoutumance. Certaines personnes développent une tolérance, demandant une augmentation de la dose. Quand les benzodiazépines sont diminués ou arrêtés, certains individus peuvent expérimenter des symptômes de manque, tel que des crises qui menacent la vie, la confusion, une perte de mémoire, une hyperanxiété et une réapparition des symptômes originaux (Cloos 2009). Communément prescrit les benzodiazépines incluent le Valium® (diazépam), Xanax® (alprazolam), Klonopin® (clonazepam), et Ativan® (lorazepam).

Pendant que ces médicaments sont très efficaces pour calmer l'anxiété, ils peuvent aussi créer une accoutumance - un facteur qui dramatiquement limite leur utilité et leur possibilité sécuritaire à long terme. Plusieurs benzodiazépines peuvent aussi causer une déficience, un effet très indésirable.

Le zapirones n'a pas les conséquences de la tolérance et la dépendance associés avec les benzodiazépines. Ces médicaments contre l'anxiété sont des agonistes partiels du récepteur de la sérotonine. BuSpar® (buspirone) est un azapirone prescrit pour traiter le désordre de l'anxiété généralisée. Cependant, ça peut prendre plusieurs semaines avant que les effets de ces médicaments deviennent apparents. Les effets secondaires incluent la nausée, les maux de tête et un étourdissement.

Les antidépresseurs sont quelquefois efficaces pour traiter l'anxiété, spécialement quand ça arrive en conjonction avec la dépression. Les sortes de médicaments antidépresseurs incluent les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine  (SSRI) aussi bien que les antidépresseurs tricycliques moins communs et les inhibiteurs de la monoamine oxidase (MAOI). Ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires significatifs. En 2004 le U.S. Food and Drug Administration (FDA) a annoncé que la plus populaire classe d'antidépresseurs, SSRI, doit avoir une boîte noire forte avisant les patients des dangers d'une augmentation du suicide chez les adolescents utilisant les SSRI. Les SSRI populaires incluent Prozac® (fluoxetine), Zoloft® (sertraline), Luvox® (fluvoxamine), Paxil® (paroxetine), et Celexa® (citalopram).

Les bloqueurs béta tel que Inderal® (propranolol) ou Tenormin® (atenolol) sont utilisés premièrement pour traiter les conditions du coeur. Cependant, ils sont souvent prescrits pour la phobie sociale pour aider à diminuer les palpitations du coeur aussi bien que d'autres symptômes physiques de l'anxiété. Les effets secondaires peuvent inclure une dysfonction sexuelle, un pouls lent, de la somnolence, de la fatigue, une bouche sèche, un engourdissement ou un fourmillement des doigts ou des orteils, des étourdissements, de la diarrhée, de la nausée, une faiblesse et les mains et les pieds froids (Bourin 2002).

Le prégabalin est un médicament anticonvulsant qui est quelquefois utilisé pour traiter l'anxiété. Ses effets deviennent apparents rapidement - certaines études suggèrent en delà d'une semaine. Aussi, il apparaît être efficace pour prévenir une rechute du désordre de l'anxiété (Feltner 2011; Greist 2011) aussi bien qu'en aidant à diminuer les symptômes de manque après l'arrêt d'une thérapie à la benzodiazépine (Hadley 2011). Ce médicament souvent cause des étourdissements et de la somnolence.

L'anxiété et les hormones 

Les désordres d'anxiété affectent deux fois plus de femmes que d'hommes. En plus, les femmes expérimentent plus d'anxiété quand elles sont enceintes, en postpartum, prémenstruées et ménopausées qu'à d'autres moments de leur vie. Cette observation générale a mené les scientifiques à investiguer le lien avec l'hormone de l'anxiété. 

Jusqu'à maintenant, c'est bien connu que la plupart des hormones stéroidiens (e.g., le pregnénolone, l'estrogène, le progestérone, testostérone, et le DHEA) sont actifs neurologiquement. En fait, de grandes quantités de DHEA, d'estrogène, de progestérone et des récepteurs de testostérone sont trouvés dans le cerveau. Ces hormones affectent le cerveau de plusieurs façons, incluant le règlement de l'humeur.

Plusieurs études ont lié les anormalités des niveaux d'hormone à plusieurs désordres d'anxiété (Cunningham 2009; Parcells 2010; Bloch 2011; Sundermann 2010).

Les études suggèrent que les niveaux d'estrogène et de sérotonine peuvent être liés, les deux affectant un humeur positif durant la menstruation chez les jeunes femmes (Kikuchi 2010). Également, la baisse d'estrogène durant la ménopause, associée avec la diminution de la production de la sérotonine, a un impact négatif sur l'humeur et la fonction cognitive.

La progestérone aussi joue un rôle dans l'anxiété. Dans une étude avec les animaux on a comparé un groupe contrôle de souris manquant le récepteur de progestérone, les chercheurs ont trouvé que la progestérone a diminué le comportement de l'anxiété par un mécanisme semblable à ceux des benzodiazépines - en agissant sur les récepteurs GABA (Frye 2006). Une autre étude qui pendant qu'une simple dose de progestérone donnée aux animaux a diminué les indicateurs d'anxiété durant des examens de stress, la cessation brusque de la thérapie à la progestérone augmente les mesures d'anxiété (Saavedra 2006).

Dans un essai placébo contrôlé impliquant la post-ménopause chez les femmes, une thérapie du remplacement de l'hormone utilisant à la fois l'estrogène et la progestérone ont causé une diminution marquée de l'anxiété et aussi a amélioré la qualité du sommeil et la performance cognitive (Hachul 2008).


La thérapie de l'hormone de remplacement bio-identique (BHRT)

BHRT est une méthode idéale pour restaurer les niveaux d'hormone de la jeunesse pour les individus vieillissants. BHRT implique un supplément (normalement) avec soit des préparations d'hormone (topique) ou orale obtenu d'une pharmacie qui fait les mélanges. Le BHRT diffère de la thérapie de remplacement de l'hormone synthétique conventionnelle dans laquelle dépend l'utilisation des hormones naturelles dont la structure moléculaire correspond à celle des hormones produites dans le corps humain.

Dans un essai clinique mené à l'Université du Texas, environ 300 femmes avec une moyenne d'âge de 52 ans ont été traitées avec une progestérone bio-identique et/ou de l'estrogène. Après six mois de BHRT, les femmes âgées de 40 - 70 ans ont expérimenté des améliorations drastiques dans l'humeur, incluant une diminution de 31% de l'habileté émotionnelle, 37% de diminution dans l'habileté émotionnelle, 37% de diminution l'irritabilité, 33% de la diminution de l'anxiété et un soulagement significatif des transpirations nocturnes et des bouffées de chaleur. De plus, les femmes qui ont été examinées pour les crises de coeur ou le cancer du sein ont une moyenne de 1.9 années après le début du BHRT (21% de la cohort), n'avaient ni l'un ni l'autre (Ruiz 2011).

Pour ceux qui aimeraient en apprendre plus sur les bénéfices du BHRT on les encourage de lire Life Extension Magazine article intitulé  “Bio-identical Hormones: Why Are They Still Controversial?”

Alors que le cerveau féminin dépend des niveaux d'estrogène et de la progestérone santé pour fonctionner normalement, le cerveau mâle dépend seulement de la testostérone. Les niveaux de testérone faible peut causer des déficiences en testostérone dans le cerveau, diminuant ainsi la fonction du cerveau menant à la dépression et à l'anxiété.

Dans des études avec les animaux, les souris avec de faibles niveaux de testostérone montrent une anxiété augmentée, supportant l'idée que l'administration de la testostérone diminue l'anxiété (Khonicheva 2008; Aikey 2002). Chez les humains, une augmentation des niveaux de testostérone durant la thérapie au DHEA ont diminué l'anxiété (Strous 2005). Les études de laboratoire indiquent que l'activation du récepteur d'androgène par la testostérone peut diminuer l'anxiété par l'interaction avec les récepteurs GABA (Fernandez-Guasti 2005).

Normaliser les niveaux d'hormone de zinc peut être une partie intégrale pour gérer les désordres de l'anxiété. Bien sûr, c'est aussi important d'aborder les facteurs qui causent les débalancements hormonaux en premier lieu. Ceux-ci incluent la libération du sucre dans le sang, le stress oxydatif, l'inflammation et d'autres dérangements dans la fonction métabolique menant au stress chronique, une condition qui fréquemment résulte à la fois dans les débalancements hormonaux et les désordres de l'anxiété.

En plus de gérer les débalancements hormonaux, c'est important d'examiner la relation entre le stress de l'hormone cortisol et le DHEA (un ensemble pour les hormones de sexe stéroidien).

Pendant un stress prolongé, une comparaison cortisol-DHEA relie un haut taux de cortisol à un ratio de DHEA(un marqueur) associé avec le désordre de l'anxiété (Jezova 2008). Le DHEA contrebalance l'impact négatif du cortisol dans le corps. Dans une longue étude de suivi dans l'ère du Vietnam, les vétérans de l'armée des États-Unis, le ratio de cortisol au sulphate-DHEA était un gros prédicteur de toutes les causes de la mortalité (Phillips 2010). Ayant de plus hauts niveaux de cortisol et des niveaux bas de sulphate-DHEA étaient liés avec une augmentation de risque de mort dû à toute cause sur une période de 15 ans. 

Les études cliniques ont trouvé que le supplément de DHEA peut être particulièrement aidant pour soulager l'anxiété à la fois pour la schizophrénie et les femmes avec des niveaux d'hormone faible (Binder 2009; Strous 2005). Le prolongement de la vie suggère que les hommes maintiennent les niveaux de sang du DHEA de 350 - 490 µg/dL, pendant que les niveaux des femmes sont de 275 - 400 µg/dL.

C'est important de noter que toutes les hormones de sexe majeur sont inter-reliées. Ainsi, les personnes avec de l'anxiété peuvent bénéficier d'un examen d'hormone extensif, et si nécessaire, d'un programme de remplacement d'hormone bio-identique. Ceux qui sont intéressés à en savoir plus sur la thérapie de l'hormone de remplacement devraient lire Life Extension’s Female Hormone Restoration protocol et/ou Male Hormone Restoration protocol....

Les thérapies naturelles pour équilibrer la chimie du cerveau

En général, une diète santé est abondante en acides gras d'Oméga-3, des fruits et des légumes organiques et de l'eau filtré et démunie de substances nutritives fortes en gras saturées et des carbohydrates raffinés. Ce modèle de diète ressemble à la diète méditaréenne.

En plus, les substances nutritives suivantes peuvent supporter une réponse au stress santé et aider à équilébrer la chimie naturelle du cerveau [ces explications sont suivies par un tableau qui résume les nourritures/les herbes supportant chaque clé des chimies du cerveau, plus une revue de Life Extension des doses généralement recommandées, des examens et des avertissements sécuritaires]:

Amino Acides
Quand le cerveau active un neurotransmetteur, il commence avec un ingrédient brut - normalement un amino acide de la diète ou une autre chimie qui est déjà présente dans le cerveau. Les enzymes sont alors utilisées pour convertir l'amino acide au besoin de la chimie du cerveau. En comprenant cette procédure en détail, nous pouvons prendre des mesures pour assurer un supplément largement suffisant des ingrédients bruts et améliorer l'activité des enzymes. Et il y a plusieurs cofacteurs qui aident les enzymes à travailler plus vite, les vitamines B, par exemple.

L-tryptophan, L-tyrosine et L-phenylalanine
Des consommations insuffisantes de L-tryptophan, L-phenylalanine, ou L-tyrosine sont associées avec l'augmentation des symptômes de l'anxiété (Hood 2010; Toker 2010; Bleacher 2010; Rosier 2008). Le supplément avec le L-tryptophan ou 5-hydroxytryptophan (5-HTP) permet d'augmenter les niveaux de sérotonines  dans le cerveau et d'augmenter à la fois l'humeur et le sens de bien-être (Hood 2010; Toker 2010; Feurte 2001).

Vitamine B6, Magnésium et Vitamine C
Ces substances nutritives, déjà prises par la plupart des personnes conscientes de leur santé, sont des cofacteurs qui facilitent la conversion du  tryptophan à la  sérotonine  dans le cerveau. Quand les personnes vieillissent elles produisent plus d'une enzyme qui dégrade les suppléments de tryptophan. La lysine, niacinamide, et les substances nutritives anti-inflammatoires tel que le romarin servent à neutraliser les effets de cet enzyme et aide à préserver la synthèse de la sérotonine du tryptophan.

D,L-phenylalanine et L-tyrosine
Pris avec un repas riche en carbohydrates peuvent augmenter la synthèse de la dopamine et de la  norépinéphrine (Lakhan and Vieira 2008). Il n'y a pas d'effets secondaires négatifs rapportés, mais de fortes doses devraient être évité par les femmes enceintes et les individus qui prennent des MAOI.

L-lysine et L-arginine
Une déficience en L-lysine à démontrer une augmentation du stress causé par l'anxiété chez les humains (Ghosh 2010; Smriga 2004). Le L-lysine relie le récepteur de la sérotonine, agissant comme un antagoniste de la sérotonine en inhibant le recaptage de la sérotonine dans le synapse (Smriga 2003). Quand présenté avec une situation stressante, le supplément avec le L-lysine et le  L-arginine diminuent l'anxiété chez les sujets humains (Jezova 2005; Lakhan 2008; Smriga 2007).

Théanine
La théanine, un amino acide trouvé dans le thé vert, produit un effet calmant dans le cerveau (Weeks 2009; Heese 2009; Rogers 2008). La théanine traverse facilement les barrières du sang dans le cerveau. Elle augmente la production de GABA et de dopamine et protège les cellules de l'hippocampus, protège la mémoire et l'endroit dans le cerveau pour apprendre.(Kakuda 2011; Cho 2008).

Dans une étude de 8 semaines impliquant 60 patients schizophréniques, 400 mg de théanine a été ajoutés à la thérapie antipsychotique régulière. En plus la théanine a significativement diminué l'anxiété et amélioré plusieurs autres mesures de l'humeur au-delà de ce qui était faisable avec seulement les médicaments pharmaceutiques. (Ritsner 2011).

S-Adenosylmethionine (SAM-e)
SAM-e arrive naturellement dans le corps. Il est concentré dans le foie et le cerveau et est un donneur majeur de méthyl dans la synthèse des hormones, des acides nucléiques, des protéines, des phospholipides et dans la catécholamine des neurotransmetteurs tel que la dopamine et la sérotonine (Mischoulon 2002). SAM-e facilite l'usage du glutahion et maintient les niveaux d'acétylchonines, aidant à préserver la fonction cognitive pendant que l'on vieillit et possiblement atténuant la neurodégénération.

Dans une étude clinique de 8 semaines impliquant des individus déprimés avec le HIV/AIDS, le supplément avec jusqu'à 1,600 mg de SAM-e a amélioré considérablement la disposition des multiples dégâts standardisés. Les effets du traitement avec le SAM-e sont devenus évidents en-dedans d'une semaine (Shippy 2004).

Minéraux

Magnésium
La déficience en magnésium a été liée aux désordres d'anxiété dans plusieurs études cliniques. En fait, quand les chercheurs veulent étudier le désordre de l'anxiété, ils utilisent des souris qui ont été spécifiquement élevées à être en déficience de magnésium. Ce modèle est très efficace pour provoquer l'anxiété (Sartori 2011).

Plusieurs essais sur des humains ont concordé le lien entre la déficience en magnésium et l'anxiété. Quand pris pendant un mois en combinaison avec une multivitamine, le zinc et le calcium, le magnésium diminue drastiquement les symptômes de détresse et d'anxiété comparé à un placébo (Carroll 2000). De plus, le supplémenet avec le magnésium et la vitamine B6 diminue efficacement l'anxiété reliée à la prémenstruation (De Sousa 2000). Dans une étude contrôlée placébo, un supplément vitaminique avec du magnésium diminue le désordre d'anxiété généralisé (GAD) (Hanus 2004). Dans des études communautaires, une petite diminution des désordres de l'humeur a été constatée avec une prise plus grande de magnésium (Jacka 2009).

Une recherche novatrice a mis récemment la lumière sur une nouvelle préparation, le magnésium thréonate, lequel peut surmonter un obstacle de longue durée dans le supplément de magnésium - la perméabilité de la barrière du sang dans le cerveau.

Des niveaux hauts en magnésium dans le cerveau ont un lien avec une fonction congnitive supérieure. Cependant, les suppléments conventionnels de magnésium ne sont pas efficaces pour augmenter ces niveaux parce qu'ils ne prénètrent pas la barrière du sang du cerveau. Les chercheurs, au Massachusetts Institute of Technology ont montré que le magnésium thrénonate augmente les niveaux de magnésium dans le système nerveux central. Les scientifiques aussi ont découvert que le magnésium thréonate améliore significativement plus la fonction cognitive que d'autres formes de magnésium dans le laboratoire des animaux (Slutsky 2010).

Sélénium
On a démontré que le sélénium peut diminuer l'anxiété. Dans des essais cliniques double-aveugles randomisées, les sujets qui ont eu 100 mg de sélénium par jour pendant 5 semaines ont rapporté une amélioration de l'humeur et moins d'anxiété (Benton 1990; Benton, 1991). Le même régime de traitement aussi a diminué la dépression post-partum (Mokhber, 2011). Le supplément de sélénium diminue l'anxiété chez les personnes âgées hospitalisées, les patients avec un cancer qui ont une chimiothérapie et les patients HIV recevant un Traitement antirétroviral hautement actif (HAART) (Gosney 2008; Bargellini 2003; Shor-Posner 2003).

Le rôle du sélénium en supportant l'humeur positif est très complexe. Le sélénium est une composante critique d'une variété importante d'enzymes dont l'action peut significativement avoir un impact sur la santé en général, par exemple, les enzymes qui aident à synthétiser les hormones de la thyroïde. Dans un état de déficience de sélénium, la synthèse de l'hormone thryroïdien peut se détériorer, laquelle peut mener à un humeur fragile et plusieurs autres conditions négatives (Duntas 2010).

Acides gras

Omega-3 acides gras
Les acides gras de l'oméga-3, l'acide eicosapentaénoique et l'acide docosahéxaénoique (DHA) sont nécessaires pour la bonne fonction du cerveau. La diète typique Western a un trop gros ratio des acides gras inflammatoires oméga-6 par rapport aux acides gras anti-inflammatoires de l'oméga-3. Les acides gras de l'oméga-3 ont une variété de bénéfices pour la santé, la plupart récemment ont amélioré l'humeur et diminué l'anxiété (Perica 2011; Ross 2009; Appelton 2008).

Dans une étude double-aveugle, un essai clinique contrôlé placébo et au hasard, on a donné aux étudiants en médecine soit 2.5g/par jour d'oméga-3 polyinsaturé d'acides gras ou des capsules de placébo contenant le profil de l'acide gras de la diète américaine typique. Comparé aux contrôles, ces étudiants recevant les capsules d'oméga-3 ont montré une diminution de 20% de l'anxiété (Kiecolt-Glaser 2011). Dans une étude double-aveugle, étude placébo contrôlé, le supplément d'acide gras d'oméga-3 pendant 3 mois a diminué l'anxiété et la colère chez les abuseurs de substances (Buydens-Branchey 2008). Avec un examen d'anxiété diminué et de bas niveaux de cortisol, l'hormone du stress ont aussi été associés avec le supplément d'oméga-3 (Yehuda 2005).

Life Extension suggère que l'oméga-6 au ratio de l'oméga-3 devrait être sous 4 à 1 pour un optimal neuro-psychiatrique et une santé en général. Plus d'information sur l'examen et l'optimisation de votre oméga-6 au ratio de l'oméga-3 peut être trouvé dans le Life Extension Magazine article intitulé “Optimize Your Omega-3 Status.”

Herbes et médecine botanique

Les herbes botaniques ont été montré pour gérer plusieurs désordres psychiatriques, incluant l'anxiété (Weeks 2009; Lakhan 2008; Head 2009; Sarris 2009; Chiappedi 2010; Panossian 2010; Sarris 2011; Saeed 2007). Étant donné la grande variété dans la qualité, la composition, les conditions pour pousser et les procédures d'extraction des produits aux herbes, on devrait choisir soigneusement un remède avec des herbes.

Les herbes suivantes soit ont des effets anti-anxiété ou ciblent les sites associés de la clé moléculaire avec les neurotransmetteurs dans le système nerveux central:

St. John’s wort (Hypericum perforatum)
St. John’s wort est un arôme vivace natif de l'Europe, de certaines parties de l'Asie, au nord et au sud de l'Amérique du Sud. La majorité des études contrôlées l'ont trouvé supérieur au placébo et aussi efficace que les médicaments antidépresseurs standards (Linde 2009; van der Watt 2008; Linde 2008). St. John’s wort a été montré pour augmenter les niveaux du cerveau de la sérotonine chez les animaux, cheminant à travers des chemins plus légers et complexes que ceux prescrit par SSRI (Tadros 2009; Ara 2009). Par exemple, l'antioxidant combiné et les propriétés de l'anti-inflammatoire de l'extrait de St. John’s wort contribuent à l'antidépresseur qui affecte à travers la normalisation de l'axe HPA qui est hyperactive.

Pendant que le St. John’s wort est connu pour ses effets antidépresseurs, deux récentes études suggèrent aussi que le supplément avec cette herbe peut diminuer l'anxiété associée avec le syndrome prémenstruel (PMS) (Canning 2010; vanDie 2009). St. John’s wort est contre-indiqué pour l'utilisation durant la grossesse, la lactation, l'exposition au gros soleil et ne devrait pas être pris en même temps qu'un médicament antidépresseur (Mannel 2004).

Ginkgo biloba
Les animaux à qui on a donné du Ginkgo biloba ont démontré une diminution de l'anxiété avec les examens cognitifs (Walesiuk 2009; Kuribara 2003). Plusieurs études double-aveugles placébo contrôlé ont montré que le Ginkgo biloba se lie et active le récepteur GABA, et comme un benzodiazépine, diminue l'anxiété chez les patients avec des désordres d'anxiété généralisée sans effets secondaires (Woelk 2007; Faustino 2010).

Valériane (Valeriana officiaonalis)
Cette herbe modérée a été utilisée pour des besoins médicinaux depuis le temps d'Hyppocrates. Les composantes de la racine de la valériane ont été montrées dans des études de laboratoire pour lier les récepteurs GABA, augmenter la diminution du GABA et diminuer sa recapture  (Ortiz 1999; Yuan 2004; Khom 2007; Truaner 2008). Les extraits de la racine de la valériane ont été montré pour avoir des effets anti-anxiétés à la fois chez les rats et les souris (Benke 2009; Hadjikhani 2009; Hattesohl 2008). Les extraits de la racine de la valériane aussi ont été montré pour activer l'acide décarboxylase, un enzyme impliqué dans la synthèse du GABA (Awad 2007).

Dans des études récentes cliniques, les échelles du taux psychiatrique ont montré qu'une dose journalière de 400-900 mg d'extraits de la racine de valériane est aussi efficace que le diazépam pour diminuer l'anxiété (Andreatini 2002; Muller 2006; Bhattacharyya 2007; Kennedy 2006).

Baume au citron  (Melissa officinalis)
Le baume au citron est un membre de la famille de la menthe, quelquefois utilisée comme une herbe culinaire et un agent d'assaisonnement. La plante aussi a plusieurs actions anxiolitiques (anti-anxiété).

Des études chez les animaux, on a montré que les extraits du baume au citron suppriment les niveaux des hormones de stress (glucocorticoides) en promouvant aussi la croissance de nouvelles neurones, une procédure appellée la neurogénèse (Yoo 2011). De plus, le baume au citron contient des composés qui suppriment la panne du GABA, lequel peut prolonger les effets de l'anti-anxiété du neurotransmetteur  (Awad 2007).

Le baume au citron a été montré pour diminuer le comportement anxieux dans le laboratoire des animaux. Dans un essai clinique chez les humains, il a significativement supprimé l'anxiété quand combiné avec la racine de valériane, une autre herbe anxiolitique (Kennedy 2006; Ibarra 2010).

Rhodiola
Rhodiola rosea est un adaptogène, une herbe qui aide à améliorer la résistance au stress,elle  s'est aussi montré promettante en diminuant le désordre d'anxiété. Dix sujets recevant une dose journalière d'extrait de Rhodiola rosea pendant 10 semaines ont démontré une amélioration significative dans les symptômes d'anxiété (Shevtsov 2003). Une autre étude semblable de 10 semaines a trouvé qu'une dose journalière de 340 mg d'extrait de Rhodiola rosea a soulagé les symptômes du désordre de l'anxiété généralisé (Bystritsky 2008). Les études sur les animaux ont trouvé que les composés du Rhodiola rosea aident à améliorer l'anxiété associée avec l'arrêt de fumer (Mattioli 2011).

Ashwagandha (Withania somnifera)
Ashwagandha, ou le ginseng indien, a été longtemps utilisé par les pratiquants Ayurvedic comme un tonique rajeunissant. L'herbe a des propriétés anti-inflammatoires, antitumeurs, anti-stress, antioxidantes, immunomodulatoires et rajeunissantes (Mishra 2000). Dans plusieurs études, les rongeurs traités avec des extraits de ashwagandha ont montré une diminution de l'anxiété quand comparé à un groupe contrôlé; et à une étendue semblable quand comparé à plusieurs médicaments benzodiazépine (Mohan 2011; Kulkarni 2008; Ramanathan 2011).

Ashwagandha a aussi été montré pour diminuer l'anxiété chez les humains (Andrade 2009; Bhattacharya 2000). Dans un essai clinique, les patients avec une anxiété significative ont été divisé en deux groupes, et pendant 12 semaines ont leur a fournis soit une psychothérapie ou on les a traités avec un traitement naturopathique incluant le ashwagandha. Le ashwagandha a traité un groupe qui a démontré une plus grande diminution des paramètres de l'anxiété (Cooley 2009).

Glutamate et GABA

Nos corps sont vraiment élégants dans leur conception. Ceci est spécialement apparent avec la fonction du cerveau. Un élément commun de cette conception sont les systèmes du cerveau binaire, pendant une procédure où on active la chimie, son partenaire s'éteint à nouveau. Un exemple est le glutamate et le GABA, qui ensemble compte pour plus de 80% de l'activité du cerveau.

• Glutamate accélère l'activité du cerveau (stimulant),

• Pendant que le GABA mets les freins (inhibiteur).

Ensemble, ils gardent le cerveau bourdonnant juste au bon endroit - pas trop vite, pas trop tranquillement.

Si vous avez développé l'anxiété, alors l'équilibre de ces deux chimies a été déséquilibrée.  Comme résultat, le niveau d'activité du cerveau est trop haut, au moins dans certaines régions. Les suppléments équilibrant pour le glutamate et le GABA incluent mais ne sont pas limité aux acides aminio GABA, et au L-theanine; à l'antioxidant NAC; aux vitamines B6 et D; les minéraux de magnésium et de zinc; et aux acides gras des oméga-3.

GABA
Un neurotransmetteur fait d'amino acide glutamate, peut être pris dans la forme d'un supplément diététique. Le GABA est le chef inhibiteur, ou calmant le neurotransmetteur dans le cerveau, fonctionnant comme un frein sur le circuit neural durant le stress. Des niveaux bas de GABA sont associés avec l'agitation, l'anxiété, l'insomnie et une pauvre humeur (Nemeroff 2003; Kendell 2005; Kugaya 2005). Des études cliniques ont montré que l'utilisation du GABA comme un supplément diététique soulage le stress, l'anxiété et augmente la production des ondulations alpha du cerveau (associée avec la relaxation) (Bazil 2005; Abdou 2006; Thorne Research, Inc. 2007).

N-Acetyl Cysteine (NAC)
N-Acetyl Cysteine montre une promesse pour soulager les désordres de l'humeur à travers une variété de mécanismes. Il agit comme un précurseur de glutathion, un antioxidant cellulaire puissant qui peut aider à diminuer le stress oxidatif neuronal. De plus, en contribuant à la synthèse du glutathion, NAC utilise l'excès du glutamate accumulée. Ceci peut diminuer la transmission stimulante déclenchée par le glutamate (Berk 2009). Effectivement, dans au moins une petite étude clinique, un supplément pendant 6 mois de NAC a mené à une rémission complète dans les symptômes dépressifs de 6 à 7 sujets, pendant que le traitement au placébo a mené à une rémission dans seulement 2 à 7 (Magalhaes 2011).

Vitamine D

L'impact de cette hormone comme la vitamine sur les désordres de l'humeur est complexe. Il y a des récepteurs pour la vitamine D à travers le cerveau et les données sur les animaux indiquent qu'un faible taux de vitamine D signalé mène à une augmentation du comportement anxieux (Kalueff 2004). Il y a une association considérable entre des niveaux faibles en vitamine D et la dépression, mais le rapport avec l'anxiété est moins clair (Parker 2011). Néanmoins, maintenir un niveau de vitamine D entre 50 – 80 ng/ml est suggéré pour tout le monde pour promouvoir une santé optimale et se protéger contre les ravages du vieillissement.

____________________________

 

TABLEAU SOMMAIRE: six clés chimique du cerveau, leurs rôles dans la réponse au stress et avec la neurotransmission et les substances nutrionnelles à l'appui

Glutamate, la chimie stimulante
Rôle:
Intensifie l'activité du cerveau globale 
L'appui nutritionnel:
NAC, thé vert, vitamine D3, magnésium, oméga-3

GABA, l'inhibiteur chimique
Rôle:
Ralenti globalement l'activité du cerveau
L'appui nutritionnel:
GABA, L-theanine, vitamine B6, zinc, inositol, thérapies avec des herbes

Norépinéphrine, la chimie de l'excitation
Rôle:
Augmente le niveau de la vigilance
L'appui nutritionnel:
Tyrosine, L-theanine, NAC, oméga3, inositol

Dopamine, la chimie rétribuée
Rôle:
Focusse sur l'attention et améliore le plaisir et la récompense
L'appui nutritionnel:
Tyrosine, L-theanine, vitamine B, oméga-3, St. John’s wort, ginkgo

Sérotonine, la chimie calmante
Rôle:
Calme, contrôle le sommeil et l'appétit, protège contre le stress
L'appui nutritionnel:
Tryptophan/5-HTP, DHEA, acide folique, vitamine B6, vitamine B12, vitamine D, oméga-3, St. John’s wort

CRH/Cortisol, l'hormone du stress 
Rôle:
Prolonge l'élévation de réserve du gras, résistance à l'insuline, désordres dégénérafifs du cerveau, perte de mémoire, inflammation 
L'appui nutritionnel:
DHEA, vitamine B, antioxidants, herbes adaptogènes

____________________________

Recommandations de Life Extension (Doses, Examens, mise en garde sécuritaire)

Les acides amino (fournissent des matériaux rudimentaires qu'on a besoin pour supporter la synthèse du neurotransmetteur) {Note: pas toutes ces acides amino suggérées seront d'un bénéfice dans tous les cas d'anxiété. Il est suggéré de commencer avec une faible dose et d'augmenter ou de discontinuer basé sur les résultats}

L-Tryptophan ou 5-HTP: 1,000-2,000 mg tryptophan à tous les jours, ou 50-150 mg 5-HTP à tous les jours
L-Tyrosine: 500 – 1,000 mg à tous les jours
L-Phenylalanine: 500 – 1,500 mg à tous les jours
L-Lysine: 600 – 1,800 mg à tous les jours
L-Theanine: 100 – 400 mg à tous les jours
L-Arginine: 800 – 2,400 mg à tous les jours
GABA: 700 – 2,100 mg à tous les jours
N-Acetyl Cysteine: 600 – 1,800 mg à tous les jours

Cofacteurs (supportent les enzymes impliqués dans la synthèse de l'hormone et du neurotransmetteur et du métabolisme)

Complexe de vitamines B: selon les instructions étiquetées
Vitamine C: 1,000 – 2,000 mg à tous les jours
Magnésium: 500 – 2,000 mg à tous les jours
Sélénium: 200 – 400 mcg à tous les jours
S-Adénosylmenthionine (SAM-e): 400 – 1,200 mg à tous les jours

Acides gras (supporte la membrane santé neuronale et la bonne communication neuronale)

Huile de poisson: 2,000 – 4,000 mg à tous les jours

Herbes anti-anxiété

St. John’s wort: 300 – 600 mg à tous les jours
Ginkgo biloba; extrait standardisé: 120 – 240 mg à tous les jours
Valériane; extrait standardisé: 600 – 1,200 mg à tous les jours
Baume au citron: extrait standardisé: 300 – 600 mg à tous les jours

Herbes adaptogéniques (aide à augmenter la résistance au stress)

Ashwagandha; extrait standardisé: 125 – 250 mg à tous les jours
Rhodiola; extrait standardisé: 250 – 500 mg à tous les jours

Suport général et hormonal 

Vitamine D: (femmes et hommes): 5,000 – 8,000 IU à tous les jours (dépendant sur les résultats sanguin)
DHEA: (femmes et hommes): 15 – 75 mg à tous les jours (dépendant sur les résultats sanguin)
Soy isoflavones: (typiquement pour les femmes seulement): 50 – 150 mg à tous les jours
Vitex; extrait standardisé: 20 mg à tous les jours

Ressources de l'examen du sang
En plus, les ressources de l'examen du sang peuvent être aidante:

Male Panel with Hormone Add-On
Female Panel with Hormone Add-On
Omega Score
Cortisol AM/PM

Les mises en garde (Regardant la sécurité/Possibles effets secondaires)

L-Tryptophan ou 5-HTP

• Le syndrome de la sérotonine est caractérisé par de hauts niveaux de sérotonine et des symptômes tel que la confusion, la transpiration, l'agitation, la nausée, les contractions involontaires des muscles et un coeur battant vite. Ne prenez pas L-tryptophan ou 5-HTP en combinaison avec d'autres agents qui augmentent les niveaux de la sérotonine dans le système nerveux central sans consulter votre médecin. Les agents qui augmentent les niveaux de sérotonine peuvent inclure des médications psychiatriques (e.g. antidépresseurs, lithium), médicaments pour la migraine (e.g. sumatriptan), Les médicaments pour la maladie de Parkinson (e.g. carbidopa), et le dextromethorphan, un inhibiteur de toux vendu en vente libre. Ne l'utilisez pas pour la première fois si vous devez conduire ou opérer de la machinerie lourde; la tolérance doit être évaluée avant l'utilisation régulière.

L-Tyrosine

• Les patients avec le cancer devraient éviter de prendre L-phenylalanine et L-tyrosine. Certains cancers, tel que le mélanome, dépendent de ces amino acides pour alimenter leur croissance.

• L'utilisation des suppléments L-phenylalanine et L-tyrosine peuvent augmenter ou normaliser la pression sanguine. L'insomnie peut arriver d'une trop grande stimulation si prise trop prêt de l'heure du coucher. Les individus avec un désordre rare métabolique le phenylketonuria devrait éviter la phenylalanine. Ceux souffrant de migraines devraient éviter L-phenylalanine et L-tyrosine. Ils forment la tyramine, une substance qui peut déclencher des migraines.

L-Phenylalanine

• Il peut causer de l'anxiété, une haute pression sanguine, et un mal de tête. Ne l'utilisez pas si vous avez phenylketonuria. N'utilisez pas phenylalanine ou tyrosine si vous avez un cancer ou une dystrophie musculaire. Parce que la phenylalanine peut élever la pression sanguine chez les hypersensitifs, consultez votre médecin si vous faites de l'hypertension. L'insomnie peut arriver d'une trop grande stimulation si prise trop près de l'heure du coucher.

L-Arginine

• Si vous avez le diabète et /ou une maladie significative aux reins ou au foie, s.v.p. consultez votre médecin avant d'utiliser ce produit.

Magnésium

• Si pris en fortes doses, le magnésium peut avoir un effet laxatif. Si ceci arrive, diviser la dose, diminuer la prise ou discontinuer l'utilisation du produit.

S-Adenosylmethionine (SAM-e)

• SAM-e ne devrait pas être pris par ceux diagnostiqués avec un désordre bipolaire.

Huile de poisson

• Si vous prenez un anti-coagulant ou des médicaments anti-plaquettes ou si vous avez un désordre de saignement, consulter votre médecin avant de prendre ce produit.

St. John’s Wort

• Les effets secondaires peuvent inclure l'insomnie, des rêves éveillé, de l'instabilité, de l'anxiété, de l'agitation, de l'irritabilité, un inconfort gastrointestinal, de la fatigue, la bouche sèche, un étourdissement et un mal de tête. N'utilisez pas si vous prenez digoxin à moins d'être sous les soins d'un médecin. Quand vous utilisez St. John's Wort, évitez l'exposition au soleil prolongée. L'utilisation connexe avec des contraceptifs oraux peut diminuer des concentrations stéroïdes, résultant en saignement et en périodes de menstruations irrégulières. L'efficacité des médicaments antirétroviraux peut être diminué. 

Ginkgo Biloba

• Si vous prenez un anti-coagulant ou des médicaments anti-plaquettes ou avez un désordre de saignement, consultez votre médecin avant de prendre ce produit.

Rhodiola

• Les individus avec un désordre bipolaire ou maniaque ne devraient pas utiliser Rhodiola. Prendre tôt dans la journée si l'extrait de Rhodiola interfère avec votre sommeil. 

Valériane 

• L'utilisation de la Valériane peut causer la sédation. La valériane ne devrait pas être utilisée pour la première fois avant de conduire ou d'opérer une machinerie lourde. Parlez à votre médecin avant de commencer la valériane si vous prenez d'autres médications. 

DHEA

• N'utilisez pas le DHEA si vous êtes à risque pour ou avez été diagnostiqué avec une sorte de cancer hormonal, tel que la prostate ou le cancer du sein. 

Les isoflavones de soja

• Les personnes avec des cancers d'estrogène dépendant devraient consulter un médecin avant de commencer le régime de soya. 


___

(Auteur contribuant – Benjamin S Weeks, PhD)








Traduit par Louise Rochette Louise
Email: LouiseRochette@gmail.com